Dans l’œil de Woody

CHRONIQUE / On dit qu’une photo vaut mille mots. C’est parfois vrai. C’est même à se demander dans certains cas pourquoi le journaliste a pris la peine d’écrire tous ces mots, alors que l’image résume parfaitement l’histoire.

« C’est un travail d’équipe, dira mon collègue photographe, Patrick Woodbury. La meilleure photo, ou le meilleur texte, c’est quand le photographe et le journaliste travaillent ensemble. »

Il s’y connaît, l’ami Woody, lui qui célèbre cette année ses 20 ans de carrière. Vingt ans qui seront d’ailleurs résumés en photos dans une exposition estivale qui se tiendra au bistro L’Autre Œil du secteur Aylmer. J’y reviens.

Notre photographe, Patrick Woodbury

Originaire de Laval et père de deux filles, Patrick Woodbury, 39 ans, a toujours rêvé de faire carrière en photographie. « J’arbitrais des matchs de soccer quand j’étais adolescent à Laval et j’avais amassé un peu d’argent, raconte-t-il. Donc je me suis acheté un appareil-photo. Ma mère faisait beaucoup de photos de nous et ça avait l’air intéressant. Puis un jour, durant les Jeux olympiques d’hiver de Lillehammer (en 1994), j’ai vu une magnifique photo dans le journal du skieur acrobatique Jean-Luc Brassard, une photo prise par le réputé photographe sportif Bernard Brault. Et c’est en voyant cette photo que je me suis dit : ‘c’est ce que je veux faire. Je veux faire comme Bernard Brault. Rien de moins !’ », ajoute-t-il dans un éclat de rire.

Patrick s’est joint au club de photographie de son école secondaire où, dit-il, il a réellement attrapé la piqûre pour la photographie. Puis il a été admis à l’âge de 18 ans au prestigieux Collège de photographie Marsan, à Montréal, la plus grande école de photographie bilingue en Amérique du Nord. « Et pendant mes études collégiales, reprend-il, je me suis inscrit comme photographe bénévole aux Jeux du Québec, et j’ai trippé pendant deux semaines. Je savais que j’étais dans la bonne voie. Et avant même que je termine mon cours au Collège Marsan, je travaillais pour des hebdos du nord de Montréal, ainsi que pour Québec Soccer et l’Impact de Montréal. »

Puis après un an et demi dans les hebdos, Patrick Woodbury s’est joint à l’équipe du Droit en 2000. Il ne fait pas uniquement des photos de sport, comme il en rêvait autrefois, mais il est toujours aussi passionné par son métier qu’à ses débuts.

« On voit tellement de choses dans une journée et dans une semaine, dit-il. C’est toujours du nouveau, on ne sait jamais ce qui nous attend. Et c’est ce que j’aime. Mais en bout de ligne, je trippe plus sports. Photographier une partie des Sénateurs d’Ottawa, je trippe au max. À la Coupe du monde de la FIFA (soccer) au Brésil, en 2014, j’étais au paradis. Et j’ai aussi trippé durant le match de la Coupe Grey à Ottawa. Il neigeait et il faisait très froid, mais j’ai trippé pareil. C’est bon signe », laisse-t-il tomber en souriant.

Patrick Woodbury a remporté en 2013 le Prix Antoine-Desilets qui est attribué par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) pour honorer les photographes ayant produit les meilleures photos de presse de l’année au Québec dans sept catégories.

« Cette année-là, se souvient-il, j’ai gagné dans la catégorie Vie quotidienne. Et j’étais aussi en nomination dans la catégorie Sports. Puis en 2015, j’étais en nomination pour le Prix Antoine-Desilets dans la catégorie Portrait ». Et cette année, je suis en nomination pour le prix pour la photo de l’année (une magnifique photo de La Machine captée l’été dernier dans le marché By) décerné par l’Association de la presse francophone (APF). On verra le 16 juin prochain. »

Exposition
Une exposition de photos relatant les 20 années de carrière de Patrick « Woody » Woodbury sera présentée cet été, à compter du 4 juin, au bistro L’Autre Œil.

« Je présenterai cinq affiches, explique-t-il, et il y aura 20 photos par affiche. Et chaque affiche aura son sujet. Il y aura donc des affiches pour 20 ans de sports, 20 ans de spectacles, 20 ans de reportages, 20 ans de la Ligue nationale de hockey et 20 ans de soccer. Puis s’ajouteront à cette exposition 10 moments précis de ma carrière, soit les quatre photos mises en nomination à la FPJQ et l’APF, et six autres photos des moments les plus marquants de ma carrière. »

L’exposition 20 ans de carrière de Patrick Woodbury sera présentée tout l’été, et un vernissage aura lieu le dimanche 17 juin.