Denis Gratton
La fondatrice et directrice du CÉBO, Nicole Patenaude, et Francine Gendron,  une apprenante qui est devenue membre du conseil d’administration de l’organisme.
La fondatrice et directrice du CÉBO, Nicole Patenaude, et Francine Gendron, une apprenante qui est devenue membre du conseil d’administration de l’organisme.

La magie des lettres

CHRONIQUE / Philomène voulait lire son Prions en église. Bonne chrétienne pratiquante âgée de 90 ans, elle connaissait par cœur le Notre Père, le Je vous salue Marie, le Je crois en Dieu, et elle pouvait réciter son chapelet dans son sommeil.

Mais Philomène ne savait pas lire. Elle qui voulait tellement se joindre aux autres paroissiens le dimanche dans la lecture du Prions en église ne savait plus à quel saint se vouer.

Quelques cours au Centre d’éducation de base de l’Outaouais (CÉBO) ont suffi. Philomène a finalement appris à lire « la parole de Dieu ». Rien à voir avec un miracle ou une intervention divine, elle a simplement trouvé une tutrice bénévole du CÉBO prête à lui enseigner la lecture avec le Prions en église comme matériel pédagogique.

Des histoires comme celle de Philomène, Nicole Patenaude, la fondatrice et directrice du CÉBO, pourrait en raconter des dizaines, voire des centaines.

Le chauffeur de taxi qui est devenu apprenant au CÉBO afin de pouvoir lire le nom des rues de Gatineau. Quelques mois plus tard, plus aucun trajet ne lui faisait perdre la carte.

Le gars qui travaillait chez Sears dans le département de jouets, mais qui ne pouvait faire l’inventaire, incapable était-il de lire le nom des jouets sur la liste remise par son patron. Grâce au CÉBO, il a appris à lire l’inventaire en question et son emploi est devenu un jeu d’enfants.

La boulangère qui, lorsque le temps venait de lire une lettre ou tout autre document, mettait littéralement la main à la pâte et disait à l’un de ses employés : « Lis-moi cette lettre-là s’il te plaît, j’ai les deux mains dans la farine ». La boulangère a appris à lire et à écrire au CÉBO, sa boulangerie roule toujours et elle gagne bien sa croûte.

Puis, il y a Francine Guindon, 69 ans, qui a mis les pieds une première fois au CÉBO il y a 30 ans pour apprendre à lire, écrire et compter, et qui est aujourd’hui membre du conseil d’administration de cet organisme, responsable du recrutement et de l’accompagnement des apprenants.

« Ça n’allait pas trop bien dans mon ménage quand je suis arrivée ici, il y a 30 ans, se souvient Francine. Mais où pouvais-je aller, moi qui ne savais ni lire, ni écrire ? Et il n’était pas question que je passe le reste de ma vie sur l’aide sociale. Le CÉBO m’a accueillie, j’ai appris à lire et écrire, et j’ai retrouvé confiance en moi. Le CÉBO m’a donné une fierté. J’ai longtemps hésité avant de venir ici. Mais lorsque l’un de mes enfants est revenu du dépanneur en pleurant parce que le commis avait ri de lui et de la note que je lui avais remise (une note qui se lisait : ‘Une pinte de la’ pour ‘une pinte de lait’), c’était assez. J’étais décidée, j’allais apprendre à lire et à écrire », ajoute la mère de quatre enfants.

Le CÉBO célèbre cette année ses 40 ans. Quarante années de succès et de vies changées pour le mieux.

Les apprenants reçoivent un enseignement personnalisé donné par des tuteurs et tutrices bénévoles. Les cours sont donnés en soirée à l’école secondaire de l’Île du secteur Hull et ils sont offerts gratuitement.

Nicole Patenaude, 71 ans, a fondé cet organisme en 1979 et le CÉBO a accueilli ses premiers apprenants en 1980. Quatre décennies plus tard, Mme Patenaude y est toujours.

« Quand j’ai commencé, j’avais un téléphone et deux tiroirs de classeur, lance-t-elle. Et si on m’avait dit que cette aventure allait durer 40 ans et que j’allais en faire une carrière, je ne suis par certaine que je me serais laissée faire, ajoute-t-elle en souriant. Mais pour moi, le CÉBO n’est pas un travail. J’aime ça. C’est comme une mission de vie. »

En 40 ans, ce sont plus de 1500 apprenants et apprenantes qui sont passés par le CÉBO pour toucher à la magie de la lecture et de l’écriture et ainsi améliorer leur qualité de vie et réaliser leurs rêves.

« En travaillant ici et en aidant tous ces gens, conclut Mme Patenaude, c’est comme si ma vie a pris tout son sens. »

Pour de plus amples renseignements sur le CÉBO, ou pour devenir apprenant ou tuteur bénévole : 819-771-6556. lecebo@hotmail.com. Site web : www.cebo.ca.