Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Stellantis, né de la fusion de Peugeot-Citroën et de Fiat-Chrysler, veut vendre 70 % de véhicules hybrides et électriques d’ici 2030, contre 14 % prévu cette année.
Stellantis, né de la fusion de Peugeot-Citroën et de Fiat-Chrysler, veut vendre 70 % de véhicules hybrides et électriques d’ici 2030, contre 14 % prévu cette année.

Stellantis répond à Tesla et à Volkswagen en promettant 800 km d’autonomie pour ses voitures électriques

Taimaz Szirniks
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
Stellantis a répondu jeudi à Tesla et Volkswagen en annonçant une autonomie de 500 à 800 kilomètres pour sa prochaine génération de véhicules électriques à partir de 2023, soit plusieurs centaines de kilomètres de plus que la plupart des voitures aujourd’hui en vente.

Le groupe américano-européen, né de la fusion de Peugeot-Citroën et de Fiat-Chrysler, veut vendre 70 % de véhicules hybrides et électriques d’ici 2030, contre 14 % prévu cette année.

Les 14 marques du groupe (Alfa Romeo, Peugeot, Fiat, Opel ou encore Jeep et Dodge) proposeront à partir de 2023 des véhicules basés sur quatre plateformes appelées STLA qui devraient les survolter, a annoncé jeudi son directeur général, Carlos Tavares.

La plus petite plateforme (pour les citadines) promet 500 kilomètres d’autonomie, la moyenne (voitures compactes) 700 kilomètres, et la grande (berlines) 800 kilomètres. Le châssis à échelle, qui équipera les VUS et les camions, promet de son côté 500 kilomètres d’autonomie.

«Ces plateformes constitueront un progrès significatif face à l’angoisse de la panne provoquée par les voitures électriques», a souligné M. Tavares.

Il est fréquemment reproché aux batteries des voitures électriques de ne pas offrir une autonomie suffisante, constituant le principal frein à l’achat. La plupart dépassent à peine les 200 ou 300 kilomètres, une autonomie largement suffisante pour un usage quotidien, mais pas pour de longs trajets ou pour rassurer leurs conducteurs habitués aux moteurs thermiques.

Le nombre et la puissance des bornes, et donc le temps de recharge, font également débat.

800 km et au-delà

Tesla a été la première marque à répondre à ces inquiétudes en annonçant dès ses premiers modèles des autonomies de plus de 400 kilomètres, et plus de 800 kilomètres pour la prochaine version de son modèle haut de gamme, la Model S, ainsi que des réseaux de bornes de recharge rapide.

Mercedes a promis de son côté une autonomie de 770 kilomètres pour la version à batterie de son navire amiral, la Classe S, présentée jeudi. Le concurrent principal de Stellantis, Volkswagen, promet plus de 500 kilomètres pour la vedette de ses compactes, l’ID.3.

Stellantis n’a pas donné de précisions jeudi sur sa stratégie pour doper ses batteries et ses moteurs qui, avec la plateforme, conditionnent l’autonomie des voitures.

Mais le groupe, qui compte réussir sa transition énergétique en proposant une «mobilité propre, sûre et abordable», selon le mantra de M. Tavares, devrait faire de nouvelles annonces le 8 juillet.

La guerre des gigawatts-heures

Stellantis compte également rivaliser avec ses concurrents dans la production de batteries, l’élément le plus cher des véhicules électriques.

Le groupe prévoit de construire des usines et d’établir des partenariats pour produire 130 gigawatts-heures (GWh) de batteries par an d’ici à 2025, et 250 GWh d’ici à 2030.

Les deux usines de Stellantis à Douvrin, dans le nord de la France, et à Kaiserslautern en Allemagne, devraient fournir les 50 premiers GWh et des projets devraient être annoncés «prochainement» aux États-Unis, a indiqué M. Tavares.

Ainsi, Stellantis compte contrôler 80 % de la valeur des véhicules électriques qu’il produit, des cellules de batteries aux services après-vente en passant par les moteurs et les logiciels du véhicule.

Tesla, qui fait actuellement fabriquer ses cellules de batteries par divers fournisseurs asiatiques, compte aussi s’émanciper. Le constructeur californien vise une capacité totale de 100 GWh en 2022 et de 3 térawatts-heures en 2030.

Sa méga-usine, actuellement en construction en Allemagne, pourrait fournir à terme jusqu’à 250 GWh et devenir, selon son patron Elon Musk, «la plus grande usine de cellules au monde».

Volkswagen, qui veut devenir leader mondial de la voiture électrique, prévoit de son côté d’ouvrir jusqu’à six usines géantes de batteries d’ici 2030.