La compagnie Apple lançait son tout nouveau iPhone. C'était Noël hier. Rien de moins.

La vie au bout des doigts

CHRONIQUE / Avez-vous dormi la nuit dernière ou étiez-vous trop excités pour fermer l'oeil ?
Parce que c'était un grand jour, hier. La compagnie Apple lançait son tout nouveau iPhone. C'était Noël hier. Rien de moins.
Vous savez quoi ? Je n'en ai rien à cirer du nouveau téléphone intelligent d'Apple. J'ai mon vieux Samsung qui me suffit, merci.
Mais avez-vous déjà pensé à tout ce que le téléphone intelligent a remplacé dans nos vies ? Reculons un peu. Reculons aux années 1980. Reculons à « une journée dans la vie » de... de... appelons-le Gilbert, tiens. Une journée dans la vie de Gilbert, version 1987, il y a à peine 30 ans...
La radio du réveil-matin de Gilbert s'allume sur le coup de 6 h. Gilbert appuie sur le bouton snooze et se permet dix autres minutes au lit avant que le réveil-matin s'active à nouveau.
Il se lève enfin, jette un coup d'oeil sur le calendrier retenu sur le frigo par un aimant qui lui rappelle que c'est aujourd'hui qu'il doit se rendre au chalet de son ami Georges.
Gilbert prend son carnet d'adresses, il trouve le numéro de téléphone de Georges, il décroche le téléphone au mur et il appelle ce dernier.
« Salut Georges, lui dit-il. Écoute, je sais que tu m'attends à ton chalet vers 10 h ce matin, mais je dois arrêter à la banque en chemin et je dois aussi m'arrêter poster une lettre. Donc je crois que je serai plutôt à ton chalet vers 11 h.
- Pas de problème, Gilbert. Je t'attends. Mais habille-toi chaudement, ce n'est pas chaud ce matin. À tantôt mon ami. »
Gilbert raccroche et jette un coup d'oeil sur le thermomètre à sa fenêtre. Georges avait raison, se dit-il, il fait à peine 10 degrés. Il se rend à la porte prendre son journal et, une fois sa lecture terminée, il étend une carte routière sur la table pour trouver les directions pour le chalet de son ami.
Une heure plus tard, Gilbert s'apprête à quitter lorsqu'il se rappelle d'apporter son appareil-photo. Il va le chercher, il quitte et il dépose une lettre dans une boîte postale à deux pâtés de maisons de chez lui. Puis il reprend la route pour se rendre à la banque.
La file pour la caisse est longue. Gilbert regarde les minutes passer sur l'horloge au mur et il tue le temps en jasant avec la dame devant lui et l'adolescent derrière lui. Puis il jette un coup d'oeil sur son bordereau de paye. « Il semble manquer quelques dollars à ma paye ». Il sort une calculatrice de sa poche et la pitonne. « Non,  tout est correct. » La caissière lui sourit et lui fait signe de s'approcher. Gilbert dépose sa paye dans son compte et règle quelques factures, il salue la caissière d'un sourire et d'un « merci », quitte la banque et s'arrête à une cabine téléphonique pour appeler Georges et lui dire qu'il quitte la ville à l'instant.
« C'est parfait, lui dit Georges. J'ai bien hâte de te voir, on aura des tas de choses à se raconter. »
Voici maintenant « une journée dans la vie de Gilbert », version 2017.
L'alarme de son iPhone 8 le réveille à 6 h. Une autre alarme de son iPhone lui rappelle que c'est aujourd'hui qu'il doit se rendre au chalet de Georges. Il trouve le numéro de téléphone de ce dernier dans ses « contacts » inscrits dans son iPhone et il le « texte ». Il vérifie ensuite les prévisions météorologiques pour la journée sur son iPhone, il lit son journal, toujours sur son iPhone, puis il « Google » les directions pour le chalet de Georges. Il règle quelques factures par internet, il s'assure - sur son iPhone - que sa paye a bel et bien été déposée dans son compte de banque, puis il quitte pour le chalet en se disant qu'il prendra de merveilleuses photos là-bas... avec son iPhone.
Enfin il « texte » Georges une dernière fois pour lui dire qu'il quitte la ville à l'instant.
Et une fois au chalet, Gilbert et Georges ont passé leur temps avec le nez collé sur leur iPhone et c'est à peine s'ils se sont dit deux mots dans la journée.
Les objets et choses « remplacés » par le téléphone intelligent dans cette histoire : Le réveil-matin, la radio, le calendrier, le carnet d'adresses, le téléphone au mur, le thermomètre, le journal, la carte routière, l'appareil-photo, la boîte postale, l'horloge, le comptoir bancaire, le bordereau de paye, la calculatrice, la cabine téléphonique et... l'interaction avec la race humaine. 
Et longue vie au iPhone 8.