Le monde selon Goudreault

Al Capone en vélo rose

CHRONIQUE / « La pauvreté met le crime au rabais. » -Chamfort

CHRONIQUE / La réalité rattrape la fiction, elle lui fait une jambette et la tabasse. Je n’arrive pas à y croire! Je fouille le cabanon de plus belle, je reviens dans le garage avant de retourner inspecter la haie de cèdres. J’ai beau faire le tour de mon humble domaine, il faut me rendre à l’évidence : on a volé le vélo rose de ma fille! Un magnifique modèle Dora 2016, doté de petites roues d’appoint, avec des fanions aux guidons. Un crotté digne de mes romans est venu cambrioler ma remise et s’est emparé de la bicyclette de mon héritière.

Le monde selon Goudreault

Bedaine à louer

« Dieu ne pouvait être partout, alors il a créé la mère. » — Proverbe yiddish

CHRONIQUE / Offre à saisir! 1er mois gratuit, petit nid douillet pour héberger votre futur poupon, intérieur de 20 ans à peine, commodément situé dans un corps en santé, jamais habité, chauffé, nourriture de qualité incluse (supplément pour les régimes kasher et halal); bail de neuf mois au prix de 4995 $ par mois, possibilité d’accueillir plus d’un locataire, livraison garantie ou argent remis. Réservez votre place!

Le monde selon Goudreault

La planète et les chaussettes de Justin

« Il faut savoir que, non seulement notre lieu d’habitation, mais l’espèce humaine elle-même est en danger. » - Hubert Reeves

CHRONIQUE / Nous sommes tous un peu Justin : « Oui oui, ça nous touche, nous concerne et nous consterne. L’environnement est une priorité et nous passons à l’action… » Certains l’assument avec moins d’hypocrisie, d’autres seraient prêts à retourner ciel et terre pour s’en défendre, mais comme notre fin stratège de premier ministre, notre écologisme en est un de façade.

Le monde selon Goudreault

Le bon, la brute et le silence

« Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire. » - Jean Jaurès

CHRONIQUE / Asshole! Le mot a claqué dans l’air, il a couvert le bruit du trafic et déchiré la quiétude urbaine du lundi matin pour illuminer ma journée. Et il m’habite encore. Nous étions quatre au coin de la rue ce matin-là : un chroniqueur, un bon samaritain, un aveugle et un trou de cul…