Stéphane Rousseau retrouve Fair Play, la boîte qui avait produit sa dernière émission, Sur invitation seulement, à TVA. S’il a aimé cette expérience, il souhaite maintenant un concept beaucoup moins survolté, et plus près de sa personnalité.

V en mode Rousseau

CHRONIQUE / V passe en mode Stéphane Rousseau. L’humoriste, qui reprendra le siège d’Éric Salvail plus de quatre mois après son éviction précipitée, rêvait d’un talk-show de fin de soirée. La proposition est venue tout juste avant les Fêtes. «J’avais ça en tête depuis toujours, mais je ne pensais pas que ça arriverait maintenant. Une fenêtre s’est ouverte.»

Stéphane Rousseau sortait d’une année sabbatique, qu’il a passée à peindre dans son atelier, à voyager un peu, à élever un bébé chien — qui fera peut-être partie de l’émission —, et à passer du temps avec sa conjointe et avec son fils. Du vrai temps pour lui. «Beaucoup, beaucoup de Netflix aussi!» me dit-il.

Voici que le 5 mars à 22h, il s’installera à l’Astral, l’ancien studio de Salvail, mais avec un tout nouveau décor, d’inspiration chalet chic. L’humoriste retrouve Fair Play, la boîte qui avait produit sa dernière émission, Sur invitation seulement, à TVA. S’il a aimé cette expérience, il souhaite maintenant un concept beaucoup moins survolté, et plus près de sa personnalité. Le but est de faire rire, comme Jimmy Fallon et Ellen DeGeneres aux États-Unis, mais aussi d’aborder des sujets plus sérieux avec ses invités.

Rousseau, qui agit aussi à titre de producteur exécutif, aura un ou deux collaborateurs, préférablement des collaboratrices, à ses côtés. Des auditions auront lieu la semaine prochaine pour combler ces postes. Pour le reste, son émission suivra les codes du talk-show traditionnel américain, avec un bureau pour l’animateur et un fauteuil pour les invités. Sketchs, prestations musicales et topos tournés à l’extérieur compléteront le programme.

Contrairement à En mode Salvail, qui était présentée en direct les lundis et mercredis, la nouvelle émission, qui n’a pas encore de titre, sera toujours enregistrée. Notamment en raison de la disponibilité des lieux, mais aussi parce que l’équipe souhaitait se donner une chance d’offrir une émission de qualité tous les soirs. Pour l’instant, l’émission se poursuivra jusqu’à la fin mai. Après, on verra.

Stéphane Rousseau est conscient qu’après quatre ans d’En mode Salvail, le public devra s’habituer à la nouvelle formule. «C’est sûr que les gens vont comparer, forcément. Salvail faisait une bonne job, et a su installer une habitude d’écoute qui n’existait pas à V dans cette case.» Il veut profiter de l’occasion pour se révéler autrement au public. «Les gens me connaissent, mais pas tant que ça», pense-t-il.

Rousseau, qui sera un invité de Tout le monde en parle dimanche, n’est pas du tout impliqué dans le Grand Montréal Comédie Fest, le nouveau festival du rire, même s’il a été approché et qu’il est sympathisant à la cause. Après six tournées, il avait déjà décidé de mettre en veilleuse sa carrière d’humoriste. Toute cette vague de dénonciations, qui a neutralisé Salvail et Rozon entre autres, aura selon lui des effets bénéfiques. «C’est tout un changement de société qui s’opère. L’homme doit s’ajuster et se réinventer. Des situations d’abus de pouvoir comme celles-là, c’est pathétique, triste, choquant. On fait donc un pas de géant dans le bon sens.»

+

FACE AU MUR: SUSPENSE ET ANGOISSE

J’ai vu la première de Face au mur, le nouveau grand jeu-variétés de Maripier Morin, qui commence ce soir (jeudi) à 19h30 à TVA. Quatre-vingt-dix minutes intenses et angoissantes, où l’adorable duo de concurrents, un père et son fils de la Gaspésie, gagne, perd, regagne, reperd et ainsi de suite, au gré des balles qui tombent de ce fameux mur de quatre étages. Ce que j’aime beaucoup de ce jeu calqué sur un concept américain, c’est que le sort des concurrents ne tient pas seulement entre les mains du hasard, mais aussi de leurs connaissances générales. Plus l’émission avance, et plus les questions sont difficiles. Comment s’appelle la partie creuse de la tête du marteau où s’insère l’extrémité du manche? L’œil. Je ne l’aurais pas su, même avec les choix de réponses. On aurait pu dire aux concurrents qu’une partie parfaite leur vaudrait 2,5 millions de dollars, mais on reste plus conservateur en parlant d’un peu plus d’un million, parce qu’on se doute bien que ça n’arrivera jamais, comme au défunt Banquier, et que le duo peut aussi repartir avec 0$. On promet moins d’argent aux concurrents du nouveau jeu d’Ellen DeGeneres, Game of Games, où au moins, on peut vraiment gagner le maximum. Les producteurs de Face au mur considéraient qu’il y avait assez de bon matériel pour faire 90 minutes, mais j’ai l’impression qu’on aurait pu resserrer un peu l’émission. Une heure et demie, c’est long. Reste que le suspense est bien réel, et que TVA tient fort probablement un succès.

+

LA FACTURE CARTONNE

Le reportage sur l’achat de lunettes en ligne à La facture a fait fureur mardi dernier: 940 000 téléspectateurs ont voulu voir plus clair sur ce phénomène. La conclusion: oui, on peut faire de très grandes économies, mais il faut agir avec discernement, et surtout, s’attendre à devoir retourner les lunettes qui ne conviennent pas toujours. District 31 a été l’émission la plus regardée mardi avec 1 225 000 fidèles, devant Unité 9, vue par 1 190 000. ICI Radio-Canada Télé a dominé jusqu’à Hubert et Fanny, suivie par 662 000 curieux, derrière L’heure bleue, qui en a eu 806 000 à TVA.