Le nouveau club de lecture des amis de l'université d'Ottawa sera l'occasion de se pencher sur le livre <em>Ce que je voudrais dire à mes enfants,</em> coécrit par le premier juge acadien à siéger à la Cour suprême du Canada, Michel Bastarache.
Le nouveau club de lecture des amis de l'université d'Ottawa sera l'occasion de se pencher sur le livre <em>Ce que je voudrais dire à mes enfants,</em> coécrit par le premier juge acadien à siéger à la Cour suprême du Canada, Michel Bastarache.

Un club de lecture virtuel pour les diplômés de l’Université d’Ottawa

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Un club de lecture virtuel vient d’être mis en place, pour les diplômés et amis de l’Université d’Ottawa.

L’initiative est baptisée «uO Bouquine». Des sessions de 45 minutes seront organisées via la plate-forme Zoom. Les réservations se font via Eventbrite.

Certaines séances se dérouleront en français, d’autres en anglais. Michel Bastarache et Antoine Trépanier seront les premiers auteurs francophones au programme.

Ces rencontres virtuelles seront animées par Beverly Marchand, une doctorante en langue et littérature de l’Ud’O. Elle présentera des extraits d’une entrevue vidéo pré-enregistrée avec les auteurs, en plus d’animer des discussions autour de thèmes abordés dans leurs ouvrages.

Ce club de lecture virtuel est un lieu d’échange convivial, où «toutes et tous sont les bienvenues»; il n’est donc pas obligatoire d’avoir lu l’œuvre dans son intégralité pour y participer, indiquent Les Presses de l’Université d’Ottawa, par voie de communiqué.

Le club de lecture uO Bouquine est chapeauté par le Bureau des relations avec les diplômés, en collaboration avec les Presses de l’Université d’Ottawa.

Michel Bastarache

Cet automne, les lectures s’articuleront autour de la thématique des mémoires et des autobiographies.

La première séance en français aura lieu  mercredi 28 octobre à 19 h; elle traitera de Ce que je voudrais dire à mes enfants de Michel Bastarache et Antoine Trépanier.

Dans ce livre, Michel Bastarache, premier juge acadien à siéger à la Cour suprême du Canada, adresse une lettre à ses deux enfants, morts d’une maladie incurable. Son livre aborde sa lutte pour l’égalité des communautés francophone et anglophone et son engagement au sein des groupes de défense des francophones hors Québec.

Deux sessions en anglais sont prévues le 26 octobre à 19 h (The Answer Is...: Reflections on My Life par Alex Trebek) et le 29 octobre à 19 h (A Woman in Engineering, Memoirs of a Trailblazer, une autobiographie signée Monique (Aubry) Frize.