Marc-Olivier en compagnie de sa mère, Marie-Chantale Brunette, et son père, Marc Chantelois.

La longue lutte de Marc-Olivier

CHRONIQUE / Marc-Olivier ne se sent pas trop bien, ces jours-ci. Une infection de la gorge a ralenti ce jeune adolescent de 14 ans. Et ses parents s’en réjouissent…

« C’est une maladie normale, yessss!!, lance son père, Marc Chantelois.

«Ce n’est qu’une infection à la gorge, on est content », ajoute-t-il en souriant.

Plutôt curieux comme réaction de la part d’un père, dites-vous? En effet. Mais après ce que Marc-Olivier et ses parents ont passé, une petite infection de la gorge… c’est presque rassurant.

Marc-Olivier Chantelois est bien connu des Gatinois et des gens de la grande région de l’Outaouais. Il a été porte-parole du Défi têtes rasées Leucan, ainsi que pour le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO). Il a de plus été « l’enfant-héros » du Tour CIBC Charles Bruneau à trois reprises, et il le sera encore cette année.

Marc-Olivier combat le cancer depuis quatre ans. Ses parents et lui ont décidé de rendre sa lutte publique pour sensibiliser les gens à cette impitoyable maladie. Et plus les mois passent, plus Marc-Olivier se porte mieux et reprend vie.

Mais reculons à juin 2014, alors que ce dernier était âgé de 10 ans. Le diagnostic est tombé le 9 juin 2014. Marc-Olivier était atteint d’une leucémie aiguë lymphoblastique. Un cancer du sang catégorisé à haut risque de non-rémission.

«Notre parcours a commencé là, se souvient sa mère, Marie-Chantal Brunette. Ce fut un parcours de trois ans et demi divisé en trois phases. La première phase était de 35 jours. Et durant ces 35 jours, Marc-Olivier devait passer de 97 % de globules blancs cancéreux à 0,05 %, à défaut de quoi on nous demandait de nous préparer aux soins de confort.

— Vous voulez dire aux soins palliatifs ?

«C’est ça.»

Il va sans dire que la vie de cette famille de cinq enfants venait de basculer puis de s’arrêter. Si les traitements de chimiothérapie ne donnaient pas les résultats espérés, les jours du jeune garçon de 10 ans étaient comptés. «Du jour au lendemain, on voit notre enfant souffrir et on ne sait pas s’il va survivre, explique Mme Barrette. Notre vie bascule. Plus rien ne va. J’ai dû laisser mon travail (chez Patrimoine canadien). Tout comme Marc a laissé son travail en informatique pendant presque un an.

«Ce fut 35 jours de traitements de chimio intenses et très agressifs, ajoute-t-elle. Marc-Olivier recevait des traitements tous les jours, et plusieurs types de chimio en même temps.»

Les traitements ont fonctionné, au grand soulagement de tous. On passait maintenant à la phase deux, qui demandait une semaine d’hospitalisation sur deux pendant un an pour d’autres traitements de chimiothérapie. Puis est venue la phase trois, soit des traitements moins fréquents et moins agressifs.

Et aujourd’hui? Comment va Marc-Olivier après avoir courageusement passé à travers cette tempête qui a testé les limites de ses forces, de son endurance et de sa résilience?

«Il est en rémission depuis le 30 septembre 2017, répond sa mère. Ça fait maintenant 10 mois et il est suivi au mois. Les médecins disent que les dangers d’une rechute sont plus présents durant les deux premières années de rémission. Mais la rémission dure cinq ans au total.»

« Et jusqu’à la guérison complète, soit lorsque Marc-Olivier aura 18 ans, on sera toujours anxieux, enchaîne son père. Mais ça va très bien jusqu’à maintenant. Très très bien.»

Toute la famille est optimiste. Marc-Olivier le premier. Si bien que l’adolescent rêve déjà à la profession qu’il exercera quand il sera adulte.

«Chirurgien cardiaque, laisse-t-il tomber. Parce que j’aimerais sauver des vies comme des gens ont sauvé la mienne.»

— Et pourquoi acceptes-tu d’être le porte-parole de plusieurs causes comme celles de Leucan, du CHEO et du Tour Charles Bruneau?

«Parce que j’ai réussi à passer à travers tout ça. Donc pour ces personnes qui sont en plein dedans et qui luttent, je suis comme une source d’espoir pour eux. Et je peux les aider.»

C’est demain matin à 7 h 30, au Centre sportif Place de la Cité, que se tiendra la cérémonie de départ des cyclistes du parcours de Gatineau de la Solidarité du Tour CIBC Charles Bruneau en soutien aux enfants atteints de cancer. Accompagnés de la porte-parole de l’événement, Luce Dufault, les cyclistes parcourront 300 km entre Gatineau et Boucherville.

Pour faire un don : tourcibc.charlesbruneau.qc.ca