Jesperi Kotkaniemi

Comment remplir ses épaulières

SCIENCE AU QUOTIDIEN / «Depuis plusieurs années, on entend parler de jeunes hockeyeurs professionnels de 18, 19 ou 20 ans qui augmentent leurs poids en l’espace d’un été, en prenant uniquement des produits légaux. J’ai toujours été surpris de les entendre affirmer qu’ils doivent prendre du poids pour ainsi être prêt au camp d’entrainement de septembre, puis annoncer fièrement qu’ils ont augmenté leur masse musculaire d’une dizaine de livres pendant l’été. L’entrainement physique et les suppléments alimentaires légaux suffisent-ils vraiment pour obtenir de tels résultats?», demande Bernard Plourde, de Québec.

De manière générale, non, prendre 5 à 8 kilogrammes (10-15 livres) en l’espèce de deux ou trois mois n’est pas possible, répondent Jonathan Tremblay, spécialiste de l’encadrement des athlètes de haut niveau de l’Université de Montréal, et Anthony Karelis, qui mène des recherches sur l’exercice physique et le métabolisme à l’UQAM. Tous deux s’entendent pour dire qu’un athlète sérieux, qui s’entraîne plusieurs fois par semaine et se nourrit adéquatement (lire : bien et beaucoup), peut prendre autour de 0,5 à 1 kilo par mois (1 à 2 livres), sans plus.

«Si on parle de 10 ou 15 livres en deux mois, alors là je soupçonnerais qu’il peut y avoir eu des substances interdites qui ont été prises», dit M. Tremblay. Mais attention avant de sauter aux conclusions, avertit-il, car la période sur laquelle la prise de poids d’un athlète professionnel s’étale n’est pas toujours bien connue du public, ce qui peut faire partir le «moulin à rumeurs» inutilement. Le cas du joueur de centre des Canadiens de Montréal Jesperi Kotkaniemi a été évoqué récemment parce que le jeune homme, âgé de 19 ans, s’est présenté cet automne au camp d’entraînement avec une dizaine de livres de plus que l’année précédente. De là, plusieurs internautes et commentateurs ont conclu qu’il avait dû se muscler la charpente au cours de l’été, alors que c’est plutôt sur un an qu’il a pris ce poids — et M. Tremblay en sait quelque chose puisqu’il travaille avec l’équipe.

La règle générale en cette matière, dit pour sa part M. Karelis, c’est que «c’est très difficile d’ajouter de la masse musculaire. Si on parle de quelqu’un qui s’entraîne quatre ou cinq fois par semaine, alors oui, ça devient réaliste de penser gagner une ou deux livres par mois peut être réaliste».

Et encore, ajoute son collègue de l’UdeM, «il faut que la nutrition soit adéquate, sinon l’athlète ne prend pas de poids. (…) C’est important que l’alimentation soit riche en protéines, que les repas soient pris aux bons moment, généralement autour des entraînements avec une portion avant le sommeil (souvent double), etc.» Bref, pour atteindre le rythme de 1 kg par mois, non seulement il faut s’entraîner dur, mais l’alimentation devient pratiquement un travail à elle seule. «Il faut le planifier, il faut manger tout ça, ça prend du temps», dit M. Tremblay.

Pour M. et Mme Tout-le-Monde qui n’ont pas le temps de manger ni de s’entraîner autant que des athlètes professionnels, les gains en masse musculaire tournent souvent plus autour de 1 kg par six mois, dit M. Karelis — mais il peut y avoir de grands écarts individuels, dûs notamment aux gènes et au profil hormonal de chacun.

Alors pourquoi est-ce à ce point difficile de gagner de la «masse maigre», comme disent les nutritionnistes (parce qu’on s’entend que pour la «masse grasse», c’est pas mal moins compliqué) ? On n’a pas encore de réponse complète et définitive, dit M. Karelis. Mais une hypothèse probable est que certains mécanismes d’«économie d’énergie» hérités de lointains ancêtres pourraient être à l’œuvre. «Si on regarde la chose à l’inverse, il ne semble pas y avoir de saturation pour les gras, explique-t-il. Le corps en veut, il «aime» consommer de la nourriture et les tissus adipeux peuvent stocker des graisses presque sans limite. Le muscle, lui, fait le contraire : il n’emmagasine pas d’énergie, il en dépense. Même quand on est au repos, les muscles dépensent de l’énergie, alors plus ta masse musculaire est grosse, et plus ton métabolisme de base (ndlr : la quantité d’énergie que le corps dépense lorsqu’il est au repos complet, juste pour respirer, faire battre le cœurs, faire fonctionner les organes, envoyer des signaux nerveux, etc.) va augmenter. Alors s’il est à ce point difficile de gagner de la masse musculaire, c’est peut-être une question de survie : le corps veut consommer et stocker, pas dépenser.»

Enfin, M. Tremblay indique que ce n’est habituellement pas uniquement du muscle que les athlètes prennent dans un premier temps. «Habituellement, ça va leur prendre une diète riche en calories et ça, ça fait gagner d’un peu de tout : du muscle, bien sûr, mais aussi de l’eau et des graisses. (…) Souvent, on va d’abord chercher à juste leur faire gagner du poids en premier, et ensuite on va travailler à convertir ça en muscles», dit-il.

* * * * *
Vous vous posez des questions sur le monde qui vous entoure ? Qu’elles concernent la physique, la biologie ou toute autre discipline, notre journaliste se fera un plaisir d’y répondre. À nos yeux, il n’existe aucune «question idiote», aucune question «trop petite» pour être intéressante ! Alors écrivez-nous à : jfcliche@lesoleil.com.