L'Hôpital Montfort, à Ottawa

«Here we go again»

CHRONIQUE / Misère…

Adieu université de l’Ontario français ! Adieu Commissariat aux services en français ! Désolé Mme Dyane Adam et votre équipe pour tout ce temps qu’on vous a fait perdre. Merci monsieur le commissaire François Boileau pour vos onze années de services et bonne chance dans vos plans futurs.

Quelle triste journée.

Je pense à tous ces gens - tous ces jeunes surtout - qui ont travaillé corps et âme pendant toutes ces années pour convaincre le gouvernement ontarien de l’importance d’une éducation postsecondaire gérée par et pour les francophones. Je pense à eux et j’ai le coeur gros.

Quel recul pour la communauté franco-ontarienne. Quel choc. Et pourtant, le premier ministre Doug Ford s’était engagé durant la campagne électorale à poursuivre la mise sur pied de la nouvelle université de langue française à Toronto. La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, s’était aussi prononcée en faveur. Et à plus d’une reprise. Elle l’a répété sur toutes les tribunes au cours des derniers mois.

Et on les a crus…

On aurait dû s'en douter, hein ? On aurait dû savoir que les bons vieux conservateurs referaient surface tôt ou tard. Chassez le naturel, il revient au galop.

J’ai la drôle d’impression aujourd’hui que nous sommes les Charlie Brown de l’Ontario. Et que les conservateurs sont les «Lucy» de la communauté franco-ontarienne. «Oui, oui, Charlie Brown, dit Lucy. Tu peux botter le ballon, je ne le retirerai pas à la toute dernière seconde cette fois-ci. Promis.» Et vlan ! Sur le cul encore une fois.

Et comme si nous retirer notre université n’était pas suffisant, le gouvernement de Doug Ford abolit en plus le Commissariat aux services en français, l’officier indépendant de l’Assemblée législative de l’Ontario qui s’assure que la Loi sur les services en français - la Loi 8 - soit respectée par le gouvernement provincial, ainsi que par les institutions et les municipalités désignées sous cette loi.

Qui verra à nos droits maintenant ? Qui nous défendra ? Les enquêteurs de ce commissariat étaient déjà surchargés. Qui accomplira ce travail maintenant ? Qui prendra la relève ?

En abolissant ce bureau, Doug Ford nous dit ni plus ni moins qu’il s’en balance de la Loi 8. Et en démolissant notre université avant même qu’elle soit érigée, il nous dit ni plus ni moins qu’il s’en balance de nous, Franco-Ontariens.

Quelle triste journée. Une double gifle au visage. Un autre recul.

Alors on fait quoi, là ? C’est bien simple. On fait ce qu’on a toujours fait. On remonte au front et on se bat. Encore une fois. «Here we go again». 

Nous l’aurons, notre université. Nous gagnerons ces luttes. Elles ne seront pas faciles. Elles ne le sont jamais. Mais chez les Franco-Ontariens, perdre n’a jamais été une option. Jamais.

Doug Ford l’apprendra.