Diane Duchesne montera sur scène lors du Show du Gîte Ami, le 12 mai prochain.

À coeur ouvert

CHRONIQUE / Diane Duchesne en sera à sa deuxième prestation au Show du Gîte Ami, le 12 mai prochain.

Il y a deux ans, cette ancienne usagère de ce refuge a eu droit à deux ovations debout lorsqu’elle a interprété une chanson de Laurence Jalbert. « Je n’oublierai jamais ce feeling, dit-elle. J’ai terminé ma chanson, je me suis immédiatement rendue à l’arrière-scène, puis quelqu’un m’a tapé sur l’épaule en me disant que je devais retourner sur scène. Et quand je lui ai demandé pourquoi, il m’a répondu : ‘les spectateurs sont debout, ils veulent te revoir’. Je ne le croyais pas. C’était indescriptible comme feeling. »

Mon collègue Patrick Duquette a rencontré Diane Duchesne il y a deux ans, quelques jours avant sa première prestation au Show du Gîte Ami. Cette Gatinoise aujourd’hui âgée de 47 ans lui avait raconté des épisodes de sa vie, ou de son enfer, devrais-je dire.

Victime d’attouchements sexuels durant pratiquement toute son enfance, elle a été violée une première fois à l’âge de 13 ans. S’ensuivirent 12 années d’agressions sexuelles, sept ans de prostitution, 25 ans de violence conjugale, 25 ans à consommer du crack... l’enfer. Et c’est sans parler de sa tentative de suicide à l’âge de... neuf ans.

Que la musique ait survécu en elle relève du miracle.

« Je m’en suis sortie grâce au Gîte Ami et aux nombreux intervenants qui m’ont aidée et qui m’aident toujours, dit-elle. Et j’ai décidé de m’en sortir lorsque mon fils, qui vivait en famille d’accueil, a commencé l’école. Je ne voulais pas qu’il me voie dans la rue ou que l’un de ses amis me voie et qu’il dise à mon garçon : ‘ta mère est une pute’ ou ‘ta mère est une droguée’. Je ne voulais pas lui faire vivre ça. Donc je me suis sortie de cet enfer. Ça n’a pas été facile, et ce ne l’est toujours pas, mais j’ai fait la paix avec moi-même. »

Et aujourd’hui, Diane Duchesne se raconte à cœur ouvert.

Elle a donné des conférences au Cégep de l’Outaouais, au collège La Cité et à l’Université d’Ottawa. Et elle en donne toujours dans divers organismes et institutions.

« Je raconte ce que j’ai vécu, explique-t-elle. C’est parfois cru, mais ce sont les faits. Je veux que les jeunes entendent mon vécu afin qu’ils ne vivent pas la même chose que moi. »

Diane Duchesne vient aussi de terminer la rédaction de son autobiographie qu’elle a intitulée Garde espoir malgré tout. « J’ai eu de l’aide de deux amis de l’Université d’Ottawa pour la correction et la rédaction, dit-elle. Ceux-ci me disent que mon livre pourrait devenir un outil de travail pour les étudiants en criminologie. Et dans mon livre, je raconte tout. Les agressions sexuelles, la violence conjugale, l’enfer de la drogue, la prostitution, la prison. Tout. Je croyais que je pouvais l’écrire en deux ou trois mois, mais ça m’a pris plus d’un an à le compléter. Plus j’écrivais, plus les souvenirs me revenaient. J’espère pouvoir le lancer à l’automne. Mais je dois d’abord organiser une campagne de financement pour les coûts d’impression.

— Et quelle chanson interpréterez-vous au Show du Gîte cette année ?

— De la main gauche de Luce Dufault », a-t-elle répondu en me récitant des passages de cette chanson.

Celui-ci m’est resté :

« Tiens voilà c’est ma détresse

Tiens voilà c’est ma vérité

Je n’ai jamais eu d’adresse

Rien qu’une fausse identité. »

Le Show du Gîte Ami est un spectacle musical et de variété mettant en vedette une centaine de résidents de l’Outaouais qui y participent de façon bénévole dans le but d’appuyer le rôle communautaire du Gîte Ami. Cette année, l’ensemble vocal Le Chœur qui bat et des étudiants de l’école de musique L’Artishow se joindront à Diane Duchesne et d’autres artistes de la région. La quatrième édition du Show du Gîte Ami se tiendra le samedi 12 mai, à 19 h 30, à l’auditorium Alphonse-Desjardins du Cégep de l’Outaouais. Les billets sont en vente au coût de 25 $ à l’adresse suivante : www.legiteami.org.