Les visiteurs du Musée canadien de la nature pourront admirer <em>Gaia</em><em>,</em> un globe de sept mètres de diamètre, dès la réouverture du musée, prévue le 5 septembre.
Les visiteurs du Musée canadien de la nature pourront admirer <em>Gaia</em><em>,</em> un globe de sept mètres de diamètre, dès la réouverture du musée, prévue le 5 septembre.

Une planète Terre géante suspendue au Musée canadien de la nature

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Une «immense et merveilleuse» planète Terre flotte au-dessus de l’atrium du Musée canadien de la nature (MCN). 

Le musée a inauguré mercredi cette sculpture signée par l’artiste britannique Luke Jerram, et baptisée Gaia en l’honneur de la déesse grecque personnifiant la Terre. 

Il s’agit d’un globe éclairé de l’intérieur, qui tourne sur lui-même à la vitesse de 0,25 tour par minute. Sa surface est composée d’images (en haute définition) de la NASA. Chaque centimètre de la sculpture correspond à 18 kilomètres de la surface terrestre, précise l'institution muséale, dans un communiqué.

«Jerram a puisé son inspiration des missions spatiales américaines et en particulier de l’effet de vue d’ensemble. C’est l’impression qui saisit les astronautes quand ils voient la Terre de l’espace pour la première fois et qu’ils sont frappés par sa beauté et sa fragilité. L’artiste a tenté de susciter le même émerveillement et le même effet chez le spectateur», commente le MCN.

Il existe cinq exemplaires de Gaia dans le monde. Les visiteurs pourront admirer ce globe de sept mètres de diamètre dès la réouverture du Musée, prévue le 5 septembre.

Protéger la Terre

Jerram espère que son œuvre rappellera l’urgence de protéger la Terre et de lutter contre les changements climatiques. 

«J’espère que les visiteurs verront la Terre comme s’ils étaient dans l’espace : un lieu précieux et d’une beauté incommensurable, un écosystème qu’il faut impérativement protéger puisqu’il est notre unique demeure», explique l’artiste.  

Gaia devait être dévoilée officiellement à l’occasion de la Journée de la Terre, le 22 avril dernier ; l’opération  a été annulée, le Musée étant alors fermé en raison de la pandémie. 

La tour de verre qui coiffe l’entrée du Musée canadien de la nature a auparavant accueilli une autre sculpture de Luke Jerram, Musée de Lune. Cette lune géante était destinée à souligner le 50e anniversaire du premier alunissage humain.