Des Vaniérois se rassemblent tous les jeudis et samedis à 16 h pour manifester leur opposition au projet de l'Armée du Salut dans leur quartier.

Marcher pour la cause

CHRONIQUE / Les Vaniérois ne lâchent pas le morceau. Et je n'en suis pas surpris...
Le mouvement S.O.S. Vanier prend de l'ampleur. Ce mouvement populaire, je vous le rappelle, a été créé en juin dernier lorsque l'Armée du Salut a surpris un peu tout le monde en annonçant qu'elle quittait le marché By d'Ottawa pour déménager dans un centre flambant neuf qui sera construit d'ici 2020 au 333, chemin de Montréal, en plein coeur de Vanier.
Les Vaniérois ne veulent pas de ce refuge de 103 000 pieds carrés et de 350 lits dans leur cour. Oui, 350 lits. À titre de comparaison, l'Hôpital Montfort compte 289 lits...
Donc S.O.S. Vanier, disais-je, prend de l'ampleur. Il y a eu les manifestations des dernières semaines et il y en aura d'autres, promet-on. On voit depuis quelques semaines des affiches « S.O.S. Vanier » plantées sur les pelouses de certaines résidences du quartier. Et on voit de plus en plus de commerces de Vanier mettre bien en vue dans leur vitrine cette même affiche de « S.O.S. Vanier ». (Le nostalgique en moi se rappelle les « belles » années de S.O.S. Montfort en apercevant toutes ces pancartes.)
Puis, il y a du nouveau dans le mouvement S.O.S. Vanier. Et on l'appelle la « marche de la protestation ».
Tous les jeudis et samedis, à 16 h, un groupe d'opposants à la venue de l'Armée du Salut à Vanier se réunissent au Finnigan's Pub, voisin du 333, chemin de Montréal, et ceux-ci marchent pancartes en main jusqu'au pont Cummings, approximativement un kilomètre plus loin.
Cette marche, je répète, se tient tous les jeudis et samedis à 16 h, peu importe le nombre de participants et peu importe le temps qu'il fait.
« De 12 à 15 personnes prennent part à cette marche depuis sa création, dit Drew Dobson, le cofondateur du mouvement S.O.S. Vanier et propriétaire du restaurant-bar Finnigan's Pub. C'est sûr que nous aimerions compter beaucoup plus de gens avec nous. »
Donc si une petite marche santé d'à peine 30 minutes vous dit...
Le myélome multiple
Et parlant de marche...
Je vous ai parlé de Gilles Caron dans une chronique publiée en septembre dernier. Ce Gatinois voulait me rencontrer pour me parler de sa maladie, le myélome multiple, une forme de cancer du sang peu connue, mais qui touche approximativement 1200 personnes dans la région d'Ottawa-Gatineau. Et on compte 130 nouveaux cas par année dans cette même région.
M. Caron m'a écrit la semaine dernière et je partage avec vous des extraits de son courriel :
« Salut Denis.
«La marche pour le myélome aura lieu le 24 septembre. Cette marche annuelle permet aux personnes atteintes directement ou indirectement du myélome multiple de se rencontrer et d'échanger, en plus d'amasser des fonds. L'objectif cette année est d'amasser 75 000 $ pour la recherche sur cette maladie. Nous avons accumulé, jusqu'à maintenant, 42 000 $.
«Cette marche vise aussi à informer les personnes de l'Outaouais atteintes de cette maladie de l'existence d'un groupe de soutien qui est d'une grande utilité. Ce groupe se rencontre régulièrement au centre Maplesoft, chemin Alta Vista à Ottawa. Les présentations sont en anglais, mais les questions et les discussions sont dans les deux langues. J'espère toujours que nous parviendrons à attirer suffisamment de francophones pour organiser des rencontres du genre en français du côté québécois.»
Alors voilà. La marche en question se tiendra le dimanche 24 septembre, de midi à 15h. Le point de rencontre est le Centre Ron Kolbus Lakeside, au 102 avenue Greenview, à Ottawa (au parc Britannia dans l'Ouest de la ville). Et la marche est d'une distance de cinq kilomètres sur une piste cyclable qui longe la rivière des Outaouais.
Pour de plus amples renseignements ou pour faire un don :