Michel Thibodeau ne recule devant rien pour défendre les droits des francophones.

L’inébranlable Michel Thibodeau

CHRONIQUE / Pour prendre une gorgée d’eau d’une fontaine de l’édifice de l’Est de la colline parlementaire, vous devez appuyer sur un bouton sur lequel est inscrit le mot « PUSH », sans équivalent français.

En ce qui me concerne, le mot « push » sur ces fontaines pourrait bien être inscrit en japonais ou en swahili, je suis pas mal certain que j’arriverais tout de même à comprendre qu’il faut peser sur ce bouton pour que l’eau surgisse.

Mais Michel Thibodeau ne voit pas les choses du même œil. Selon lui, ces fontaines d’eau du Parlement devraient aussi indiquer le mot « appuyez » ou « pesez ». Il a donc décidé de porter cette cause devant la Cour fédérale. Et il a eu de gain de cause.

À LIRE AUSSI : Pas d’appel du Sénat condamné à une amende

Quand une collègue m’a parlé de cette nouvelle avant même qu’elle soit diffusée, ma toute première réaction a été de dire : « pousse, mais pousse égal », sans même réaliser que j’y allais d’un jeu de mots.

Mais en me renseignant un peu plus sur cette cause, j’ai réalisé que M. Thibodeau a tout à fait raison. Oui, sa lutte est mineure si on la compare à d’autres luttes des communautés francophones du Canada. Il n’a pas sauvé un hôpital. Une université non plus. Il s’est toutefois assuré que notre langue et nos droits soient respectés partout, toujours et en tout temps au sein de l’appareil fédéral. Et ça, c’est un gain aussi important que tout autre gain réalisé par les francophones au cours des dernières décennies.

Voici ce que M. Thibodeau avait à dire lundi au collègue Jean-Simon Milette :

« Je me disais que c’était inconcevable qu’on puisse avoir un affichage unilingue anglais dans un édifice gouvernemental sur la colline du Parlement. C’est le berceau de la législature du pays, ça ne faisait aucun sens et il fallait que ça change. Des fois, on n’a pas le choix de le faire nous-mêmes sinon les choses ne changent pas. Les autres institutions fédérales devraient regarder ça et se dire : «il faut se réveiller et appliquer la Loi sur les langues officielles partout».

Il a raison. Si le gouvernement fédéral ne respecte pas une loi qu’il a lui-même adoptée, qui le fera !? Oui, c’est un peu banal, un «push» sur une fontaine d’eau. Ce n’est pas la lutte du siècle. Mais comme on dit : donnez-leur un pouce et ils prendront un mille.

Mais ce que je retiens surtout de la citation de ci-haut de M. Thibodeau, c’est la phrase : «Des fois, on n’a pas le choix de le faire nous-même sinon les choses ne changent pas».

Michel Thibodeau n’en était pas à sa première présence devant les tribunaux. On le connaît pour ses luttes acharnées contre Air Canada qu’il a accusée à deux reprises de violations répétées de ses droits linguistiques. Et ces deux causes se sont retrouvées en justice.

Le gars ne recule devant rien et il est armé d’une patience et d’une résilience hors du commun.

Je vous pose la question, amis Franco-Ontariens : auriez-vous la patience, vous, de lutter pendant trois ans pour qu’on ajoute le mot «appuyez» sur une fontaine d’eau qui n’affiche que le mot «push» ? Honnêtement, là. Livreriez-vous cette bataille ?

Moi, non. Je n’aurais ni la patience, ni la détermination, ni le temps et ni d’argent à risquer dans une telle aventure. Michel Thibodeau, lui, croit fermement que s’il ne le fait pas, que les choses ne changeront pas. Et on ne peut que lui donner raison.

Voici en terminant un extrait d’une entrevue que j’ai réalisée avec lui en octobre 2012 :

«J’aimerais qu’il y ait beaucoup plus de francophones qui fassent comme moi. Si beaucoup plus de francophones se tenaient debout et revendiquaient plus souvent leurs droits, je pense que les choses changeraient beaucoup plus vite. »

Puis en parlant de ses deux luttes contre Air Canada et de toutes les insultes, les lettres haineuses et les menaces qu’il a reçues simplement pour avoir revendiqué ses droits, il a répondu :

«J’avais deux choix. Défendre mes droits ou baisser les bras. Et cette dernière option n’existe pas dans mon livre. Parce que si je baisse les bras, ce seront tous les francophones du Canada qui perdront leurs droits. Et je ne pourrais pas vivre avec ça.»