Matt Lowe, Thierry Harris et Mathieu Fleury sont candidats au poste de conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier.

Un quartier français ? Non merci

CHRONIQUE / En voilà un qui n’a pas très bien compris…

Matt Lowe est candidat au poste de conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier. Le lundi 22 octobre, journée d’élections municipales en Ontario, les résidents de ce quartier devront choisir entre lui, le conseiller sortant, Mathieu Fleury, et l’ex-vice-président de l’Association communautaire de la Basse-Ville, Thierry Harris, pour les représenter à la table du conseil municipal d’Ottawa.

Messieurs Fleury et Harris sont bilingues. M. Lowe ne l’est pas. Mais ce dernier affirme suivre des cours de français.

Lequel des trois sera élu lundi ? Bien malin qui peut le prédire. M. Fleury ne s’est pas fait d’amis à Vanier au cours de la dernière année dans le dossier de la construction éventuelle d’un méga-centre de l’Armée du Salut en plein cœur de cette ancienne ville. Par contre, il s’est fait un paquet d’amis dans la Basse-Ville en réussissant à sortir le refuge de l’Armée du Salut du marché By pour le « déménager » à…. Vanier.

Pourquoi le conseiller sortant a-t-il attendu que ce projet soit pratiquement un fait accompli avant d’avertir les résidents de Vanier de la venue de cet imposant complexe de 350 lits dans leur cour ? On ne le saura peut-être jamais. Mais selon moi, Mathieu Fleury a échappé le ballon dans ce dossier. Il aurait dû agir plutôt que de réagir. Ça lui coûtera peut-être son poste, lundi.

Thierry Harris est un adversaire de taille, lui qui est connu du milieu des affaires et du milieu communautaire. Il semble aussi bien au fait des dossiers qui touchent les francophones de Rideau-Vanier qui représentent 29 % de la population de ce quartier.

Bref, ça risque de chauffer lundi dans Rideau-Vanier et je n’oserais même pas parier un « p’tit deux » sur le résultat. On dit cependant que le candidat sortant a toujours un léger avantage sur ses adversaires. On verra bien…

Un quartier français ?

Mais je reviens à la toute première phrase de cette chronique : « En voilà un qui n’a pas très bien compris… ».

Dans notre édition de mercredi, notre collègue Daniel LeBlanc trace un portrait de la course dans Rideau-Vanier. Et dans ce texte, Matt Lowe se prononce sur son engagement de transformer le secteur Vanier en « un vrai quartier français ». Voici ce qu’il a déclaré :

« Je ne comprends pas pourquoi ça n’a jamais été développé comme projet. C’est un non-sens. J’ai vécu en Louisiane (qui a son French Quarter/Vieux carré français) et on devrait à mon avis s’en inspirer. Ça permettrait d’attirer des commerces, d’améliorer l’image du secteur, etc. Il faut que ça devienne un quartier au même titre que la Petite Italie et le quartier chinois ».

Misère…

Premièrement, M. Lowe, contrairement à ce que vous avancez, un « quartier français » a déjà été développé comme projet dans le secteur Vanier. Sur le tronçon du chemin de Montréal qui traverse ce secteur, pour être plus précis. C’était vers la fin des années 1980, début des années 1990, alors que Gisèle Lalonde était mairesse de Vanier. 

Le but était d’inciter des commerçants et des institutions francophones à venir s’y installer. Ça n’a pas marché, M. Lowe. Mais pas du tout. Jean-Coutu est à peu près la seule entreprise qui a répondu à l’appel à l’époque en y ouvrant une succursale.

Mme Lalonde a beau tenté en attirer davantage en embellissant cette partie du chemin de Montréal de bacs à fleurs multicolores accrochés à des lampadaires en fer forgé affichant la trille et la fleur de lys, il n’y avait rien à faire.

Et depuis, une dizaine de boutiques de prêts sur gage et d’avance d’argent à la Money Mart ont ouvert leurs portes dans ce « quartier français ». Et c’est sans parler des boutiques de cannabis, de pipes à marijuana et des filles de joie qui sont venues se mêler au décor de ce « French Quarter ».

Deuxièmement, M. Lowe, les francophones de Vanier — et d’Ottawa — ne veulent rien entendre d’un quartier français « au même titre que la Petite Italie et le quartier chinois », comme vous le dites. Nous ne sommes pas une population immigrante, mais un peuple fondateur. Notre présence dans la grande Ville d’Ottawa ne s’arrête pas aux frontières du secteur Vanier. 

En fait, ce secteur autrefois majoritairement francophone arrive au troisième rang des quartiers d’Ottawa comptant le plus grand nombre de francophones. Les Francos sont plus nombreux à Orléans et à Cumberland qu’ils le sont à Vanier. Et si les écoles de langue française poussent comme des champignons dans l’ouest de la ville, c’est parce que l’oncompte aussi un plus grand nombre de francophones dans cette région de la capitale.

Comme l’a déjà dit votre adversaire Mathieu Fleury lorsque questionné il y a quelques années sur l’aménagement possible d’un quartier français à Vanier : « Pourquoi mettre l’accent uniquement sur le quartier Vanier quand les francophones se retrouvent partout en ville ? ». Bien dit.     

On ne veut pas un quartier français à l’image de celui de La Nouvelle-Orléans en Louisiane, M. Lowe, on veut une ville officiellement bilingue à l’image du Canada. 

« Arrivez en ville », vous aurait dit ma mère.