De nouvelles médailles, convenablement traduites, seront remises à 1600 athlètes des Jeux d’hiver de l’Ontario.

De nouvelles médailles pour 1600 athlètes

CHRONIQUE / Les jeunes athlètes franco-ontariens qui sont montés sur le podium aux Jeux d’hiver de l’Ontario à Orillia, la semaine dernière, recevront une nouvelle médaille dans les prochaines semaines. Et c’est bien tant mieux. Parce que celles reçues à Orillia sont une honte.

Je vous en ai parlé dans ma chronique d’hier, et je vous rappelle ce qui est gravé sur ces médailles. En anglais on peut lire : « For the glory of sport and the honour of our teams in the spirit of true sportsmanship ».

Et voici ce que l’on peut lire en français sur ces mêmes médailles : « Pour la gloire du sort et l’honneur de nos dans un esprit de sportivite ».

Une traduction bâclée qui n’a ni queue ni tête. C’est ce que les jeunes athlètes francophones portent à leur cou. Honteux, disais-je.

Au ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport de l’Ontario, soit le ministère qui chapeaute ces Jeux, on s’est dit au courant de la situation. Le ministère a communiqué avec le comité organisateur de ces Jeux d’hiver à Orillia et on s’attend à ce qu’une solution soit trouvée pour rectifier la situation.

Ce serait donc la faute aux organisateurs d’Orillia, même si ces Jeux d’hiver font partie du « Programme des jeux de l’Ontario », une bibitte gouvernementale créée par le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. Et même si le gouvernement provincial a investi un million de dollars pour la tenue de ces Jeux.

M’enfin... tout est bien qui finit bien.

Le directeur général des Jeux d’hiver de l’Ontario à Orillia, Michael Ladouceur, a confirmé au Droit hier que de nouvelles médailles — traduites convenablement — seront fabriquées et remises à tous les athlètes.

« Nous sommes vraiment désolés pour cette erreur, a-t-il dit. Nous tentons de savoir ce qui s’est produit au niveau de la traduction pour qu’une telle erreur inacceptable ne se reproduise plus. Nous avons distribué 1600 médailles lors de ces Jeux (auxquels 3000 athlètes ont pris part) et elles seront toutes remplacées. Nous communiquerons avec les athlètes d’ici la fin de la semaine pour leur faire part des étapes et de l’échéancier que nous suivrons pour la reproduction des médailles. »

Eh bien voilà. Ce M. Ladouceur fait preuve d’un bel « esprit de sportivite ».

Ceci étant dit, voici quelques commentaires reçus hier sur ces médailles traduites « à la Google » :

Denise D. a écrit : « Je n’ai qu’une seule question à poser : si l’inverse se produisait, la situation passerait-elle quasiment inaperçue ?».

Si l’inverse se produisait Denise, c’est-à-dire si on prenait une phrase écrite en français, qu’on la traduisait toute croche à l’anglais et qu’on gravait cette traduction pourrie sur une médaille, on ne remettrait tout simplement pas ces médailles aux athlètes.

Pascal B. a écrit : « Comme tu le dis si bien, mieux vaut en rire. D’autant que ti-vite Doug Ford va apprendre notre langue et quand il deviendra premier ministre, il va embaucher des traducteurs professionnels pour garantir la qualité du français dans tous les textes relevant de l’Ontario... Je dois te quitter, j’ai une grosse poussière dans l’œil ».

J’ai toujours aimé et apprécié votre sarcasme, mon cher Pascal...

Enfin, Georges L. a écrit : « Même Google n’est pas aussi con. J’ai entré la phrase anglaise en question dans Google traduction et voici ce que j’ai obtenu : «Pour la gloire du sport et l’honneur de nos équipes dans l’esprit de l’esprit sportif». Il n’y a que la dernière partie (sportsmanship) qui n’a pas été traduite correctement. Il faut donc en conclure qu’il y a quelqu’un qui ne s’est même pas donné la peine de «Googler», comme on dit. Ce serait intéressant de savoir qui était responsable de cette traduction. Il doit bien y avoir une personne qui était responsable de cela. On veut son nom et si possible sa photo ».

Désolé de vous décevoir, Georges, mais il n’y aura pas de nom, ni de photo et ni de crucifixion publique.

L’erreur était bête, certes. L’erreur sera corrigée. L’erreur est humaine.