Hier, j’ai fait le trajet aller-retour Centre Rideau-chemin Blair à bord du tout nouveau train léger. Je résume en un mot : wow ! Quelle réalisation ! D’une efficacité et d’une rapidité incroyable.

Le train léger: wow!

CHRONIQUE / J’étais âgé dans la jeune vingtaine lorsque OC Transpo a inauguré ses premiers autobus articulés, ou les autobus accordéon comme on les appelle. J’étais émerveillé.

En 1983, on terminait la construction du Transitway à Ottawa, l’équivalent du Rapibus de Gatineau. Encore une fois, j’étais impressionné.

Hier, j’ai fait le trajet aller-retour Centre Rideau-chemin Blair à bord du tout nouveau train léger. Je résume en un mot : wow ! Quelle réalisation ! D’une efficacité et d’une rapidité incroyable.

Bon, je sais bien que la Ville d’Ottawa n’a pas inventé le bouton à quatre trous avec son tout nouveau « métro ». J’ai emprunté le métro de Montréal des centaines de fois dans ma vie, j’ai aussi pris place dans le métro de Toronto à quelques occasions, ainsi que dans le célèbre subway de New York, qui est une expérience en soi celui-là.

Mais de voir un tel système de transport à Ottawa – de l’emprunter surtout – vous fait vite réaliser que la capitale fédérale est entrée dans d’autres ligues avec ce train léger. Les grandes ligues.

Le plus impressionnant de cet aller-retour Centre Rideau - chemin Blair ? Deux choses. La vitesse avec laquelle on complète ce trajet. Et la station souterraine Rideau qui, je devine, se trouve à quelques mètres du centre de la Terre.

Pour se rendre à cette station, il faut emprunter cinq escaliers mécaniques. Si vous préférez emprunter les escaliers, ce sont 35 marches par étage à descendre, 35 marches par étage à monter.

Ce tunnel se trouve donc à 175 marches d’escalier de profondeur ! Vous voulez un bon entraînement cardio matinal en vous rendant au boulot ? Empruntez les escaliers de la station Rideau. Perte de poids assurée. Et si ça peut vous rassurer, chaque station du train léger est équipée d’un défibrillateur d’accès public…

La vitesse maintenant. Le trajet du Centre Rideau au centre-ville jusqu’au chemin Blair, dans l’est d’Ottawa, est d’une durée de 15 minutes, avec des arrêts sur le campus de l’Université d’Ottawa, sur la rue Lees, au chemin Hurdman, à la gare Via Rial d’Ottawa du chemin Tremblay, au centre commercial Saint-Laurent, au chemin Cyrville puis enfin au chemin Blair.

Quinze minutes tout ça. Pas 20 minutes, pas 16, pas 12, mais 15 minutes, pile. Le système est réglé au quart de tour et à la seconde près.

L’hiver, ce trajet en voiture ou en autobus par une journée enneigée peut prendre une éternité. Apportez votre lunch et votre oreiller, vous n’êtes pas rendus. Mais à bord de ce train, pas de problème, 15 minutes et vous y serez. (Du moins, on le souhaite en espérant que les ingénieurs aient compris que les rails doivent être déneigés entre novembre et avril dans la capitale du pays.)

Je prenais place à bord du wagon nommé Toundra. Ça sentait le neuf. Les messages enregistrés sont bilingues, tout comme l’affichage dans les wagons et les stations. La voix nous annonce quelle station nous approchons. Et lorsque le train s’arrête, on entend : « doors opening, ouverture des portes ». Puis « doors closing, fermeture des portes ». Et le train reprend sa route. Disons qu’on est bien loin des clochettes à sonner dans l’autobus pour avertir le chauffeur qu’on veut descendre au prochain arrêt.

Les feuilles des arbres ont commencé à changer de couleur. Je ne l’aurais jamais remarqué au volant de ma voiture. Mais à travers les immenses vitres du train léger, on peut admirer le paysage.

C’est plaisant, une promenade en train léger. J’ai toutefois eu l’air un peu nono quand je suis descendu à la station du chemin Blair croyant que je devrais changer de train pour le trajet du retour vers le Centre Rideau. J’ai demandé des informations à un employé de la Ville d’Ottawa (ils sont nombreux à chaque station pour guider les usagers). Et celui-ci de me répondre : « remontez simplement à bord de votre wagon, monsieur, il repart dans l’autre direction dans 30 secondes ». Et moi qui croyais que le train devait être tourné, un peu comme on le faisait à Wakefield avec le petit train à vapeur. Je sais, je suis nono. Je l’ai écrit plus tôt.

Enfin, comme première expérience à bord du train léger, je donne la note A+. C’est rapide, efficace, précis, propre, facile d’accès, pratique, amusant et bilingue.

Le petit train ira loin.