Les membres de l’Atelier de sculpture sur bois de Hull se rencontrent tous les mardis.

Les «gosseux» de bois

CHRONIQUE / Ici, le temps s’arrête.

Pendant quelques heures, tous les mardis, on ne regarde pas les minutes s’écouler. On ne regarde pas machinalement nos écrans d’ordinateur, de tablette ou de téléphone intelligent. On ne regarde pas « The Price is Right » en tentant de deviner le prix d’une voiture américaine. On ne règle pas le sort du Canadien de Montréal, on ne déblatère pas contre les nids-de-poule et on se fiche pas mal de la rotondité — ou non — de la Terre.

Ici, on « gosse » du bois. Et à petits coups de couteau, de gouge et de ciseaux patiemment donnés ici et là, le bloc d’érable, de tilleul ou de pin devant nous se métamorphose tranquillement et magiquement en une fleur, un oiseau, une œuvre d’art.

Ici, on crée.

Et ici, on est entre amis. Entre « gosseux de bois ». Entre sculpteurs et apprenti-sculpteurs qui ne voudraient être nul part ailleurs qu’ici. À l’Atelier de sculpture sur bois de Hull.

« J’aime bien mieux venir ici que d’aller regarder le temps passer aux Galeries de Hull, lance Georges Lafrance, 82 ans, membre depuis plusieurs années de cet atelier de sculpture pour les 55 ans et plus. On ne vient pas ici travailler, on vient vivre notre passion. Et les amitiés qui se forment ici, ce n’est pas croyable », ajoute-t-il.

Hochement de tête de Joanne Collin, une collègue sculpteuse qui s’affaire à terminer son œuvre : des loups qui hurlent à la lune. « J’aime l’atmosphère ici, dit-elle. On se fait de bons amis. Je dirais même qu’on est comme une grande famille. »

Une grande famille qui compte Raymonde Massé, une enseignante à la retraite et membre de l’Atelier depuis plus de 20 ans. Une grande famille qui compte Raymond Demers, retraité du Conseil national de recherches Canada et membre de l’Atelier depuis neuf ans. Et une grande famille qui compte aussi Alain Lapszynski, l’ancien propriétaire du commerce SOS Électroménager du boulevard Saint-Joseph et apprenti-sculpteur depuis à peine cinq semaines.

« Dès que je suis arrivé, dit ce dernier, j’ai tout de suite ressenti la collégialité et l’entraide qui règnent ici. C’est très plaisant. »

Et vous créez quoi ?

« Une fleur. Une simple fleur. C’est ma toute première sculpture. Mais pour ma prochaine, j’ai l’intention de sculpter la Bataille de Trafalgar », lance-t-il à la blague.

(Je vous donne deux minutes, chers lecteurs, pour aller voir des images de la Bataille de Trafalgar sur la toile.)

Fondé en 1983, l’Atelier de sculpture sur bois de Hull, qui est situé au-sous-sol de la bibliothèque Lucien-Lalonde de la rue Berri, compte approximativement 200 membres. Les sculpteurs s’y donnent rendez-vous tous les mardis. Les luthiers occupent les locaux les lundis et jeudis. Tandis que les ébénistes et menuisiers s’y rendent les mercredis, là où tout l’équipement et la machinerie nécessaires à leur passe-temps sont mis à leur disposition. Il en coûte 110 $ par année pour devenir membre.

Et avis à ceux qui voudraient s’y joindre, le sculpteur professionnel, Pierre Tessier, est présent tous les mardis pour initier les nouveaux venus à la sculpture sur bois, et pour conseiller et guider ceux qui maîtrisent maintenant leur art.

Vois aimeriez voir leurs œuvres ou vous en procurer une ? Ces sympathiques « gosseux de bois » prendront part à la Foire artisanale du bois qui se déroulera ce soir, samedi et dimanche (les 29, 30 et 31 mars) au pavillon du Parc Moussette (centre communautaire Tétreau), au 361, boulevard Lucerne, secteur Hull. L’entrée est gratuite.

Pour devenir membre ou pour plus de renseignements : Carol Joanisse au 819-930-1209.

Les pompiers à votre table

Un petit rappel que c’est mardi, le 2 avril, que se tiendra le déjeuner annuel des pompiers et pompières de Gatineau.

Pour une 5e année, les hommes et femmes du Service de sécurité incendie de Gatineau s’improviseront serveurs et serveuses d’un jour au profit de Fibrose kystique Canada - Outaouais.

Les déjeuners seront servis en échange d’un don volontaire de 6 h à 15 h au restaurant Ben & Florentine du 25 chemin de la Savane, à Gatineau. Tous les profits des dons volontaires financeront la recherche sur la fibrose kystique.

Un bon repas, une sortie amusante, une très bonne cause.