La murale S.O.S. Montfort est l’oeuvre de l’artiste gatinoise, Marie-Hélène Lajoie, décédée en 2018.

La murale S.O.S. Montfort: le legs de Marie-Hélène Lajoie

CHRONIQUE / Je reviens sur la question de la murale S.O.S. Montfort du secteur Vanier qui a été retirée il y a deux ans pour restauration.

Comme on l’apprenait lundi, le Muséoparc Vanier a décidé de remplacer cette murale plutôt que de la rénover. Les coûts de restauration s’élèvent à près de 80 000 $, une somme que le Muséparc n’a tout simplement pas. On a donc décidé d’en créer une toute nouvelle tout en conservant l’esprit de l’originale, ainsi que les personnes qui y apparaissaient, soit les leaders du mouvement S.O.S. Montfort.

On voulait bien la restaurer, cette murale. Le Muséoparc a même lancé une campagne de sociofinancement au printemps 2017 pour amasser les sommes nécessaires à sa restauration. Mais cette campagne s’est avérée un échec.

Et si on tentait à nouveau d’amasser l’argent nécessaire ? Et si on tendait la main une deuxième fois ?

Un lecteur qui désire conserver l’anonymat m’a écrit cette semaine pour me dire qu’il est prêt à donner 5 000 $ pour la restauration de cette œuvre. C’est un départ. D’autres ont écrit sur les réseaux sociaux qu’ils donneraient eux aussi pour sauver cette murale originale.

Et si on y allait d’un dernier effort pour la restaurer et la sauver ? On se doit de le faire.

La murale S.O.S. Montfort est l’œuvre de l’artiste gatinoise, Marie-Hélène Lajoie.

Le 15 février 2018, Mme Lajoie est décédée à l’âge de 43 ans après un long combat contre le cancer. Elle laissait dans le deuil ses parents, Juliette Vachon et Denis Lajoie, son conjoint, Yves Lalonde, ses deux enfants, Cynthia et Antony, son frère, Jacques-André, sa grand-mère, Marie-Claire Vachon et tous ses proches.

Plusieurs témoignages ont été publiés dans la nécrologie de Marie-Hélène Lajoie parue en ligne. En voici des extraits :


« « Marie-Hélène était une artiste de grand talent, et les tableaux qu’elle m’a aidé à réaliser vont la faire vivre pour toujours dans mon cœur ». »
Rolande C.

« « Je remercie Marie-Hélène d’avoir partagé sa passion pour la peinture en m’enseignant l’art ». »
Colette L.

« « Sa souffrance est maintenant du passé, mais son âme d’artiste nous accompagnera toujours ». »
Danielle J.

« « Pour moi, quand j’écoute le chant des oiseaux, je pense à elle. Vivez à travers ses mémoires. C’est la plus belle chose. Marie avait un cœur en or. Je suis choyée de l’avoir connue ». »
Sonia G.

« Vivez à travers ses mémoires », a écrit cette dernière.

La murale S.O.S. Montfort est un magnifique legs que l’artiste tant aimée qu’était Marie-Hélène Lajoie a confié à la communauté de Vanier et aux Franco-Ontariens.

On se doit de la restaurer en son honneur. On se doit de la sauver en sa mémoire.

Itinérance Zéro

Changement de sujet…

Bonne nouvelle du côté d’Itinérance Zéro.

Le fondateur et directeur de ce mouvement populaire, Benoît Leblanc, déclarait au Droit mardi que son organisme devra cesser d’offrir des repas gratuits les lundis aux itinérants de Gatineau, faute de bénévoles et de financement.

M. Leblanc avait convié les médias à une conférence de presse prévue jeudi pour annoncer cette réduction de services.

Or, mercredi, Itinérance Zéro a annulé cette conférence de presse et annoncé qu’il allait continuer sa mission les lundis.

M. Leblanc a cependant ajouté dans son avis aux médias que la viabilité à long terme d’Itinérance Zéro est fragile. « La charge de travail augmente sans cesse et nos bénévoles sont épuisés, a-t-il dit. Itinérance Zéro est ouvert à tout partenariat public ou privé qui lui permettrait de poursuivre sa mission », a ajouté M. Leblanc.

Itinérance Zéro offre gratuitement de 400 à 500 repas par semaine. Et de 80 à 120 personnes profitent quotidiennement de ce service.