Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Quel sera votre objectif pour donner plus d’éclat à 2021?
Quel sera votre objectif pour donner plus d’éclat à 2021?

Ferez-vous la split en 2021?

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Nouvelle année rime bien souvent avec résolutions. Vous savez, ces petites bêtes que l’on prend au premier janvier, et qui finissent bien souvent dans le fond des poubelles quelque part vers le 23 ou 24 janvier, si elles ont survécu à la galette des rois. Mais en ce début d’année pandémique, confiné et en plein couvre-feu, me semble que ce genre d’objectif devrait rimer autrement, devrait nous donner une raison d’avoir envie de se lever le matin, devrait nous motiver. Tiens, j’en ai un objectif à vous proposer cette année: faire la split!

Non, la chroniqueuse ne s’est pas cogné la tête sur la glace de la patinoire ou en «snow-racer» durant le temps des Fêtes. Rassurez-vous, je ne suis pas non plus devenue Josée Lavigueur, et j’ai encore ma bonne vieille flexibilité, une coche en dessous d’une barre à clous coincée dans le joint de la porte. Si je plie, en général, ça craque! Rien de changé sur ce point-là en 2021.

Mais je dois vous partager l’une de mes découvertes du temps des Fêtes. Elle s’appelle Julie. Rencontrée sur Zoom lors d’un petit 5 à 7 organisé virtuellement pour l’anniversaire d’un ami de très longue date. Julie est apparue dans mon écran au même titre que plusieurs autres amis communs du fêté, sans qu’on ne se soit jamais rencontrées avant.

Tout le monde lève son verre, tout le monde souhaite bonne fête. Et d’un coup, Julie doit quitter. «Je vous laisse, j’ai mon cours de «stretching» qui va commencer».

Entre deux fous rires et trois taquineries, Julie commence à nous expliquer qu’elle avait l’habitude d’aller au gym, mais qu’avec la pandémie, elle a dû réinventer l’entraînement à la maison. Et comme c’est pas toujours évident de se motiver, elle s’est fixé un objectif.

«D’ici décembre 2021, je veux faire la split», lance-t-elle. Je vous épargne ici les remarques, plus souvent masculines on va se le dire, à l’idée d’imaginer la fille une jambe devant et l’autre derrière, à 180 degrés au sol, tel un Luc Senay à la fin des épisodes de La Guerre des Clans.

Mais moi, à travers les rires et les blagues, je continuais de regarder les yeux pétillants de Julie. Tout aussi ricaneuse que les autres, elle avait quand même son objectif en tête. Un objectif assez motivant pour elle pour couper court à un 5 à 7 et aller faire son entraînement de «stretching». Une motivation suffisante pour la faire rayonner comme elle rayonnait à ce moment-là, autant qu’il est possible qu’on puisse rayonner dans une réunion Zoom.

Et je l’enviais.

J’aurais voulu briller autant. Avoir quelque chose dans ma boule de cristal qui me motive autant que Julie était motivée à faire la split en 2021.

Mais oubliez-moi pour la split, ce ne sera pas pour cette année, ni pour aucune des années qu’il me reste à vivre. Je n’aurai jamais assez d’années devant moi pour arriver ne serait-ce qu’à toucher mes propres orteils quand je me penche vers l’avant. Tous ceux qui ont déjà eu le «bonheur» de me voir faire du yoga le savent, je suis le grand poteau de métal au fond de la salle qui attend impatiemment de faire la roche dans la position de l’enfant, aussi rebaptisée chez moi «la-face-étampée-dans-le-plancher-parce-que-j’en-peux-plus-d’étirer».

Mais j’ai quand même envie de trouver ce que sera ma split à moi. J’ai envie de profiter de ce temps de confinement et de couvre-feu, de l’aborder non pas comme quelque chose qui nous serait imposé, mais plutôt comme une opportunité d’essayer complètement autre chose, de repousser mes limites, mes habitudes et ma zone de confort. Je mijote encore sur la formule, promis je vous en reparlerai d’ici décembre prochain.

Mais en attendant, c’est le souhait que je vous formule pour 2021. Je sais, l’année qui vient de passer a été difficile, et les premiers jours de 2021 ne nous ont rien laissé présager de vraiment meilleur. Mais je vous souhaite de prendre le taureau par les cornes, de vous sentir utile, motivé, apprécié, vivant. De vous fixer des buts qui feront en sorte que les journées seront plus légères et que les soirées confinées auront un sens, une autre couleur et de l’éclat.

Je vous souhaite de rayonner autant que Julie.

Je vous souhaite de trouver votre split.