Lors de la Journée mondiale des compliments, les participants sont invités à faire part à au moins trois personnes dans leur entourage ou réseau (social) d’un compliment authentique et sincère.

Un simple compliment

CHRONIQUE / Plutôt dangereuse comme journée par les temps qui courent...

Aujourd’hui, le 1er mars, est la Journée mondiale des compliments. Oui, la Journée mondiale des compliments. Je n’invente rien. Ça existe. Et ce depuis 2003.

Cette « journée spéciale » a pris racine aux Pays-Bas et elle se veut la « journée la plus positive dans le monde », affirme-t-on sur le site World Compliment Day. Voici ce qu’on peut lire :

« Cette initiative, contrairement à la Saint-Valentin, la fête des Secrétaires et la fête des Mères et des Pères, n’est pas commercialement orientée, donc tout le monde peut se permettre d’y participer. La Journée mondiale des compliments répond tout simplement au besoin fondamental chez l’homme (et la femme) de reconnaissance et d’appréciation. Personne n’y gagne au sens commercial, mais tout le monde y gagne sur le plan émotionnel. Et c’est là que réside toute sa puissance ».

De gagner sur le plan émotionnel, je n’ai aucun problème avec ça. Une bonne victoire émotionnelle, ça remonte le moral.

Mais comme je disais en entrée en matière, c’est plutôt dangereux de lancer des compliments aux quatre vents par les temps qui courent, c’est-à-dire en ces temps #MoiAussi.

Un compliment peut parfois être interprété de plusieurs façons. Et nous en sommes rendus au point où il faut tourner notre langue sept fois avant d’offrir un simple compliment. Comme quoi vouloir faire plaisir peut parfois être dangereux...

Il y a, par exemple, une énorme différence entre lancer un « t’es bien belle aujourd’hui » à sa conjointe, et de le lancer a une collègue de travail. La première risque de vous donner un baiser. La deuxième risque de vous donner une claque sur la gueule bien méritée.

Mais je reviens à ce site World Compliment Day. Voici ce qu’on ajoute à propos de cette Journée mondiale des compliments :

« Un compliment sincère et personnel ne coûte rien, mais son impact sur le destinataire est énorme. Rien n’est plus stimulant, ne donne plus d’énergie, ne rend les gens plus heureux et au niveau professionnel, ne suscite davantage et plus vite de productivité et d’engagement qu’une appréciation sincère. Si le 1er mars, chaque individu fait part à au moins trois personnes dans son entourage ou réseau (social) d’un compliment authentique et sincère, nous créerons à en plus douter la journée la plus positive dans le monde ».

Voici les mots que je retiens du paragraphe précédent : « Au niveau professionnel, rien ne suscite davantage de productivité et d’engagement qu’une appréciation sincère ».

Vous savez ce que ça veut dire, n’est-ce pas chers lecteurs ? C’est ça. Allons voir le patron...

« Patron.

— Oui Gratton.

— Un bon compliment bien senti de votre part me ferait le plus grand bien et susciterait davantage de productivité de ma part.

— Ta chemise te va bien. Ça te va comme compliment ?

— Mais... ce n’était pas très sincère comme compliment, patron. D’abord, ma chemise est très ordinaire et elle ne me va pas si bien que ça. Et elle n’a rien à voir avec ma productivité.

— D’accord. Alors ta chemise te va bien Gratton quand t’es assis à ton bureau en train de travailler plutôt que d’être ici dans mon bureau à m’emmerder avec tes problèmes existentiels. Ça te va maintenant ?

— Pas vraiment...

— (Soupir.) Alors ta chemise te va bien quand je te regarde de dos en train de sortir de mon bureau. C’est mieux ?

— Laissez donc faire, patron.

— Tu comprends vite, Gratton.

— Merci pour le compliment ! »

Alors, allez-y de trois petits compliments en cette Journée mondiale des compliments, chers amis, et la Terre s’en portera mieux.

« Manon.

— Oui Denis ?

— T’es bien belle aujourd’hui.

— T’as bu, toi ? »

(Misère...)