Denis Gratton
La Journée mondiale sans téléphone intelligent existe depuis 2001.
La Journée mondiale sans téléphone intelligent existe depuis 2001.

Trente jours perdus ?

CHRONIQUE / Plus de deux heures par jour. Plus de quatorze heures par semaine. Plus de 728 heures par année. Donc plus de 30 jours annuellement.

Je passe 30 jours par année — donc un mois — à utiliser et consulter mon téléphone intelligent, alias mon iPhone. 

Je n’en suis pas fier. Loin de là. Mais on me dit que je suis dans la moyenne. Les statistiques compilées mensuellement par Le Droit me placent même en queue de peloton en ce qui a trait à son utilisation.

Mais le fait d’être dans la moyenne ne me rassure guère. C’est trop, trente jours par année le nez collé sur ce bidule. Beaucoup trop.

Aujourd’hui est la Journée mondiale sans téléphone intelligent. Cette « journée » existe depuis 2001.

Voici donc l’occasion parfaite pour mettre mon iPhone de côté, le temps d’une journée, et de reculer dans le passé afin de vivre une journée comme « dans le bon vieux temps », c’est-à-dire de vivre comme avant l’arrivée de ces téléphones devenus quasi indispensables. Allons même un peu plus loin et reculons dans le temps, avant l’arrivée de l’internet.

6 h 30 : Pas question de lire Le Droit et les manchettes d’autres journaux sur mon iPhone (ou mon ordinateur). Je dois donc faire comme dans le bon vieux temps, c’est-à-dire ramasser la copie papier du Droit qui est livrée à ma porte. Et pour les autres journaux, si je tiens à les lire, ils sont disponibles au dépanneur de mon quartier. AVEC iPHONE : 30 minutes de lecture, pas besoin de sortir de la maison. SANS iPHONE : 15 minutes d’aller-retour au dépanneur, 30 minutes de lecture.

AVANTAGE : Avec iPhone.

 ***

7 h 30 : J’ai une entrevue prévue ce matin dans un coin reculé de l’Outaouais. Mais pas question d’utiliser Google map ou le GPS de mon téléphone (ou de mon ordi). Je dois donc aller à l’auto et fouiller dans le coffre à gants pour une carte routière de la région que je crois avoir conservée. AVEC iPHONE : une minute et j’ai les directions. SANS iPHONE : cinq minutes à chercher la carte dans l’auto pour me rappeler que, finalement, je ne l’ai pas conservée. Je devrai donc appeler la personne que je rencontre pour obtenir les directions pour sa résidence. 

AVANTAGE : Avec iPhone.

***

7 h à 23 h : Pas question de lire les dizaines de courriels qui se sont accumulés dans mon téléphone (et mon ordi). Tous ces gens qui m’ont écrit en cette Journée mondiale sans téléphone intelligent devront attendre à demain pour ma réponse. Ou ils devront m’appeler et, si je ne suis pas à mon bureau au moment de leur appel, laisser un message. AVEC iPHONE : réponse quasi immédiate. SANS iPHONE : aucune réponse ou attendre un retour d’appel, ou encore tomber sur une boîte vocale… pleine.

AVANTAGE : Avec iPhone.

***

13 h : Je ne me souviens plus si un mot est masculin ou féminin. Je devrai donc trouver et consulter un dictionnaire. AVEC iPHONE : réponse quasi immédiate. SANS iPHONE : perdre de longues minutes à tenter de trouver un dictionnaire !

AVANTAGE : Avec iPhone.

14 h : je dois appeler un ami, mais je ne me souviens plus de son numéro de téléphone. Je devrai donc trouver un bottin téléphonique. AVEC iPHONE : l’ami est dans mes contacts, donc même pas besoin de me souvenir de son numéro. SANS iPHONE : regretter le temps où nous avions des bottins téléphoniques.

AVANTAGE : Avec iPhone. 

***

17 h : Arrêt à l’épicerie pour quelques ingrédients nécessaires pour le souper. Mais lesquels ? Pas question d’appeler ma douce moitié avec mon téléphone portable. Je dois donc trouver une cabine téléphonique et de la monnaie. Pour la monnaie, ça passe. Mais une cabine téléphonique !? AVEC iPHONE : une minute au téléphone et j’ai ma liste. SANS iPHONE : bonne chance mon vieux !

AVANTAGE : Avec iPhone.

***

18 h 30 : J’ai une trentaine de minutes à tuer avant le souper. Mais pas question d’aller fouiner sur Facebook comme j’ai pris l’habitude de le faire quand j’ai un peu de temps à tuer. Quoi faire alors ? Je sais. Je vais jaser avec ma blonde. AVEC iPHONE : temps perdu sur Facebook. SANS iPHONE : temps de qualité avec ma douce. (À moins qu’elle ignore la tenue de la Journée mondiale sans téléphone intelligent, qu’elle soit elle-même en train de fouiner sur Facebook et qu’elle ne prenne pas le temps de me parler).

AVANTAGE : ça dépend.

***

Le verdict : En cette Journée sans téléphone intelligent, je vais passer mon tour. Et si les responsables de cette « journée » veulent m’appeler pour demander pourquoi je n’embarque pas dans leur mouvement, qu’ils laissent un message dans ma boîte vocale.

Je devrais l’écouter et leur revenir lundi ou mardi prochain.

Si j’ai le temps.