Paul-Robert Raymond
Une image numérique du NAS-E de Twisted, réédition électrique du légendaire Defender de Land Rover, arborant ici la couleur Malibu.
Une image numérique du NAS-E de Twisted, réédition électrique du légendaire Defender de Land Rover, arborant ici la couleur Malibu.

NAS-E par Twisted: le légendaire Land Rover Defender électrifié

CHRONIQUE / Plusieurs aiment la forme et l’allure de l’ancienne génération des Defender, le légendaire véhicule de Land Rover. Sachez qu’une version électrique — à édition limitée — se prépare, mais ce ne sera pas Land Rover qui la mettra en marché.

Il s’agit de Twisted, une firme britannique du Yorkshire, fondée il y a 20 ans et ayant aussi pignon sur rue aux États-Unis depuis peu, qui produira ce véhicule. Elle se spécialise entre autres à rendre aux normes nord-américaines des Defender de Land Rover.

Le fondateur de Twisted, Charles Fawcett, raconte d’où lui est venue l'idée du nom : «Le nom provient de la volonté de prendre des ingrédients d’une recette traditionnelle et de les contourner [“to twist them”] pour faire quelque chose de nouveau.» En fait, les véhicules offerts par Twisted sont restaurés et modifiés, en incluant l’ingénierie et les technologies d’origine.

«Les identités d’origine se rapportent aux véhicules importés d’origine, ayant un châssis datant de 25 ans et plus», explique par courriel Tom Maxwell, pdg Twisted en Amérique du Nord. «Ils conservent leur numéro d’identification de châssis originaux. Lorsqu’ils sont importés aux États-Unis, ils sont immatriculés comme des véhicules anciens importés et ensuite réimmatriculés dans l’État de Virginie en tant que véhicule reconstruit. Donc, ce sont des Defender, sur des châssis d’origine approuvés construits par JLR [Jaguar-Land Rover], qui conservent leur numéro d’identification original. Twisted les reconstruit, fait la réingénierie et les modifie, jusqu’aux derniers écrous»

Twisted propose également depuis le mois dernier le NA-V8, qui satisfait ces normes, en intégrant un châssis en acier galvanisé Raptor, ainsi qu’un moteur V8 GM de 6,2 litres.

Inspiré des régions Californiennes

Maintenant, la firme a dévoilé mercredi, une version électrifiée de son travail de réingénierie avec le NAS-E. Il s’agit d’une version à batterie du modèle 90 du Defender à toit souple. Twisted a pensé d’abord à la Californie en proposant le NAS-E, surtout dans son choix de couleurs. Trois coloris inspirés des différentes régions californiennes seront proposés : Malibu, Yosemite and Tahoe.

Au chapitre des spécifications techniques, le NAS-E se veut tout de même intéressant. Il propose une batterie de 60 kilowatts-heures pouvant lui procurer une autonomie de plus de 300 kilomètres (plus de 200 milles).

La puissance et le couple originels s’élèvent respectivement à 159 kilowatts (équivalent à 214 chevaux) et à 380 newtons-mètres (280 livres-pieds). On dit originels, car Twisted propose aussi une version plus puissante, le NAS-E Plus. Celui-ci voit sa puissance et son couple augmentés à 238 kW (320 chevaux) et à 420 N.m (309 lb-pi).

Je vous vois venir d’ici avec la question qui tue : combien coûte ce «bijou» ? Tout de même assez cher. La version de base NAS-E coûte 185 000 $US (247 750 $), alors que le NAS-E Plus revient à 210 000 $US (281 230 $).

Pourquoi c’est si cher? La production du NAS-E est limitée à seulement 30 véhicules.

Twisted estime qu’il faut neuf mois pour construire un NAS-E à partir du moment où il est commandé. Les positions dans la chaîne de montage peuvent être garanties à l’aide d’un dépôt remboursable. La firme prévoit faire des essais routiers pour ses clients en octobre prochain — si tout va bien, espérons-le.

Mais la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que les citoyens canadiens peuvent commander des NAS-E. «Oui en effet, les Canadiens peuvent facilement réserver, acheter et importer [nos véhicules]. Aucun problème», conclut M. Maxwell.