Le TF-2 de Terrafugia est un véhicule en trois parties qui comprend une cabine de passagers qui peut être transférée d’un véhicule routier à un véhicule aérien.

Terrafugia fait encore preuve d’audace avec son concept TF-2

CHRONIQUE / Il y a 10 ans, la jeune pousse Terrafugia avait surpris les gens avec son bien-fondé de conception («proof of concept») de son avion roulant, le Transition. Après un prototype, la firme de Woburn, en banlieue de Boston, frappe de nouveau avec un nouveau concept, le TF-2.

Même si dans les faits, c’est un peu cela, Terrafugia n’utilisait pas le terme auto volante. Le constructeur préférait avion roulant, car le Transition n’était pas conçu pour décoller de la route ou y atterrir, mais plutôt à partir d’une piste d’atterrissage.

Le TF-2 est un véhicule en trois parties qui comprend une cabine de passagers qui peut être transférée d’un véhicule routier à un véhicule aérien.

Ce véhicule mixte «décollera comme un hélicoptère, volera comme un avion et roulera sur les routes en faisant appel aux dernières technologies de propulsion électrique, de matériaux de construction et de procédés de fabrication afin d’assurer la sécurité et la fiabilité», peut-on lire dans la fiche technique tirée du site de Terrafugia.

Avion hybride piloté d’abord

Le TF-2 est censé arriver sur le marché en tant qu’aéronef hybride piloté. Il intégrera les systèmes de pilotage autonome dès que les technologies seront plus évoluées et le permettront.

Terrafugia avance que la sécurité des passagers fait partie du design du TF-2, qui doit se conformer aux standards aéronautiques et routiers.

Selon les données techniques préliminaires publiées, le TF-2 accueillera un pilote et quatre passagers. La capacité de chargement de la cabine (pilote avec passagers ou cargo) sera limitée à 635 kilogrammes (1400 livres). L’ensemble pèsera 3400 kg (7500 livres).

Huit moteurs indépendants hybrides électriques seront utilisés pour faire voler le TF-2, alors qu’au sol, ce sera un véhicule hybride qui transportera la cabine. L’autonomie a été fixée à 300 kilomètres.

La vitesse maximale prévue s’élève à 231 km/h (125 nœuds). Le tout inclura les technologies d’écran tactile pour les contrôles à l’intérieur ainsi que la connectivité Wi-Fi.

Enfin, la cabine de transport pourra aussi bien servir pour des passagers ou du cargo.

La seule chose qui peut décevoir, c’est que Terrafugia n’a pas divulgué de date prévue de sortie d’un prototype du TF-2. Une vidéo de démonstration peut être vue à youtu.be/4o-x-p7NbPI

Fondée en 2006 par cinq diplômés du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Terrafugia fait maintenant partie du groupe chinois Geely, qui détient aussi Volvo, Lotus et CEVT.