Le nom d’Amanda SImard restera gravé dans la mémoire collective des Franco-Ontariens.

De Jean-Robert à Amanda

CHRONIQUE / Je l’avoue, je n’avais jamais entendu parler d’Amanda Simard avant qu’elle soit élue députée provinciale de Glengarry-Prescott-Russell sous la bannière conservatrice.

Mais maintenant, son nom sera gravé à tout jamais dans la mémoire collective des Franco-Ontariens. Parce que le geste qu’elle a posé hier matin à Queen’s Park est d’un courage inouï et d’une dignité incroyable.

Mme Simard avait promis durant la campagne électorale de juin dernier que son parti, si élu, n’allait pas toucher aux acquis des Franco-Ontariens. Elle l’avait répété à toutes les portes sur sa route. Elle ne pouvait pas savoir ce qui se profilait puisque son chef, Doug Ford, et celle qui allait devenir ministre des Affaires francophones de l’Ontario, Caroline Mulroney, livraient exactement le même message durant la campagne.

Amanda Simard a été trahie par son propre parti. Doug Ford lui a menti, comme il a menti à tous les Francos en province. Et devant cette insulte et cette gifle, la députée de l’Est ontarien a été fidèle à ses principes et à ses valeurs et elle a décidé de risquer sa carrière politique en claquant la porte du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario. Faut le faire.

Il faut reculer loin dans l’histoire pour trouver un autre politicien franco-ontarien qui a risqué son avenir politique en se tenant debout pour les siens devant l’injustice. Il faut reculer de 36 ans.

En 1982, le député fédéral d’Ottawa-Vanier, Jean-Robert Gauthier, a été le seul député libéral à s’écarter de la ligne de parti et à s’opposer à son chef, Pierre Elliott Trudeau, en votant contre le rapatriement de la Constitution, les larmes aux yeux. Pour M. Gauthier, c’était une question de principe. Il ne pouvait endosser l’article 23 de la Charte des droits et libertés, selon lequel les services en français ne seraient disponibles que « là où le nombre le justifie », faisant valoir que les droits ne sont pas quantifiables.

Les Franco-Ontariens — et tous les francophones au pays — n’ont jamais oublié ce geste courageux de Jean-Robert Gauthier. Mais il en a payé le prix. Bien qu’il soit demeuré au sein du Parti libéral du Canada, M. Gauthier n’a jamais été nommé ministre. Et Dieu sait qu’il avait toutes les qualifications et les compétences pour le devenir. Et en 1993, alors qu’il convoitait la présidence de la Chambre des communes, les libéraux majoritaires en Chambre lui ont préféré un autre Franco-Ontarien, Gilbert Parent.

Malgré ces deux affronts de son parti, Jean-Robert Gauthier a persévéré et il a lutté toute sa vie pour les droits des francophones de l’Ontario et de partout ailleurs au Canada.

Et si ça peut vous consoler ou vous encourager, Mme Simard, sachez que Jean-Robert Gauthier a reçu plus tard dans sa carrière un doctorat honorifique de l’Université d’Ottawa, il a obtenu le grade de Grande-Croix de l’Ordre de la Pléiade de l’Association internationale des parlementaires de langue française, ainsi que le prix Boréal de la FCFA, et il a été fait Officier de l’Ordre de la Légion d’honneur par la France. Il a de plus été nommé membre de l’Ordre du Canada, et une école élémentaire francophone d’Ottawa porte aujourd’hui son nom.

C’est aussi ça, Mme Simard, avoir le courage de ses convictions.

Merci, Madame la députée. En espérant vous croiser à la manif de La Résistance de demain pour vous serrer la pince.

C’est ce qu’on appelle sortir de sa zone de confort…

Demain, samedi, je coanimerai avec le grand Michel Picard l’émission spéciale Résistance Franco qui sera diffusée à l’antenne de la radio Unique FM de 10 h à 13 h. Cette émission sera de plus diffusée sur les ondes de cinq radios FRANCO de l’Ontario, soit celles de Hearst, de Penetanguishene, de Kapuskasing, de Toronto et de la radio FM 92,1 dans l’Est ontarien.

Coanimer une émission de radio sera une première pour moi. Et j’avoue que les papillons s’activent déjà. Mais je sais que de coanimer avec Michel Picard est un peu comme jouer sur le même trio que Wayne Gretzky. Enlève-toi de son chemin et assure-toi que ton bâton soit sur la glace lorsqu’il te fera une passe sur la palette. C’est comme ça que je vois ça…

Plusieurs invités provenant des quatre coins de l’Ontario viendront s’entretenir avec Michel et moi durant ces trois heures de radio.

Et l’émission mènera vers le début des manifestations de samedi qui s’annoncent historiques.

Donc à samedi. Dans le cahier spécial du Droit, bien entendu. Mais aussi à Unique FM pour l’émission spéciale « Résistance Franco ».