Il n’a que 16 ans, mais Zachary Bolduc a déjà enfilé 28 buts en 50 matchs dans le hockey junior majeur.

«Il n’y a pas de limites avec lui»

CHRONIQUE / L’Océanic est l’équipe d’Alexis Lafrenière. Du moins jusqu’à la fin du printemps.

Quand cette équipe remisera son équipement, un changement de garde va s’effectuer avec tous ces vétérans, dont Lafrenière, qui en sont à leur dernier tour de piste dans le junior.

Heureusement pour Serge Beausoleil et les fans de l’équipe, le dauphin de Lafrenière est déjà désigné. Il s’agit de Zachary Bolduc, auteur de 28 buts en 50 matchs à ses débuts dans la LHJMQ, à 16 ans.

Beausoleil doit se féliciter d’avoir parié sur ses chances d’attirer le jeune homme de Bécancour à Rimouski. Il a glissé en fin de première ronde en juin dernier parce qu’il avait annoncé son intention de poursuivre sa route aux États-Unis pour au moins une saison. S’il s’était rendu disponible à toutes les équipes, Bolduc ne serait pas sorti du top 5.

On connaît la suite. Son aventure américaine n’aura duré que quelques semaines. Un coup de fil de Sidney Crosby a contribué à le convaincre de renoncer à la NCAA. Depuis, Bolduc a repris le temps perdu de belle façon, au point d’être la recrue qui a placé le plus de rondelles derrière les gardiens adverses depuis le début de la saison.

Un rendement étonnant? Pas pour Beausoleil, en tout cas.

«Il n’y a pas de limites avec lui. Je l’utilise déjà dans toutes les situations. C’est un jeune tellement l’fun à coacher. Il veut toujours s’améliorer», expliquait le pilote de l’Océanic, lors de son passage à Shawinigan récemment.

Beausoleil dit avoir compris très rapidement qu’il avait mis la main sur un oiseau rare. «Lorsqu’il est venu nous voir durant sa fenêtre de 48 heures, il tricotait des chaussettes dans les coins avec nos défenseurs réguliers! J’ai tout de suite vu qu’on avait un futur pro entre les mains. Bon, il est reparti, c’était décevant, mais il est rapidement revenu et depuis, il progresse à vue d’œil.»

Bolduc, de son côté, préfère garder la tête froide devant son palmarès étoffé. Il accorde beaucoup de mérite à ses coéquipiers. «Je suis tellement bien entouré. En jouant avec des joueurs aussi talentueux, j’essaie de me rendre disponible et d’amener des rondelles au filet lorsque je suis en position de tirer.»

Une recette simple, mais combien efficace pour l’ex-Estacades midget AAA. Son rendement lui permet de flirter avec un groupe légendaire chez l’Océanic. En tant que recrue de 16 ans, il n’y a en effet que trois joueurs qui ont fait briller la petite lumière rouge plus souvent que lui dans l’histoire de la concession: Sidney Crosby (54), Vincent Lecavalier (42) et Alexis Lafrenière (42).

Bolduc a fêté son 17e anniversaire lundi. Il est à trois points de son coéquipier Isaac Belliveau, qui trône au sommet des marqueurs des recrues avec 49 points. Il y a sept recrues au-dessus de la barre des 40 points, incluant Vasily Ponomarev (45), des Cataractes. Les recrues défensive et offensive, qui seront dévoilées au gala des Rondelles d’Or dans un peu plus d’un mois, font vraisemblablement partie du lot…

+

Daniel Renaud déjà de retour... à Val-d'Or

Daniel Renaud ne sera pas resté longtemps au chômage.

15 jours après avoir été viré par Martin Mondou, il a accepté de prendre la relève de Pascal Rhéaume, congédié lundi midi.

Le directeur-gérant Pascal D’Aoust ne s’est d’ailleurs pas fait d’amis autour de la ligue lundi, puisque Rhéaume a appris son congédiement via les médias sociaux. Il s’est entendu avec Renaud avant de remercier Rhéaume, et son réseau n’a pas été assez étanche jusqu’à son meeting avec le résident de Bécancour à midi. Ce dernier ne l’a pas trouvé drôle. 

«L’équipe est revenue tard de Baie-Comeau cette nuit et je l’ai appris en me réveillant. Savoir ça en consultant les réseaux sociaux, c’est ordinaire! Les étapes sont simples! Avant de congédier un membre de ton personnel, tu dois lui annoncer personnellement avant de l’annoncer aux médias. Malheureusement, il a fait l’étape B avant l’étape A. Il comptait me voir à 12 h 30 aujourd’hui, mais j’ai ramassé mes choses à l’aréna et je repars à Bécancour en fin d’après-midi», a expliqué Rhéaume, au journaliste Jérôme Gaudreau de La Tribune. 


Daniel Renaud

Renaud sera présenté aux médias de l’Abitibi mardi. Il hérite d’une équipe qui se relève d’une reconstruction un peu trop lentement au goût du directeur-gérant. Ironiquement, il a perdu son emploi à Shawinigan exactement pour la même raison! 

Les Foreurs misent sur une meilleure défensive que les Cataractes, mais ils n’ont pas le même pouvoir offensif. D’ailleurs, selon Rhéaume, les Foreurs ne méritent pas beaucoup mieux que leur septième place dans la conférence Ouest. «Si Pascal Daoust croit qu’il avait une équipe pour terminer au cinquième rang de la conférence sans un premier trio digne de ce nom, il se trompe», a également commenté Rhéaume à La Tribune. 

En passant, il n’est pas impossible que Cataractes et Foreurs s’affrontent au premier tour des séries. Il y a deux petits points d’écart entre les échelons 4 et 7 dans la conférence. Tant Foreurs que Cataractes font partie de ces quatre équipes au coude à coude, et les clubs qui termineront quatre et cinq auront rendez-vous au premier tour!

Ce serait du bonbon si ce scénario se concrétisait. Et pas seulement en raison de la présence derrière le banc des Foreurs. 

Pascal Rhéaume

Rappelez-vous la plainte déposée par les Foreurs en début de saison, alors que les Cataractes les avaient battus à domicile. Il y avait mésentente avec la LHJMQ et les Cataractes concernant le statut de Jérémy Martin, suspendu au dernier match des séries. Martin avait pris part à ce match, les Foreurs avaient plusieurs jours plus tard déposé un protêt et la ligue leur avait donné raison, ce qui fait que les Cataractes avaient perdu une victoire. 

Martin Mondou avait été assez direct merci sur son appréciation du geste des Foreurs. «Maintenant, les Foreurs pourront consacrer leurs énergies afin d’attirer du monde dans leur aréna!», avait-il lancé.