Gary Frost
Collaboration spéciale
Gary Frost

Consommateur avisé: solutions ou jeu de serpents et échelles?

CHRONIQUE / Les fortes turbulences qui secouent l’économie et l’emploi, fussent-elles temporaires, ont soudainement plongé beaucoup de consommateurs dans l’incertitude et entraîné la précarisation de leurs finances personnelles.

Aux initiatives de soutien mises en place par les deux ordres de gouvernement, l’on a pu observer l’ajout de divers assouplissements accordés par certaines entreprises, notamment dans le domaine du crédit, et cela a sans doute contribué à atténuer quelque peu la brutalité du choc.

Malgré cela et en dépit de la reprise graduelle des activités qui s’amorce dans plusieurs secteurs de l’économie, on peut anticiper que les effets des dernières semaines sur la situation de plusieurs ménages mettront un certain temps à s’estomper.

Dans un tel contexte, les consommateurs en difficulté pourraient s’avérer plus sensibles aux offres qui font miroiter quelque solution rapide à leurs maux. Or, malgré l’urgence, il est sage de prendre le temps de faire des vérifications et, au besoin, de consulter des conseillers professionnels afin d’éviter de mauvais remèdes qui ne feraient qu’empirer l’état du patient.

Prêt d’urgence ou de dépannage

Les offres de prêt d’argent facile et sans enquête foisonnent sur le web. Obtenir en quelques clics un prêt d’argent de 500 $, 1000 $ ou 1500 $ approuvé en une heure et versé dans votre compte le jour même peut certes attirer l’attention. Mais la réalité pourrait s’avérer bien moins avantageuses qu’il n’y parait à première vue.

Derrière les taux d’intérêt en apparence raisonnable qui sont annoncés, se cachent bien souvent des frais non révélés de prime abord. Ceux-ci feront parfois grimper le taux de crédit effectif à 300 %, 400 % et même plus alors que le taux d’intérêt annoncé est de 18 % ou 22 % par exemple.

Services-conseils en règlement de dette

Outre ces prêteurs d’argent, vous aurez peut-être noté la présence de messages publicitaires relatifs à l’offre de services-conseils visant à résoudre l’endettement des consommateurs.

Parmi les services, on offre de négocier le règlement de dettes avec les créanciers, ou le recours à des techniques visant prétendument à améliorer le dossier de crédit des consommateurs ou même de recevoir des sommes versées par ceux-ci pour les distribuer aux créanciers selon l’échéancier établi.

De nouvelles règles ont récemment été introduites à la Loi sur la protection du consommateur afin d’encadrer les activités de ce type d’entreprise. Celles-ci doivent se munir d’un permis délivré par l’Office et observer un certain code de conduite.

Ces règles interdisent notamment aux entreprises de règlement de dettes de percevoir des frais avant qu’une entente soit conclue avec les créanciers du consommateur. Prenez le temps de faire les vérifications d’usage avant de conclure un contrat.

Par ailleurs, il faut noter qu’il ne faut pas confondre les entreprises de service de règlement de dettes avec plusieurs acteurs évoluant dans le domaine des finances personnelles (syndics autorisés en insolvabilité, conseillers financiers et autres professionnels, par exemple avocats, notaires, comptables professionnels agréés. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas visés par ces nouvelles mesures.

Gary Frost est directeur des services aux clientèles à l’Office de la protection du consommateur