Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
Paul-Robert Raymond
Plus carré et un peu plus long, le VUS intermédiaire Sorento de Kia de quatrième génération a quelque peu des airs de Ford Explorer.
Plus carré et un peu plus long, le VUS intermédiaire Sorento de Kia de quatrième génération a quelque peu des airs de Ford Explorer.

Kia Sorento 2021: exit le moteur V6

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Le constructeur coréen Kia a entièrement redessiné son VUS intermédiaire Sorento pour l’année-modèle 2021. Une transformation qui passe, notamment, par l’élimination du moteur V6 de son catalogue d’options. 

Le véhicule le plus connu et le plus vendu de la marque coréenne a été prêté aux membres de la presse spécialisée durant tout le temps des Fêtes, période durant laquelle il a été possible de le conduire.

Tel que mentionné au départ, Kia propose maintenant deux nouveaux moteurs quatre-cylindres, soit un de 2,5 litres atmosphérique, qui produit 191 chevaux et 181 livres-pieds de couple, et un autre de la même cylindrée, mais turbocompressé. Ce dernier délivre 281 chevaux et 311 livres-pieds de couple. Cependant, ces changements de motorisation entraînent une baisse dans la capacité de remorquage, surtout dans les versions qui étaient autrefois dotées du moteur V6.

Alors qu’il était possible de tirer jusqu’à 5000 livres (2267 kilogrammes), les Sorento équipés du moteur turbo ont maintenant une capacité maximale de remorquage de 3500 livres (1587 kg). Toutefois, les versions de base dotées du quatre-cylindres atmosphérique peuvent remorquer plus qu’auparavant, soit jusqu’à 2800 livres (1270 kg).

Mais dorénavant, toutes les livrées du Sorento sont dotées de la traction intégrale. 

Sur la route, le moteur turbocompressé du Sorento — on a essayé la version la plus équipée, soit la SX — s’est montré nerveux et agile. Il répondait très bien aux sollicitations. L’ensemble s’est révélé très bien insonorisé.

Quant à la consommation de carburant, le temps froid et l’absence de possibilité de faire de longs trajets ne nous ont pas permis de constater la «frugalité» du moteur à quatre cylindres turbocompressé. On a peiné à faire sous les 10 litres aux 100 kilomètres, même sur des parcours hors de la ville. Peut-être une fois, dans un trajet où la limite de vitesse était aux alentours de 80 km/h, la grande partie du temps. Là, on avait réussi à faire quelque chose comme 9,6 l/100 km.

Dans l'ensemble, avec un parcours majoritairement fait en ville en hiver, on a consommé 13,0 l/100 km.

Des airs d’Explorer

Plus carré et un peu plus long, le VUS intermédiaire Sorento de Kia de quatrième génération a quelque peu des airs de Ford Explorer. Il a été construit sur la nouvelle plateforme N3 — la même que la berline K5, récemment mise en marché — lui procurant plus de rigidité et d’espace.

Avec son empattement augmenté de 35 millimètres, le nouveau Sorento offre plus d’espace pour ses occupants. La deuxième rangée de sièges ajustables propose beaucoup de dégagement pour les jambes des passagers qui y prennent place.

Chose tout de même assez rare dans de tels VUS, l’accès aux places arrière dans la troisième rangée se fait bien, sans trop de contorsions. De plus, l’espace dans ces sièges dans la troisième rangée est correct. On a déjà vu pire. Des adultes moyennement constitués peuvent y avoir un confort minimal.

Une fois derrière le volant, on remarque l’audace dans le design du tableau de bord. Notamment les buses d’aération au centre qui forment un «H». L’aménagement intérieur se veut très bien exécuté, comme les surpiqûres en diamant sur les banquettes. Kia a bien choisi ses matériaux à ce chapitre. 

Par contre, certains plastiques ici et là peuvent sonner faux. Surtout quand on choisit une version plus équipée dont le prix frôle les 50 000 $. Par ailleurs, si on opte pour ces versions tout équipées, vous aurez droit à toute une série d’aides à la conduite et de dispositifs de sécurité active. Ceux-ci interviennent souvent. Ce qui peut être parfois lassant et distrayant.

Parlant de prix, il est certain que la version d’entrée de gamme peut sembler intéressante — sous les 35 000 $, avant frais de transport et de préparation de 1850 $. Cependant, il est difficile de porter un jugement sur la vivacité de ce modèle équipé d’un moteur à aspiration atmosphérique produisant moins de puissance et de couple que la version essayée. Un endroit où vous pourriez économiser avec les versions moins coûteuses, c’est lors des remplacements de pneus, entre autres. Les versions LX+ et LX Premium sont livrées avec des roues de 17 et de 18 pouces. Les quatre versions suivantes (X-Line, EX, EX+ et SX) viennent avec des roues de 20 pouces.

Des hybrides?

Le constructeur ne le crie pas sur les toits en ce moment, mais des versions hybride et hybride rechargeable sont dans ses cartons. De tels véhicules seront les bienvenus. À suivre...

++
DONNÉES TECHNIQUES

Prix: de 33 995 $ à 47 495 $

Prix du modèle essayé: 47 495 $ (SX)

Moteur: L4 2,5 litres turbo à injection directe de carburant

Puissance: 281 ch (209 kW) à 5800 tr/min

Couple: 311 lb-pi (421 N.m) entre 1700 et 4000 tr/min

Transmission: automatique à huit rapports

Consommation: 8,4 l/100 km (route), 11,1 l/100 km (ville), données de Kia

Consommation réalisée: 13,0 l/100 km (conduite hivernale en ville principalement)