C'est la Journée des Franco-Ontariennes et des Franco-Ontariens en ce 25 septembre.

Ottawa enfin bilingue?

CHRONIQUE / C'est la fête ce soir à Ottawa. La fête des Franco-Ontariens. Et tout porte à croire que la ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, n'arrivera pas à cette fête les mains vides...
C'est la Journée des Franco-Ontariennes et des Franco-Ontariens en ce 25 septembre. Et ce soir, tous sont invités à célébrer au pavillon Aberdeen du parc Lansdowne. La fête commence à 17 h et se poursuivra en chansons, en musique et en party jusqu'à 22 h.
Mais j'ai la curieuse impression que c'est à 19 h que ce party lèvera de terre. Voici ce qu'on pouvait lire dans notre cahier spécial sur cette Journée des Francos publié samedi :
« À 19 h, le lancement officiel de cette journée sera effectué en compagnie de la ministre Marie-France Lalonde, du maire d'Ottawa, Jim Watson, et de Guy Laflamme, directeur général d'Ottawa 2017. Une annonce spéciale de la ministre sera partagée avec le public ».
Une annonce spéciale... Tiens, tiens.
Les plus sceptiques d'entre nous diront : « Bon ! Un autre cadeau de la première ministre Kathleen Wynne ! Un autre bonbon que tante Kathleen a trouvé dans le fond de sa sacoche pour nous fermer le clapet ! »
Je les comprends. Après les excuses pour le Règlement XVII, un monument à la francophonie à Queen's Park, un hymne officiel et un ministère... on pourrait effectivement s'attendre à recevoir un autre « bonbon » qu'on n'a pas vraiment demandé.
Mais je crois que ce sera plus ce soir. Beaucoup plus.
Je ne suis pas dans le secret des dieux et je suis peut-être dans le champ, mais je crois que la ministre Lalonde annoncera que le gouvernement présentera un nouveau projet de loi sur la désignation bilingue de la Ville d'Ottawa. C'est-à-dire que le gouvernement prendra le projet de loi privé présenté en mai dernier par la députée d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, et qu'il en fera le sien. Ainsi, les libéraux faciliteraient et accéléreraient l'adoption de ce projet de loi à Queen's Park. Et puisque les néo-démocrates à Toronto appuient publiquement ce projet de loi et que les conservateurs de Patrick Brown n'oseront pas s'y opposer à moins d'un an des prochaines élections provinciales, ce projet de loi devrait passer « comme du beurre dans la poêle ».
De plus, le maire d'Ottawa appuie ce projet de loi de la députée Des Rosiers. Et si le « berger » Watson l'appuie, vous pouvez être sûrs et certains que la grande majorité de son troupeau à la table du conseil municipal d'Ottawa le suivra.
En d'autres mots, la Ville d'Ottawa pourrait devenir « officiellement » bilingue d'ici la fin de l'année, d'ici la fin du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.
Ça, ce serait un gros cadeau pour les francophones de la capitale du pays ! Un vrai de vrai.
Mais ça voudrait dire quoi tout ça ? Comment ce projet de loi changerait-il la donne ?
Tenez, je reprends ce qu'on a écrit dans notre cahier de samedi sur la Journée des Francos. Ça résume assez bien :
« (Ce projet de loi, si adopté,) viendrait confirmer que le Règlement sur le bilinguisme de la Ville d'Ottawa est bel et bien adopté en vertu de l'article 14 de la Loi sur les services en français et que les futurs élus municipaux ne pourront soustraire la Ville aux balises et protection qu'offre cette loi, pierre angulaire des droits linguistiques en Ontario ».
En d'autres mots, la politique sur le bilinguisme qui existe présentement à Ottawa - « et qui fonctionne bien », comme aime le répéter le maire Watson - ne pourrait être modifiée, altérée ou encore abolie par qui que ce soit. Ce que le mouvement « Ottawa bilingue » réclame depuis toujours, quoi.
Est-ce que je rêve en couleurs ? Est-ce vraiment l'annonce que la ministre Lalonde fera ce soir ? Suis-je dans le champ ? Peut-être. Ce ne serait pas une première fois. Mais avouez que ce serait un maudit beau cadeau.
Et si je suis effectivement dans le champ, ce sera bien correct. Ça voudra tout simplement dire que la lutte se poursuit.  
Bonne Journée des Francos à tous !