Pascal Plante (à gauche) dirige ses deux acteurs, Anthony Therrien et Rose-Marie Perreault, sur le plateau des Faux tatouages.
Pascal Plante (à gauche) dirige ses deux acteurs, Anthony Therrien et Rose-Marie Perreault, sur le plateau des Faux tatouages.

Un cinéaste de Québec à Slamdance et Berlin

Normand Provencher
Normand Provencher
Le Soleil
Ode à sa propre adolescence nourrie de shows punk-rock, le premier long-métrage du jeune réalisateur originaire de Québec, Pascal Plante, fait son petit bonhomme de chemin dans plusieurs festivals internationaux. Après Vancouver et Montréal (Festival du nouveau cinéma) l’automne dernier, Les faux tatouages sera projeté dimanche au Slamdance Film Festival, en Utah, puis le mois prochain à la prestigieuse Berlinale.