Véronique Cloutier était au Vieux Clocher de Magog hier pour l’enregistrement d’une émission des Fantastiques, dont elle a pris la barre il y a trois semaines. L’animatrice, qui a quitté Rythme Fm pour Rouge FM cette année, visitera les stations satellites du réseau tous les jeudis pendant deux mois.

Véronique Cloutier déjà à l’aise à Rouge FM

Toujours prête à embrasser de nouveaux défis, Véronique Cloutier se sent déjà à l’aise à la barre de l’émission Les Fantastiques, qu’elle a pour mission de relancer après le départ en catastrophe de son prédécesseur, Éric Salvail, en octobre 2017. L’animatrice ne veut jurer de rien, mais elle a le sentiment que son association avec la station Rouge FM a bien démarré.

Jeudi, Véronique Cloutier est débarquée à Magog pour l’enregistrement d’une nouvelle émission des Fantastiques. L’animatrice amorçait sur place une tournée des stations satellites de Rouge FM. Tous les jeudis pendant environ deux mois, elle se rendra avec son équipe en région pour enregistrer.

« On débarque avec trois fantastiques à chaque endroit qu’on visite, confie-t-elle. C’est toujours le même concept et les gens du public gagnent leur place. Je complète aujourd’hui ma troisième semaine aux Fantastiques et ça se passe super bien. »

Malgré sa grande expérience à titre d’animatrice, Véronique Cloutier admet qu’elle a dû s’adapter à sa nouvelle chaise d’animatrice à Rouge FM. « J’ai fait beaucoup de radio dans ma vie, note-t-elle. Par contre, jamais dans ce format-là, c’est-à-dire avec des interventions plus longues et en menant la discussion avec plusieurs personnes. Dans le fond, c’est presque une émission de télé à la radio. C’est hors normes. »

Non seulement s’agit-il d’un nouveau concept, mais l’animatrice doit travailler avec une équipe qu’elle connaît moins. « J’ai été 14 ans à la même antenne chez un compétiteur, donc il faut que je m’habitue aussi à de nouveaux collègues et des façons de faire différent. Je m’étais donné un mois, mais finalement, ça m’a pris une semaine, maximum deux, pour me sentir vraiment à l’aise et chez moi. »

Au sujet du concept de l’émission, elle reconnaît qu’elle a voulu garder intact celui qui avait été créé à l’origine. « Si j’avais voulu imiter la formule, je pense que ça aurait paru. Je ne souhaitais pas arriver avec une pâle copie ou une version édulcorée. Je préférais reproduire l’originale qui avait déjà fait ses preuves et la mettre à ma main, à ma sauce. »

Sans doute parce qu’elle sait que des surprises peuvent survenir à l’occasion, Véronique Cloutier se concentre sur le moment présent. Elle désire que son association avec Rouge FM soit de longue durée, mais elle s’abstient de promettre quoi que ce soit. 

« On n’a pas encore de résultats ni de sondages, reconnaît-elle. On le saura plus près du temps des Fêtes si ça a valu la peine, cette nouvelle association. Mais, pour l’instant, les échos semblent très, très positifs. Je ne suis pas arrivée à Rouge pour faire juste un an. J’espère que ça va durer très, très longtemps. » 

Ses autres projets

Également, l’aventure amorcée avec le lancement de l’émission 1res fois se poursuit pour Véronique Cloutier à Radio-Canada. Cette émission amène des artistes québécois établis à replonger dans leur passé et ainsi revoir des gens qui les ont marqués à une autre époque de leur vie. La prochaine saison débutera en janvier.

« J’ai une équipe fabuleuse pour 1res fois, mentionne-t-elle avec enthousiasme. J’ai beaucoup de plaisir à surprendre les gens et à leur faire plaisir. Le but, c’est que le public puisse vivre des émotions à travers les artistes que je reçois. On s’identifie facilement quand un invité revoit quelqu’un qu’il n’a pas vu depuis longtemps et qu’il pleure de joie. »

Lorsqu’on parle à l’animatrice de l’émission Votre beau programme, qui a été retirée de la grille horaire de Radio-Canada après une saison seulement, elle répond avec détachement. De toute évidence, elle est passée à autre chose.

« Une série de facteurs peuvent expliquer ce qui s’est produit avec Votre beau programme en 2017. Il y a une question de momentum, oui. Si les gens n’ont pas le goût d’écouter ce genre d’émission là le mercredi à 21 h, ça ne m’appartient pas, je ne contrôle pas ça. C’est le public qui décide. Il faut simplement accepter ça. C’est correct. »

Par ailleurs, Véronique Cloutier confie attendre avec impatience le début de la construction de la première maison de la Fondation Véro et Louis, qui accueillera des adultes atteints d’un trouble du spectre de l’autisme. « La construction commencera en novembre, probablement. Et l’ouverture se ferait fin 2019. C’est la réalisation d’un rêve qu’on a depuis quelques années », se réjouit-elle.