Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'humoriste Marie-Hélène Racine-Lacroix, aussi connue sous le nom d'Emmache, en tant qu'illustratrice.
L'humoriste Marie-Hélène Racine-Lacroix, aussi connue sous le nom d'Emmache, en tant qu'illustratrice.

Une humoriste gatinoise récipiendaire de la bourse de l’ENH et Netflix

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Marie-Hélène Racine-Lacroix, originaire de Gatineau, est l’une des cinq humoristes en herbes sélectionnés pour écrire des projets de série ou de film que pourrait diffuser Netflix.

Tout comme Adib Alkhalidey, elle fait partie des cinq récipiendaires 2021 du Fonds de l’ÉNH-Netflix – créé par l’École nationale de l’humour (ENH) et la plate-forme de diffusion en ligne Netflix dans le but de «soutenir le développement de projets en comédie de fiction pour la télévision et le cinéma». 

Ce fonds est doté d’une bourse de 35 000$ par lauréat.

Lauréats

Outre Marie-Hélène Racine-Lacroix et Adib Alkhalidey, la liste des lauréats comprend Philippe Gendron, Marie-Ève Larivière et Gabrielle Côté. Leurs noms ainsi que les détails entourant les projets vidéos qu’ils proposaient ont été dévoilés par l'ÉNH mardi 23 février. 

Les 35 000 $ permettront à Marie-Hélène Racine-Lacroix de travailler plus librement sur Dany Danger, une télésérie de 13 épisodes de 30 minutes que Trio Orange (M’entends-tu ?) est intéressé à produire. Pour être admissibles, les candidats doivent en effet être «affiliés» à un producteur reconnu.

De son côté, l’ÉNH s’engage à suivre le développement des projets – qui pourront ensuite être librement présentés à des diffuseurs ciblés par la boîte de production, et pas nécessairement Netflix. Il s’agit de la troisième édition de cette initiative ciblant des humoristes qui signent leur première œuvre à titre d’auteur.rice principal.e. 

De l'action et de la couleur

D'abord bachelière du programme en BD de l’Université du Québec en Outaouais, Mme Racine-Lacroix est aussi l’illustratrice Emmache, nom de plume avec lequel elle a remporté quelques concours, participé à des fanzines et signé la récente série de capsules balado Elle fiasco.

La télésérie sur laquelle elle «planche» suivra les péripéties d’une adolescente de 17 ans convaincue d’être la réincarnation de son idole, l’acteur et cascadeur Dany Danger, grande vedette québécoise de films de bataille et de karaté, explique Marie-Hélène Racine-Lacroix.

Le jury du Fonds a aussi retenu le projet<em> Orphelines</em>, une série signée Adib Alkhalidey, que produira micro_scope (la société montréalaise du Gatinois Luc Déry, derrière les films<em> Incendies</em> et <em>Monsieur</em> <em>Lazhar</em>).

Son scénario joue sur les contrastes entre la vie quotidienne, morne et plate, de l’adolescente et l’«univers coloré et bourré d’action» qui habite ses pensées, tandis que la jeune femme entreprend d’enquêter sur la mort de son idole, qui ne serait apparemment pas être accidentelle du tout.

Absurde

Si l’absurde risque de régner en maître dans Danny Danger, elle compte aussi insuffler à sa série quelques doses d’éléments dramatiques, histoire d’alimenter la quête et l’enquête de sa protagoniste.  

«Je suis très “visuelle”, et ça influence mon écriture. Je “vois” un peu les scènes, l’action [découpée] en moments; j’aime décrire les scènes et j’aime les gags visuels», lance la Gatinoise qui se perçoit comme «une grande fille de 27 ans un peu geek».

«On veut miser sur le coté acrobatique des batailles, sur l’aspect coloré des films de kung-fu et de karaté, le coté cartoon et non pas la violence», précise-t-elle. «Le fun, c’est de voir une fille super normale et super geek, qui est aussi capable de full se battre», avertit l’auteure, elle-même «grande fan d’ ’animes’ japonais, où tout est tout le temps “over the top”».   

Rêveuse

«J’aime raconter des histoires qui ne se peuvent pas», s'amuse l’auteure, en embrassant «le kitsh et les kétaine» du décor proposé, ainsi que les fausses références au cinéma québécois des années 90. 

Jeune adulte rêveuse, «un peu» à l’image de son personnage, Marie-Hélène Racine-Lacroix se cherche encore, entre sa passion pour le dessin et sa nouvelle carrière en humour («Je me suis senti un peu traître quand j’ai fait le switch vers l’humour [mais j’ai] enfin réussi à dompter mon syndrome de l’imposteur»). Mais elle a de la suite dans les idées: si les producteurs n’avaient pas embarqué, je me disais ‘au pire, je [ferais] de la BD avec cette histoire de Dany Danger».

À Trio Orange, «on a eu, depuis le jour un, un réel coup de cœur pour Marie-Hélène et pour sa série», s’enthousiasme la productrice Julie Lavallée. 

«Dès le début, quand elle nous a approchés, je lui ai dit: ‘j’adore ton écriture et ton énergie; j’aimerais beaucoup travailler avec toi», révèle la productrice – qui a 15 ans de métier en émissions jeunesses. Son travail consistera à «entourer marie-Hélène de notre expérience, pour qu’elle puisse performer et être créative».

La bourse lui permettra d’écrire plus sereinement, et d’avoir «plusieurs épisodes d’avance avant d’aller voir les diffuseurs. Ça va surtout me permettre d’avoir pas peur de payer mon loyer; je reste une très nouvelle auteure», rappelle celle qui a reçu son diplôme de l’ENH en 2019, et qui a profité du confinement pour écrire pour Le Sac de Chips

«Diversités»

«Le Fonds ÉNH-Netflix répond incontestablement à un réel besoin du milieu et il est complémentaire aux autres fonds existants», souligne pour sa part la directrice générale de l’ÉNH, Louise Richer, qui se réjouit aussi de voir que ces cinq projets témoignent «des diversités de la société actuelle».

«Nous croyons sincèrement que c’est avec de telles initiatives que nous pouvons faire une différence et soutenir la prochaine génération de scénaristes de comédies au Québec», enchérit le Directeur des politiques publiques, Canada pour Netflix, Stéphane Cardin.

Un jury – constitué de scénaristes, auteurs et consultants du milieu de la télé et du cinéma, précise l’ENH –  a «analysé rigoureusement» 37 des projets soumis à l’automne dernier, et sélectionné «les plus prometteurs» et les plus «inspirants».

Le jury a aussi retenu le projet  d’Adib Alkhalidey Orphelines, une série en 12 épisodes que produira  micro_scope (la société montréalaise du Gatinois Luc Déry, derrière les films Incendies et Monsieur Lazhar, ente autres). 

Renseignements sur les autres projets récipiendaires: ENH