Le 18 octobre 1929, le plus haut tribunal d’appel au Canada a rendu une décision historique : les femmes seraient incluses dans la définition du mot «personne» au sens de la loi.

La Journée de l’affaire « personne »

CHRONIQUE / « Manon.

— Oui Denis ?

— T’es chanceuse.

— Ah bon. Et pourquoi dis-tu ça ?

— Si nous vivions 90 années dans le passé, en 1929, tu ne serais rien. Tu ne serais même pas reconnue comme une personne.

— Mais de quoi parles-tu encore ?

— Aujourd’hui, en ce 18 octobre, on célèbre la Journée de l’affaire «personne» au Canada. 

— Devrais-je allumer des chandelles ? Décorer le salon ? Aller acheter un gâteau ?

— Ce n’est pas bête. Le fait que tu sois maintenant reconnue comme une personne mérite bien une petite célébration. T’arrêteras au LCBO pour une bouteille de champagne en allant chercher le gâteau.

— T’as hâte que je te le demande, n’est-ce pas ?

— Que tu me demandes quoi, Manon ?

— Que je te demande où tu vas avec tes niaiseries.

— Mais je ne niaise pas ! Il y a 90 ans, les femmes n’étaient même pas reconnues comme des personnes. Le mot «personne» ne s’appliquait qu’aux hommes. Vous, les femmes, étiez des… des…

— Des quoi, Denis Gratton ?

— Mais je ne sais pas moi ! Des moins que rien, je devine.

— Tu la veux devant ou derrière la tête, ma claque ?

— Mais ce n’est pas moi qui le dis ! Écoute bien. Je te lis un passage sur cette Journée de l’affaire «personne» au Canada : «Ce jour-là, le 18 octobre 1929, le plus haut tribunal d’appel au Canada a rendu une décision historique : les femmes seraient incluses dans la définition du mot «personne» au sens de la loi. C’est ainsi que les femmes ont eu le droit de siéger au Sénat, ce qui a mené à une participation féminine grandissante à la vie publique et politique». Incroyable, n’est-ce pas ? Et aujourd’hui, chaque 18 octobre, on décerne à cinq Canadiennes les Prix du Gouverneur général en commémoration de l’affaire «personne».

— Donc tout ça tournait autour du droit des femmes de siéger au Sénat, si je comprends bien ?

— C’est à peu près ça, oui. Les gouvernements disaient que si le mot «personne» ne s’appliquait qu’aux hommes et que seules des «personnes qualifiées» pouvaient être nommées au Sénat, alors seuls les hommes pouvaient y siéger. Et les tribunaux leur donnaient raison. C’était d’un mépris scandaleux. Justin Trudeau devrait s’en excuser.

— En quelle année les femmes ont-elles obtenu le droit de vote au Canada ?

— Attends, je vais demander à Google. Voilà. En 1917 en Ontario et en 1940 au Québec.

— Donc certaines femmes avaient le droit de voter dans les années 1920, même si elles n’étaient pas reconnues comme des personnes au sens de la loi ?

– Pourvu qu’elles votaient pour un homme, j’imagine. C’est-à-dire pour une personne. Une VRAIE personne. Donc un homme.

— Tu la veux vraiment ma claque, hein Denis ?

— Mais pourquoi te choques-tu contre moi Manon ? Je n’y étais pas en 1929. Je trouve ça aussi barbare que toi. Ça n’avait pas de maudit bon sens.

— En effet. Et il n’y a pas si longtemps que ça, quand on y pense. Il y a à peine 90 ans. Cela veut donc dire que nos grands-mères n’étaient pas reconnues comme des personnes.

— C’est bien vrai. Et ma mère est née en 1927, elle est donc venue au monde une «non-personne». Mais je n’aurais pas voulu être celui choisi pour lui annoncer. Ichhh… Cette PERSONNE aurait passé un mauvais quart d’heure.

— Heureusement que les choses ont changé.

— Ouais… Alors Manon, tu y vas ?

— Où ça ?

– Acheter du champagne et un gâteau qu’on célèbre cette journée spéciale.

— Idiot.

— (Non-personne).

— Pardon ? Qu’as-tu dit là, Denis Gratton ? À qui parles-tu ?

— À… À… À personne. »