Pauline Renaud et son amie Toupie sont inséparables.

Pauline et Toupie

CHRONIQUE / Pauline Renaud, 82 ans, a perdu son conjoint il y a quatre ans. Les deux s'étaient aimés pendant plus de 32 ans.
Femme d'affaires bien connue à Gatineau et en Outaouais - Mme Renaud a été la première courtière immobilière du Québec - elle s'est retrouvée soudainement seule. Bien sûr, elle pouvait compter sur la présence de ses six enfants dans sa vie. Mais ceux-ci avaient aussi leurs obligations, leur famille, leur vie.
« Ma mère n'avait pas vraiment de cercle d'amis, explique la fille de Mme Renaud, Claudine Dupuis. Elle et son conjoint, Jim, étaient toujours ensemble, ils voyageaient beaucoup. Alors lorsque Jim est décédé, mes quatre frères, ma soeur et moi avons offert à Maman un petit chien. C'est ce qu'elle nous avait demandé. Elle voulait un chien pour lui tenir compagnie. On lui a donc donné un Yorkshire miniature qu'elle a baptisé Toupie. Et Maman s'est vite attachée à son chien. Elle l'appelle son bébé et Toupie est toujours à ses côtés. Elle le traite comme s'il était le premier enfant de la famille », ajoute-t-elle en riant.
Puis le malheur a frappé, il y a trois ans, lorsque Mme Renaud a été diagnostiquée avec la maladie d'Alzheimer.
« Maman habitait Ottawa, à l'époque, et elle est revenue à Gatineau afin d'être plus près de nous, ses enfants, reprend Claudine. Et on s'occupait d'elle tour à tour. J'allais passer trois jours avec elle, puis ma soeur prenait la relève le reste de la semaine. Mais la maladie a évolué très rapidement et Maman avait besoin d'une présence constante. Alors elle est déménagée avec notre frère Marc à Maniwaki, là où il habite. Et nous allions la visiter là-bas les week-ends. »
Mais la maladie a poursuivi ses ravages et, au bout d'un an, ses enfants n'ont eu d'autres choix que de lui trouver une place dans une résidence où elle obtiendrait tous les soins nécessaires. « Elle avait commencé à se sauver de la maison, se souvient Claudine. Elle avait besoin d'une surveillance constante. On ne pouvait plus la laisser seule une seconde, et mon frère Marc n'en pouvait tout simplement plus. »
Les enfants de Mme Renaud lui ont finalement trouvé l'endroit idéal à la Résidence Bernise Morin, à Maniwaki. Une résidence privée de six chambres pour aînés autonomes, semi-autonomes et en perte d'autonomie.
Le hic, c'est que cette résidence n'acceptait pas les animaux de compagnie. « C'est une condition qu'on a respectée, raconte Claudine. Mais Maman avait le coeur brisé. Et elle nous a dit : "Si vous m'enlevez mon chien, je vais me laisser mourir". Mais nous n'avions pas le choix, on devait respecter le règlement et cette résidence était vraiment l'endroit idéal pour elle. »
Mme Renaud s'est donc établie à cette résidence sans sa Toupie, sans sa meilleure amie. Mais les deux se sont vite retrouvées... 
La propriétaire de la résidence en question, Bernise Morin, raconte :
« J'ai accueilli Mme Renaud à son arrivée. Puis je suis retournée la voir un peu plus tard pour jaser avec elle et elle m'a dit : "Mes enfants ont tout fait pour moi, ils se sont vraiment bien occupés de moi. Mais mon petit chien était tout ce qu'il me restait dans la vie. Et là, je ne peux plus l'avoir". Elle avait le coeur tellement gros et j'ai trouvé ça tellement triste. C'était clair que cette pauvre dame ne pouvait vivre sans son chien. »
Puisque les règlements peuvent parfois être changés ou modifiés, Mme Morin est retournée voir Mme Renaud pour lui dire : « Viens Pauline, on va aller chercher ton chien ». Et les deux ont quitté pour revenir à la résidence quelques minutes plus tard avec Toupie dans les bras de sa meilleure amie.
Pauline et Toupie habitent ensemble depuis. « Tous les résidents ont adopté Toupie, souligne Mme Morin. Elle est tellement docile et calme. Elle est toujours dans les bras de Mme Renaud. C'est tellement beau de les voir. »
« Si Mme Morin n'avait pas accepté Toupie dans sa résidence, reprend la fille de Mme Renaud, notre mère se serait laissée mourir, j'en suis convaincue. Ce chien est sa vie. Et Maman est tellement heureuse maintenant que Toupie est avec elle. C'est vraiment un beau geste qu'a posé Mme Morin. Cette dame a un grand coeur. Et elle prend très bien soin de notre mère. Mes frères, ma soeur et moi nous disons tout le temps que c'est Jim qui a mis cette dame sur notre route. Elle est notre ange. »