Annie Royer prendra part au Relais pour la vie, un peu pour donner au suivant.

Annie marche pour la vie

CHRONIQUE / La Gatinoise Annie Royer, 37 ans, prendra part au Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer, le 15 juin prochain, au Centre Asticou, dans le secteur Hull.

Elle et son équipe composée d’une quinzaine d’amis et de proches marcheront toute la nuit, pendant 12 heures, pour rendre hommage aux personnes touchées par le cancer et pour lutter ensemble, tout en amassant des fonds pour la recherche contre cette épouvantable maladie.

Mais cette 18e édition du Relais pour la vie de Gatineau aura une signification spéciale pour Annie qui, il y a à peine 12 jours, subissait une chirurgie pour retirer une tumeur maligne d’un sein.

«J’ai reçu un diagnostic de cancer du sein en septembre dernier, dit-elle. En quelques secondes, mon univers s’est arrêté. Je ne comprenais pas ce que le médecin me disait, j’étais dans un mauvais rêve.»

Mais Annie s’est vite relevée de ce choc. Et les poings levés bien haut, elle a décidé de se battre contre ce cancer de stade 2 qui menaçait sa jeune vie.

«J’avais décidé de gagner, lance-t-elle. Et rien n’était à mon épreuve puisque j’étais entourée de mon conjoint, de ma famille, de mes amis et d’une excellente équipe médicale. J’ai perdu mes cheveux durant cette lutte, mais je n’ai jamais perdu le désir de vaincre le cancer.»

Entre septembre 2017 et mars 2018, Annie a dû subir huit traitements de chimiothérapie. «Et ces traitements sont difficiles sur le corps et sur le moral. C’est souffrant, la chimiothérapie», souffle-t-elle.

Ces traitements ont pris fin en mars. Et la chirurgie pour retirer la tumeur a eu lieu il y a 12 jours.

«J’attends les résultats au début du mois de mai, reprend-elle. Donc si tout va bien, je serai cancer free en mai. Bien sûr, il y aura des suivis médicaux. Mais je sais que tout va bien aller, je suis optimiste et confiante.»

—Croyez-vous pouvoir retrouver la force pour participer au Relais pour la vie en juin ?

«Oui, j’aurai la force. Je vais la trouver, la force», a-t-elle ajouté d’un air déterminé et défiant.

Si Annie Royer tient à participer au Relais pour la vie de Gatineau, c’est un peu pour donner au suivant.

«Durant ma chimio, explique-t-elle, j’ai ressenti le besoin de trouver un côté positif à ma maladie. Je voulais participer à quelque chose qui allait me faire sentir en vie. Plutôt que de me demander ‘pourquoi moi?’ et de m’apitoyer sur mon sort, j’ai voulu aider, soutenir et donner de mon temps pour les gens qui traversent une épreuve comme la mienne. Donc je suis entrée en contact avec la Société canadienne du cancer. J’y allais pour une simple visite et pour me trouver une perruque, et j’en suis ressortie avec un projet d’envergure qu’est le Relais pour la vie.

«Au début, j’avais peur, avoue-t-elle. Je me disais que je n’arriverais jamais à faire ça. Mais en m’impliquant dans le Relais pour la vie, j’ai compris que de combattre le cancer est un travail d’équipe. Que l’argent que nous amassons dans le cadre de cet événement va pour les recherches qui nous permettent de voir la lumière au bout du tunnel. La recherche me permettra peut-être de dire, dans quelques semaines, que j’ai gagné ma bataille contre le cancer. La recherche, c’est l’espoir.

«Et je suis convaincue que le 15 juin, lors du Relais pour la vie, je célébrerai ma victoire contre le cancer. Et je rendrai hommage à ceux qui nous ont quittés, tout en faisant ma part pour soutenir la lutte contre le cancer.»

Il y aura trois Relais pour la vie en Outaouais, en juin prochain, soit ceux de la Petite-Nation, le 1er juin, de Buckingham-La Lièvre, le 8 juin, et de Gatineau, le 15.

L’objectif de ces trois nuits de marche contre le cancer a été fixé à 375 000 $.

Pour plus de renseignements, devenir commanditaire, faire un don, devenir bénévole ou consulter la liste des 85 municipalités du Québec participantes, visitez le relaispourlavie.ca ou composez le 1-855-351-0111.