Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steeve Fortin
Le Quotidien
Steeve Fortin

L’année des réseaux sociaux

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Depuis quelques années, lors de ma première chronique de janvier, j’y vais de mes prédictions sur le monde de la technologie. Malgré une année hors du commun, mes prédictions se sont tout de même avérées justes.

L’année 2020 va passer à l’histoire pour les mauvaises raisons et, pour une fois, nous sommes unanimes là-dessus. La technologie est désormais partie prenante du quotidien de chacun, et ce, même pour les moins technophiles. Sachez qu’elle a un impact majeur dans toutes les sphères de la société. L’appât du gain des géants du Web amène une polarisation sans précédent des idées à travers les diverses plateformes ; chaque enjeu social, aussi mineur soit-il, devient une véritable poudrière dont l’inaudible déflagration se perd dans un dialogue de sourds.

Prédictions 2020 : Encore meilleur que Jojo Savard !

Le bordel américain

C’était quand même écrit dans le ciel que les élections américaines allaient se dérouler d’une manière très inusitée. Ma prédiction concernant l’utilisation des réseaux sociaux dans un but de propagande mensongère s’est avérée. D’ailleurs, pendant les élections, les différents réseaux sociaux ont émis des avertissements sur les publications mensongères, allant même jusqu’à en retirer certaines du président sortant, Donald Trump. D’ailleurs depuis sa défaite, une majorité de ses tweets sont étiquetés par Twitter comme étant propagateurs de fausses informations.

J’avais aussi prédit que Trump ne serait pas destitué, mais je me suis trompé en prédisant sa réélection. Par contre, dans l’univers parallèle de Donald Trump et de ses sbires, mes prédictions s’avèrent tout à fait exactes, mais ça, c’est une autre histoire...

Télétravail et visioconférences

Avec le confinement, le télétravail est devenu une bouée de secours pour bien des employeurs. D’ailleurs, sans l’apport du télétravail, l’impact du confinement sur l’économie aurait été encore plus grand. Les visioconférences font désormais partie de la routine de bien des travailleurs, qui doivent aussi composer avec les problèmes relatifs à cette technologie. Problèmes de son, de microphone ou de caméra, sans compter la cacophonie engendrée par les interlocuteurs qui jacassent simultanément. La visioconférence, ça aiguise parfois la patience.

L’entreprise Zoom a vu sa valeur en bourse atteindre un sommet, et ce, malgré plusieurs failles de sécurité.

Le télétravail apporte toutefois son lot de défis pour les équipes informatiques des entreprises. En effet, avoir autant de gens qui travaillent à partir de la maison force les entreprises à revoir la sécurité des systèmes informatiques, qui peuvent présenter certaines brèches alléchantes pour les pirates.

La réussite de Spacex

Depuis le retrait du programme de navettes spatiales en 2011, les astronautes doivent emprunter le vaisseau russe Soyouz pour se rendre à la Station spatiale internationale. En affaires, comme tout est une question d’offre et de demande, la balade à bord du vétuste engin datant de l’ère communiste n’est pas très abordable et confortable. La NASA confie alors au secteur privé le développement de vaisseaux spatiaux afin de s’affranchir des Russes. En mai 2020, l’entreprise SpaceX est la première à réussir l’exploit, envoyant deux astronautes à bord d’un véhicule et d’un lanceur entièrement privés. En novembre 2020, quatre astronautes prennent place à bord de la capsule Dragon Crew de l’entreprise d’Elon Musk, qui est également le grand calife de Tesla.

Le Canada sur la Lune

Vers la fin de l’année 2020, l’Agence spatiale canadienne a fait l’annonce qu’un astronaute canadien sera de la prochaine mission vers la Lune, en 2023, afin d’y construire une station spatiale en orbite lunaire. Le fameux bras canadien sera alors utilisé afin de faire la construction et l’entretien de la station orbitale lunaire, laquelle servira de port d’attache aux missions d’exploration. Le Canada devient seulement le deuxième pays, après les États-Unis, à envoyer des astronautes autour de la Lune.

Les réseaux sociaux sur la sellette

Avec la crise sanitaire, les réseaux sociaux sont devenus plus que jamais un terreau fertile de haine et de démagogie. Nous pouvons dire qu’en 2020, le peuple ne s’endure plus et les réseaux sociaux enveniment grandement le phénomène, en raison des algorithmes qui alimentent les théories du complot ou les injustices de tous genres.

Les grands réseaux sociaux ont fait un peu de ménage en supprimant des pages reliées au groupe QAnon, ce mouvement complotiste américain qui s’est mondialisé avec la pandémie. Les adeptes du complot – tous diplômés des universités Facebook, YouTube et Twitter – « font leurs recherches » sur les différentes plateformes qui les alimentent à grand coup d’algorithmes dans la philosophie du « plus t’en veux, plus je t’en donne, parce que le clic c’est payant ». Avec les réseaux sociaux, les hurluberlus trouvent une tribune et se rassemblent en croyant fermement détenir la vérité, s’alimentant les uns les autres de théories loufoques... dont la véracité s’arrête à leur sous-sol de banlieue.

Les grands gagnants de toute cette polémique, ce sont les géants du Web, qui engrangent des profits sur le dos de la crise sanitaire.

L’année 2020 est enfin derrière nous, certes, mais – je ne veux pas casser votre party – 2021 ne s’annonce guère mieux. Le ras-le-bol planétaire ne fait que s’amplifier. La technologie est désormais vectrice de haine et de propagande, et ça ne risque pas de s’améliorer en 2021.

Cette foutue année 2020 me rend nostalgique de l’époque où le Web n’existait pas, une époque où notre bien-être passait par celui de nos proches, une époque où nous étions unis dans des valeurs communes, une époque où la polarisation s’arrêtait au rideau de fer entre communisme et capitalisme.

D’ailleurs, je suis probablement dû pour visionner Rocky 4 !

Bonne année à tous !

Ça va bien aller...