Catherine Dorion

Vous avez dit «décorum»?

CHRONIQUE / Je ne comprends pas. Plusieurs considèrent que Catherine Dorion n’est que dans la provocation. Mais si ces personnes estiment qu’elle est dans la provocation pour faire parler d’elle, pourquoi perdent-elles leur temps à faire son jeu en parlant d’elle à ce point? C’est ce que je ne comprends pas; c’est ce que je ne comprendrai jamais.

Pour ma part, j’estime qu’on est depuis longtemps dans une sorte de délire collectif au sujet de l’élue de Québec solidaire dans Taschereau.

Il y a des parlementaires qui sont fatigués, certes. Normal. Le rythme de travail de plusieurs est effréné. Mais je crois aussi que d’autres n’ont pas grand-chose à faire pour se préoccuper à ce point des vêtements de Catherine Dorion.

Jeudi, certains se sont énervés devant le coton ouaté qu’elle portait. Quelle atteinte au «décorum»!

Ces députés ne devaient pas avoir beaucoup d’autres préoccupations en tête. Ce ne sont pourtant pas les dossiers sérieux qui manquent. Mais passons.

Vous avez dit «décorum», c’est ça? Moi, je me souviens de ce député qui, pendant les périodes des questions, dessinait des voitures plutôt que de même faire semblant de s’intéresser à ce qui se déroulait autour de lui. De jolies voitures tout de même...

Décorum? Je me souviens de députés qui, pour dire le moins, somnolaient pendant les travaux parlementaires.

J’ai en mémoire des députés que des collègues ont dû réveiller d’un aimable coup de coude pour qu’ils votent ou pour qu’ils quittent des yeux leur petit écran. Ou pour qu’ils se souviennent qu’ils étaient en commission parlementaire.

On pourrait d’ailleurs se demander jusqu’où va ce fameux décorum?

On pourrait en nommer plusieurs qui ont utilisé les tribunes solennelles du Parlement pour promettre des choses dans l’opposition qu’ils savaient qu’ils ne réaliseraient pas une fois au pouvoir. Je pense par exemple ici aux fameux trop-perçus d’Hydro-Québec dont les Québécois ne reverront pas tout à fait la couleur.

«Stupide», rien de moins!

On n’a pas à être d’accord avec ce que dit Catherine Dorion au Salon bleu ou ailleurs — pas plus qu’avec le programme de Québec solidaire.

La députée de Taschereau divise, qui plus est. Mais on pourrait dire cela de bien d’autres élus, cela dit.

Je ne comprendrai cependant jamais, je le répète, que ceux qui l’accusent d’être dans l’outrance en raison de certains vêtements qu’elle porte (parfois) lui accordent toujours tant d’importance, puisqu’alors, pour être logiques avec eux-mêmes, ils ne devraient pas lui prêter l’attention qu’elle chercherait à obtenir, non?

Catherine Dorion n’avait tout de même pas mis le capuchon sur sa tête! Gare aux polices du bon goût.

Des atteintes bien plus graves sont régulièrement commises contre le décorum à l’Assemblée nationale. Pensons seulement au chahut. Pensons aussi aux invectives que certains lancent à micro fermé à leurs adversaires.

À la période des questions, jeudi, un élu libéral a traité un ministre de «stupide» — hors micro, bien entendu. C’est du décorum, ça?

Il y a tellement plus à dire sur le décorum à l’Assemblée nationale que le pauvre coton ouaté de Catherine Dorion.