Rodrigue Beauchamp et sa bonne amie, Sylvie Roy

Chanson pour un ami

CHRONIQUE / Rodrigue Beauchamp devait subir une greffe de poumons. C’était il y a 11 ans.

En mai 2007, les médecins lui ont dit qu’il pourrait s’écouler de 14 à 18 mois avant qu’un donneur soit trouvé. M. Beauchamp était gravement malade et il souhaitait simplement pouvoir survivre durant cette longue attente.

« Rodrigue n’allait vraiment pas bien, se souvient sa bonne amie, Sylvie Roy.

«Lui et un groupe d’amis sont venus souper chez moi en décembre 2007 et Rodrigue avait de la difficulté à respirer. Nous étions très inquiets pour lui», ajoute-t-elle.

Ce groupe d’amis est tissé serré. Ils ont tous grandi dans le secteur Templeton, tous fréquenté la même école, «et on a tous été baptisés à la même église», laisse tomber Mme Roy.

Afin de soutenir moralement leur ami Rodrigue, ils ont eu l’idée de mettre sur pied un groupe vocal, une chorale. «Nous aimions tous chanter, explique Mme Roy. Et Rodrigue aussi, il vient d’une famille de musiciens et il chante vraiment bien. On s’est donc regroupés pour préparer un concert pour Noël 2008, et les profits de cette soirée allaient être remis à la Maison des greffés, à Montréal, là où Rodrigue allait sûrement séjourner après son éventuelle opération.»

«Je ne m’attendais pas à ce que mes amis fassent ça, poursuit M. Beauchamp. C’était un cadeau magnifique qu’ils m’offraient. Je ne pouvais plus chanter à cause de ma maladie, j’aurais nui à la chorale. Mais que mes amis s’unissent et fassent ça pour moi... j’en reparle aujourd’hui, 10 ans plus tard, et j’en ai encore des larmes aux yeux.»

Les répétitions ont débuté en septembre 2008. Ils étaient 13. Pratiquement tous de Templeton. Ils ont donc baptisé leur chorale : le Chœur du village. Et le tout premier concert du Chœur du village était prévu le 9 décembre 2008, à l’école Jean XXIII du secteur Gatineau.

Tôt ce matin-là, le téléphone chez Sylvie Roy a sonné. C’était la sœur de Rodrigue, Marie-Andrée, qui l’appelait. Mme Roy craignait le pire en entendant sa voix au bout du fil.

«Rodrigue est sur la table d’opération, lui dit Marie-Andrée. Ils ont trouvé un donneur hier soir et Rodrigue a été admis cette nuit.»

«C’était un moment très émouvant, se souvient Mme Roy. Et j’avais vraiment hâte de partager cette bonne nouvelle avec les amis de la chorale. Que Rodrigue soit opéré le jour de notre tout premier concert... disons que nos chants de Noël ce jour-là ont pris une tout autre dimension et que plusieurs d’entre nous avons chanté les yeux pleins d’eau.»

Il y a presque 10 ans de ça. Et Rodrigue Beauchamp remercie encore le Ciel.

«Depuis cette transplantation, dit-il, presque tous mes rêves se sont réalisés. J’ai eu deux petits-enfants, le summum. Et ma fille m’a annoncé il y a deux semaines qu’elle est enceinte. Je serai donc grand-papa de trois petits-enfants, je suis comblé. J’ai pu assister au mariage de ma fille en République dominicaine, il y a quelques années, l’un des plus beaux jours de ma vie. Et là, je prépare un voyage père-fils, ce que j’ai toujours voulu faire avec mon garçon. Je regarde tout ça avec un peu de recul, je pense à mes amis qui m’ont soutenu dès le début, et je réalise que je suis un homme privilégié.»

Et le Chœur du village dans tout ça ? Eh bien il chante toujours. Plus fort que jamais. Il compte maintenant 23 choristes qui chantent à quatre voix et ils offrent deux concerts par année. Et tous les membres s’assurent de porter le ruban vert sur leur chemisier blanc, le symbole du don d’organes.

Et au cours des 10 dernières années, Rodrigue Beauchamp a assisté à tous les spectacles de ses amis.

••••

Le prochain concert du Chœur du village se tiendra le samedi 5 mai, à l’église Sainte-Rose-de-Lima du boulevard Saint-René à Gatineau.

Les billets seront vendus à la porte au coût de 10 $. L’entrée est gratuite pour les enfants de 12 ans et moins.