Les festivaliers seront invités à revivre les 14 dernières années du Rockfest de façon virtuelle.
Les festivaliers seront invités à revivre les 14 dernières années du Rockfest de façon virtuelle.

Un Rockfest en «réalité virtuelle» cet été

À défaut d’avoir un véritable festival à se mettre sous la dent, les mélomanes et autres amateurs de musique pesante et rapide qui avaient l’habitude de se déplacer à Montebello chaque week-end du solstice d’été pour faire la fête et se molester les tympans pourront assister cette année à une «simulation virtuelle en temps réel» du Rockfest, du 19 au 21 juin, en direct de leur domicile.

L’équipe du Montebello Rock, cet événement qui a succédé au défunt Rockfest dont l’organisation a déclaré faillite en 2018, a dévoilé mercredi les détails de «cette première mondiale» qui proposera aux festivaliers virtuels une expérience immersive qui les plongera dans plus de 50 heures de contenu exclusif tourné au fil des quelque 14 ans d’existence du Rockfest.

Du roadtrip vers Montebello jusqu’à l’arrivée au site de camping du festival, en passant par le party dans le village et les prestations ayant marqué l’histoire du happening, le détenteur de billet – parce que oui, il faudra passer au guichet pour profiter de ce rendez-vous numérique –, le fan aura la chance de revivre la nostalgie des belles années du Rockfest.

Pour concocter cette «simulation virtuelle en temps réel» du festival, le fondateur du Rockfest et du Montebello Rock, Alex Martel, s’est allié avec Lepointdevente.com. Avec un membre de sa garde rapprochée, ce dernier est en train de passer en revue plusieurs milliers d’heures de tournage inédites qui ont été enregistrées durant les 14 éditions du Rockfest. Ce sont les gens de la plateforme et billetterie en ligne Lepointdevente.com qui se chargent du montage et de l’aspect technologique du projet.

Cette édition numérique sera présentée 24 heures sur 24, du vendredi au dimanche (19, 20 et 21 juin), comme si le festival avait réellement lieu, explique Alex Martel en entrevue exclusive avec Le Droit. Les moutures 2013 à 2018 du Rockfest, qui ont permis d’accueillir de grands noms de la scène musicale internationale comme System Of A Down, Linkin Park, Blink-182, Rammstein, The Offspring, Motley Crue, Marylin Manson, Snoop Dogg, Limp Bizkit, Weezer et compagnie, risquent d’être fortement représentées, assure le promoteur au bout du fil, lui qui songeait depuis déjà plusieurs semaines à organiser quelque chose en guise de remplacement à son vrai festival cette année, annulé à cause de la pandémie de COVID-19.

Les «concerts virtuels interactifs» auraient pu être une option, mais le concept a été copieusement utilisé sur Facebook depuis le début de la crise, dit-il.

Le fondateur du Rockfest et du Montebello Rock, Alex Martel

«J’avais envie de quelque chose de différent et j’ai eu un flash à un moment donné. J’ai réalisé qu’avec toute la quantité de matériel d’enregistrement et avec le côté unique du Rockfest qui est vraiment basé sur l’expérience et non juste sur la musique, je me suis dit qu’il y avait quelque chose d’intéressant à faire», raconte M. Martel.

Moyennant une somme de 34$, une personne pourra donc se procurer un «passeport week-end» numérique lui donnant accès à un lien Internet unique non partageable qui permettra d’assister aux trois jours de festivités, sur l’appareil de diffusion de son choix. Un billet d’un jour au coût de 19$ sera également en vente.


« Ce qu’on veut offrir, c’est carrément une expérience comme si le festivalier était là. »
Alex Martel

Le but n’est pas d’offrir des vidéos entières de formations musicales lors de leur passage sur les planches de la marina de Montebello, souligne M. Martel. C’est vraiment une «immersion» qui sera servie au festivalier qui va passer sa fin de semaine à se promener sur le site de spectacles et dans les rues du village.

«C’est littéralement 50 heures de matériel à préparer. C’est un travail colossal, mais en même temps, ce qu’on veut, c’est justement de rendre ça comme un événement unique. Ç’a n’a rien à voir avec tout ce qu’on a vu qui a été fait à date. L’idée est vraiment de recréer des moments en temps réel pour que ce ne soit pas juste un live stream ou une émission. Le concept n’est pas d’offrir un beau montage peaufiné. Ce qu’on veut offrir, c’est carrément une expérience comme si le festivalier était là. On va suivre les heures de la journée. Quand il va commencer à faire noir dans la réalité, il va commencer à faire noir dans l’écran.»

L’autorisation toute récente par les autorités québécoises des rassemblements extérieurs pour les groupes de 10 personnes et moins rend la formule encore plus intéressante, estime le promoteur.

«Les gens vont pouvoir se regrouper dehors, tout en respectant les deux mètres de distanciation. Ça pourra devenir un mini Rockfest avec le barbecue et la télévision ou le projecteur installé dans la cour arrière», lance M. Martel.

Les billets pour assister au festival numérique seront mis en vente à compter de jeudi midi au www.lepointdevente.com.