Le piéton peut remercier les réflexes exceptionnels du chauffeur d’autobus qui arrivait sur lui à toute vitesse et qui a freiné juste à temps.

Distraction mortelle

CHRONIQUE / La Société de transport de l’Outaouais a commencé à publier des vidéos d’accidents évités de justesse aux abords du Rapibus. Les images sont spectaculaires. Elles nous font réaliser que la vie ne tient parfois qu’à un fil. Et qu’un bref moment de distraction peut s’avérer mortel!

En tout cas, les deux vidéos diffusées cet été font réagir les gens sur les réseaux sociaux, tout en les sensibilisant à l’importance de respecter la signalisation du Rapibus. En plus, c’est une campagne de sensibilisation qui ne coûte presque rien à la STO.

En tout cas, le piéton qui a brûlé un feu rouge pour traverser le corridor du Rapibus, vendredi matin, fait partie des chanceux.

Il peut remercier les réflexes exceptionnels du chauffeur d’autobus qui arrivait sur lui à toute vitesse et qui a freiné juste à temps.

Sur la vidéo, on constate qu’il s’en est fallu de quelques centimètres pour que la vie de ces deux-là bascule dans une autre dimension vendredi.

Bien que secoué, le chauffeur est revenu indemne au garage. Il a expliqué à ses supérieurs avoir klaxonné pour avertir le piéton qui n’a pas réagi. Avait-il des écouteurs sur les oreilles? Impossible d’en être sûr sur les images captées par une caméra de surveillance.

Le plus ahurissant, c’est de voir repartir le piéton comme si de rien n’était, après avoir failli passer sous les roues d’un autobus articulé de plusieurs tonnes. Il n’attend même pas que le feu tourne au vert! Comme s’il vivait dans son propre univers. Soit il n’a rien appris de sa mésaventure, soit il était trop sous le choc pour réaliser quoi que ce soit.

La première vidéo mise en ligne par la STO, à la fin juin, montrait un cycliste en train de brûler un feu rouge. Le gars a juste eu le temps de donner un coup de guidon pour éviter un autobus qui arrivait à toute vitesse. Le cycliste est reparti sans attendre le feu vert, apparemment insensible à la tragédie qui venait d’être évitée de justesse.

J’ai reproché par le passé à la STO d’employer un ton moralisateur dans ses communications avec le grand public. Cette fois, le transporteur public me semble avoir trouvé le ton juste. Les deux vidéos diffusées jusqu’à maintenant frappent dans le mille. Le message est percutant sans être culpabilisant ou moralisateur.

«Si on peut semer une petite graine dans la tête des gens, afin qu’ils soient moins dans la lune aux abords du Rapibus, alors on aura atteint notre but», avance Mathieu Lacombe, porte-parole de la STO.

Les chauffeurs de la STO rapportent régulièrement des cas de cyclistes ou de piétons qui s’aventurent dans le corridor du Rapibus. Quand ce ne sont pas des automobilistes qui brûlent des deux rouges, raconte Marco Cruz, directeur du service de l’exploitation à la STO. «Heureusement, c’est rare que ça passe aussi proche que ce matin», a-t-il admis en faisant référence à l’accident évité de la vidéo.

Ceci dit, je trouve que la signalisation aux abords du Rapibus demeure confuse. Il y a des lignes blanches sur le sol, de nombreux feux de circulation, des panneaux partout... Ça fait beaucoup de choses à regarder en même temps.

La STO a fait un effort ces dernières années pour épurer la signalisation aux intersections du Rapibus. Mais elle demeure complexe et touffue. Il a même fallu inventer de nouveaux panneaux de signalisation pour expliquer aux automobilistes comment se diriger aux abords du Rapibus!

Les Gatinois ont fini par s’habituer. Mais je plains les touristes qui doivent y perdre leur latin.

Pour ma part, l’abondance de signaux me fait ralentir. Chaque fois que je traverse un point de passage du Rapibus en voiture, je vérifie dix fois chaque bord qu’un autobus n’arrive pas à pleine vitesse. J’imagine que c’est le but!