Cinéma

Affaire Weinstein: le procureur reconnaît une nouvelle erreur

NEW YORK — Nouvelle erreur embarrassante pour le procureur de Manhattan dans le dossier Weinstein : il a reconnu mercredi qu’un détective de la police new-yorkaise avait conseillé à l’une des accusatrices du producteur de cinéma d’effacer de son téléphone portable tout ce qu’elle jugerait gênant.

Dans une lettre datée de mardi et envoyée à l’avocat d’Harvey Weinstein, la procureure-adjointe responsable de ce dossier emblématique du mouvement #MeToo a reconnu que le détective avait fait cette recommandation à l’une des deux accusatrices à l’origine des cinq chefs d’inculpation restants contre M. Weinstein, correspondant à un viol présumé en 2013 et une accusation de fellation forcée en 2006.

«Mon bureau avait demandé à la plaignante de fournir tous les téléphones portables qu’elle avait utilisés du temps où elle était en relation avec l’accusé», explique la procureure-adjointe Joan Illuzzi-Orbon dans cette lettre communiquée aux journalistes.

Mais lorsque la plaignante s’est inquiétée de voir des messages «privés» transmis au procureur à cette occasion, le détective qui dirigeait alors l’enquête pour la police new-yorkaise, Nicholas DiGaudio, lui a conseillé «d’effacer tout ce qu’elle ne voulait pas qui soit vu avant de remettre les téléphones», reconnaît la procureure-adjointe, citant la plaignante.

Si Mme Illuzzi-Orbon assure que la plaignante a finalement livré l’intégralité du contenu de ses téléphones au procureur, cet aveu fragilise encore un peu plus le dossier de l’accusation, qui a déjà dû abandonner jeudi dernier un des chefs d’inculpation contre le producteur de 66 ans.

«Ce nouveau développement sape encore plus l’intégrité d’un acte d’accusation déjà déficient», a réagi l’avocat d’Harvey Weinstein, Ben Brafman, cité par sa porte-parole.

Le célèbre avocat, qui avait obtenu l’abandon des poursuites contre Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire du Sofitel en 2011, demande depuis août l’abandon de toutes les poursuites contre M. Weinstein, et attend la décision du juge.

La prochaine audience a été fixée au 20 décembre.

Bien que M. Weinstein ait été accusé d’abus sexuels par quelque 80 femmes, son inculpation au printemps dernier reposait sur les allégations de trois femmes seulement.

Depuis jeudi, il ne reste plus que les accusations de deux femmes. La troisième, Lucia Evans - la seule dont le nom était connu - a été jugée non crédible après qu’un témoin eut indiqué qu’elle lui avait confié avoir accepté de faire une fellation à M. Weinstein, dans l’espoir qu’il lui donne un rôle.

L’abandon du volet lié à Mme Evans, qui accusait Harvey Weinstein de l’avoir forcée à une fellation en 2004, découlait déjà partiellement d’une erreur du détective DiGaudio, qui aurait omis de communiquer au procureur l’existence de ce témoignage contredisant la déposition de Mme Lucia Evans, selon certains médias américains.

Interrogée sur ces informations, la police new-yorkaise, cité par le Los Angeles Times, a refusé de parler du détective, assurant que le dossier contre Harvey Weinstein restait «solide».

Un représentant syndical cité par le New York Post a accusé le bureau du procureur de charger le détective pour «cacher sa propre incompétence».

Pour compliquer encore la tâche du procureur, deux des membres de son équipe responsable du dossier Weinstein ont démissionné en septembre, lorsque les premières erreurs du détective ont fait surface, selon le New York Post.

On ignore cependant si leur départ était lié aux difficultés du dossier.

Télé et radio

Roseanne Barr: «Je ne suis pas morte, salopes!»

NEW YORK — Roseanne Barr a réagi avec rage à la diffusion mardi par la chaîne ABC du premier épisode de «The Conners», suite de la très populaire série «Roseanne», mais sans son héroïne, déplorant que la chaîne a préféré la «tuer» plutôt que de lui pardonner.

ABC avait initialement déprogrammé la série, après un tweet raciste fin mai de Roseanne Barr, à l’origine d’un tollé, mais a finalement créé The Conners, qui reprend les autres personnages de la série après avoir «tué» Roseanne, devenue persona non grata.

La nouvelle série débute ainsi trois semaines après les funérailles de l’héroïne, dont la famille va apprendre, à sa grande surprise, qu’elle est morte d’une overdose d’opiacés, ces antidouleurs devenus l’une des principales causes de décès aux États-Unis ces dernières années.

Pour accélérer la rémission d’une blessure au genou, on apprend que Roseanne s’était procuré, en secret, des cachets de ces puissants antalgiques, au point de s’y accoutumer et d’en faire une overdose.

L’intéressée a réagi avec colère. Quelques minutes après la diffusion du premier épisode des Conners, Roseanne, 65 ans, a tweeté : «Je ne suis pas morte, salopes!»

Fin mai, Roseanne Barr avait déclenché une tempête en s’en prenant sur Twitter à une ancienne conseillère de Barack Obama, Valerie Jarrett : «Les Frères musulmans et la Planète des singes ont eu un bébé : vj».

Malgré le retrait du message et les excuses de la productrice, scénariste et actrice, ABC avait annoncé l’annulation de la série quelques heures seulement après la mise en ligne du tweet.

Roseanne avait ensuite essayé de justifier son tweet en expliquant avoir été sous l’empire d’un sédatif.

Les Conners fonctionnent bien, tirés par les acteurs, des dialogues au cordeau, comme à la grande époque de Roseanne, et un traitement en finesse des grands sujets de la société américaine.

Mais Roseanne manque, elle qui était au centre de tout, avec sa gouaille, son humour tranchant et sa mauvaise foi.

Les premiers chiffres d’audience publiés mercredi ont montré que The Conners avait été regardé par 10,4 millions de téléspectateurs, un total assez proche du dernier épisode de la dixième saison de Roseanne, diffusé fin mai.

«Erreur regrettable»

Après le premier épisode des Conners, Roseanne Barr a aussi publié une longue déclaration co-signée par son rabbin Shmuley Boteach, critiquant l’émission et surtout ABC, accusée d’avoir agi par «peur et orgueil».

«Nous regrettons qu’ABC ait choisi de tuer le personnage de Roseanne Conner. Que cela ait été fait par une overdose d’opiacés ajoute une dimension inutilement lugubre et morbide à cette série joyeuse et familiale», ont-ils déploré.

«Je voulais un départ respectueux pour elle», a expliqué le responsable de la production Bruce Helford, dans une tribune publiée sur le site spécialisé The Hollywood Reporter et intitulée : «Pourquoi j’ai tué Roseanne de cette façon».

Il a dit avoir souhaité une fin qui soit «pertinente et puisse initier une discussion» sur un sujet qui touche en particulier la classe ouvrière «dont les vrais problèmes sont souvent ignorés par les grandes chaînes».

Mais pour Roseanne Barr et le rabbin Shmuley Boteach, en écartant Roseanne, ABC a renoncé à «la seule série qui traite directement des profondes divisions» de la société américaine, rassemblant «des personnages de différentes convictions politiques», emmenée par «une femme forte».

«Malgré des excuses sincères et répétées, la chaîne a refusé de passer l’éponge sur une erreur regrettable, rejetant les valeurs américaines de repentir et de pardon», ont-ils souligné.

RICHARD THERRIEN

Trudeau et Chrétien chez Guy A.

BLOGUE / L'actuel premier ministre du Canada Justin Trudeau et l'ancien premier ministre Jean Chrétien, deux libéraux, seront sur le plateau de «Tout le monde en parle», dimanche sur ICI Radio-Canada Télé. Le premier viendra bien sûr parler entre autres de la légalisation du cannabis, en vigueur aujourd'hui même, alors que le second est invité pour son nouveau livre, «Mes histoires».

Guy A. Lepage et Dany Turcotte accueillent aussi l'auteur-compositeur-interprète français Christophe Maé, pour sa série de spectacles, Denise Bombardier, pour son livre Une vie sans peur et sans regret, et Phoudsady Vanny, à l'occasion du Salon de la mort, qui se tiendra à Montréal en novembre.

Tout le monde en parle fera relâche la semaine suivante pour laisser place au 40e Gala de l'ADISQ, animé par Louis-José Houde.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télévision

Les choix télé de Richard Therrien

24/60, ICI RDI à 19h

Une spéciale de deux heures sur la légalisation du cannabis, si vous n’êtes pas saturé.

L’épicerie, ICI RADIO-CANADA Télé à 19h30

Comment cuisiner avec le cannabis. Et les aliments locaux dans les universités.

Pot Inc., Moi et Cie à 20h30

Les Bertrand seront-ils prêts à temps pour la première livraison?