Le fondateur d'IKEA, Ingvar Kamprad, est décédé des suites d'une pneumonie à l'âge de 91 ans.

De la St-Valentin à IKEA

CHRONIQUE / « Denis, c’est la Saint-Valentin dans deux semaines.

— Ah. C’est le fun ça, Manon.

— C’est tout ce que t’as à dire ? Que c’est le fun, ça ?

— Mais que veux-tu que je te dise ? On ne fête jamais la Saint-Valentin.

— Justement, Denis. Ce serait peut-être différent cette année si on la fêtait. Ça pourrait même être romantique.

— Et faire quoi, Manon ?

— Je ne sais pas, moi. Aller au resto peut-être ? Ou une nuit à l’hôtel ?

— Premièrement, Manon, les restos sont probablement déjà tous réservés pour la Saint-Valentin. Il n’y aura plus de place nulle part. Et deuxièmement, souviens-toi de la dernière fois que nous avons passé la Saint-Valentin dans un hôtel. Ou un motel, devrais-je dire.

— De quel motel parles-tu ?

— Comment peux-tu l’oublier ? Il y a une dizaine d’années de ça. On revenait de chez ton père (en Gaspésie), il neigeait et nous nous sommes arrêtés coucher tout près de Trois-Rivières au Motel Jacques.

— Ah mon Dieu ! Le Motel Jacques ! T’as raison, Denis. Comment pourrais-je l’oublier !? (Rires).

— C’était quelque chose, n’est-ce pas ? La tête de lit en miroir. Avec la radio AM encastrée dans cette tête de lit.

— Ce même lit qui vibrait pendant 15 minutes pour la modique somme d’un dollar.

— Ouais... rien à envier au Motel Quickie de La Petite vie, mettons. Il manquait juste un lit en forme de cœur.

— J’imagine qu’il aurait fallu louer la suite pour avoir ce lit-là. (Rires).

— En tout cas, Manon, je ne l’oublierai jamais, cette Saint-Valentin.

— Moi non plus.

*****

— Tu regardes quoi sur ton iPad, Manon ?

— Le fil des nouvelles. Savais-tu que le fondateur de IKEA est décédé ? Il avait 91 ans.

— Oui j’ai vu ça. C’est triste. Mais il aura vécu une belle vie. On dit qu’il était multimilliardaire. Mais j’imagine que ses funérailles ne seront pas célébrées avant une semaine ou deux.

— Pourquoi dis-tu ça ?

— C’est le temps que ça prendra pour assembler le cercueil.

— Idiot. 

— Et je te gage qu’il restera un morceau à la fin.

— Double idiot. Tu sais ce qu’on devrait faire pour honorer la mémoire de ce monsieur ?

— Heu... je ne sais trop pourquoi on devrait honorer sa mémoire, mais vas-y.

— On devrait aller magasiner chez IKEA.

— Tu trouverais n’importe quelle raison pour aller là, je vois ? 

— C’est une raison comme une autre.

— Oublie ça, Manon. Tu sais que je déteste cet endroit. 

— J’aurais juste besoin de chandelles. J’adore leurs chandelles. Et ce serait romantique d’en allumer quelques-unes le soir de la Saint-Valentin. Ce serait mieux que rien...

— Pas question. La dernière fois que nous sommes allés chez IKEA, c’était justement pour tes chandelles. “Juste des chandelles et on quitte”, que tu m’avais promis. Et tu te souviens du reste ?

— Heu... non. J’oublie.

— T’as une mémoire sélective, Manon. Laisse-moi te la rafraîchir. Nous sommes sortis de là avec une caisse de chandelles... et un divan ! Un sofa !! No wonder qu’il était multimilliardaire, ce Suédois. Il avait trouvé le truc pour vendre des frigos aux Esquimaux et des couches au pape. On n’avait pas vraiment besoin de ce sofa. Mais on devait passer devant pour se rendre aux chandelles. Puis tu l’as trouvé beau. Puis soudainement, il te le fallait. Et à tout prix. Donc on l’a acheté. Alors c’est non. Plus d’IKEA pour moi. Ce magasin va me ruiner.

— Même pas pour honorer la mémoire du monsieur ?

— SURTOUT pas pour honorer la mémoire du monsieur ! On brûlera une chandelle en sa mémoire, tiens, ça suffira.

— On n’en a plus.

— (Soupir...) »