Télé

Gregg Zaun congédié par Sportsnet pour « comportement inadéquat »

TORONTO — Gregg Zaun a été congédié par la chaîne Sportsnet en raison de « comportement et commentaires inadéquats » à l’endroit d’employées.

Le président de Rogers Media, Rick Brace, a indiqué dans un communiqué publié jeudi que l’entreprise mettait immédiatement un terme au contrat de l’analyste au match des Blue Jays de Toronto.

« Cette semaine, nous avons reçu des plaintes de plusieurs employées à Sportnset concernant le comportement inadéquat de Gregg Zaun dans le milieu de travail, peut-on lire dans le communiqué. Après avoir enquêté sur les plaintes, nous avons décidé de résilier son contrat, à compter d’aujourd’hui. Ce genre de comportement contredit nos standards et nos valeurs de base. Nous croyons dans un milieu de travail où tous les employés sont à l’aise et respectés. Nous remercions les employés avec qui nous avons discuté et nous prenons toutes les mesures nécessaires pour protéger leur vie privée. »

Ancien receveur des Blue Jays, Zaun a commencé à travailler comme analyste à temps partiel chez Sportsnet à la fin de la saison 2006. Il a d’abord signé une entente de deux saisons comme analyste MLB en studio chez Sportsnet en 2011 et il occupait toujours ce poste avant d’être congédié jeudi.

Âgé de 46 ans, Zaun a disputé 16 saisons dans les Ligues majeures, dont cinq avec les Blue Jays de 2004 à 2008. Il a remporté la Série mondiale avec les Marlins de Miami en 1997.

Le réseau Sportsnet a mentionné sur son site internet qu’il n’y avait aucune allégation d’agression sexuelle ou physique contre Zaun.

Télé et radio

La déchéance des stars de l'info américaine

NEW YORK — L'effet Harvey Weinstein fait désormais des ravages au sein des grandes chaînes américaines, avec la chute de la vedette de NBC Matt Lauer après celle de Charlie Rose sur CBS, révélant les coulisses d'un monde sans pitié.

Les tabloïds new-yorkais s'en sont donné à cœur joie jeudi matin pour évoquer le renvoi de Matt Lauer, accusé de harcèlement par une demi-douzaine de femmes, dont trois se sont plaintes directement à la chaîne.

«Today's Perv», le pervers du jour, jeu de mot avec son émission matinale Today, a notamment titré le Daily News.

Aux États-Unis, le choc provoqué par ces révélations est supérieur à celui concernant Harvey Weinstein, qui était assez peu connu du grand public, ou n'importe quelle autre personnalité, car Matt Lauer y était une figure immensément populaire.

«Les hommes rêvaient d'être lui et les femmes fantasmaient à l'idée de coucher avec lui (et sûrement certains de ces hommes aussi)», écrivait le journaliste spécialisé de CNN Brian Stelter dans un livre sur les matinales télévisées publié en 2014.

Jeudi, le journaliste a présenté des excuses publiques, se disant «gêné et honteux».

«Il n'y a pas de mot pour exprimer ma tristesse et mon regret pour la douleur que j'ai causée par mes mots et mes actions», a-t-il expliqué dans un communiqué. «Aux personnes que j'ai blessées, je suis sincèrement désolé. Je réalise l'ampleur des dégâts et de la déception que je laisse derrière moi à la maison et à NBC.»

La fin d'un système?

Comme dans le cas de Charlie Rose, co-présentateur de la matinale de la rivale CBS, les accusations portées contre Matt Lauer ne ressemblent pas à des incidents isolés, mais bien à un système, qui a perduré durant des années.

Jouets sexuels offerts à une collègue avec une note suggestive, convocation d'une collaboratrice dans son bureau, qu'il pouvait fermer grâce à un bouton placé sous sa table, pour un rapport sexuel non consenti, les faits allégués vont bien au-delà du simple dérapage.

Dans le cas de Charlie Rose, les huit femmes contactées par le Washington Post avaient évoqué des appels téléphoniques obscènes ou des attouchements. Deux d'entre elles ont aussi rapporté qu'il s'était exhibé nu devant elles.

Il y a quelques mois, les scandales de harcèlement au sein de la chaîne d'information Fox News, qui ont entraîné le départ du pdg Roger Ailes puis du présentateur le plus connu de la station, Bill O'Reilly, dépeignaient, de la même manière, une forme de harcèlement sexuel institutionnalisé.

«C'était : tu couches avec moi et je te donne une promotion», a expliqué mercredi la journaliste de NBC Megyn Kelly au sujet de Roger Ailes, qu'elle a longtemps côtoyé à Fox News avant de quitter la chaîne début 2017.

«Beaucoup de femmes font le raisonnement suivant : merde, mon boulot est en jeu sur ce coup-là. La dernière chose que je veux, c'est froisser ou rejeter mon patron.»

Matt Lauer n'était pas le patron chez NBC, et «beaucoup des relations [sexuelles qu'il a eu avec des collègues féminines] étaient consensuelles, mais c'est toujours un problème à cause du pouvoir qu'il avait», a expliqué un ancien producteur de l'émission au site du magazine Variety.

«Il ne pouvait pas coucher avec des célébrités ou même des gens inconnus, parce qu'il était Matt Lauer et qu'il était marié», a-t-il poursuivi. «Donc il le faisait dans son écurie, où il jouait de son pouvoir et savait que personne ne se plaindrait.»

De manière générale, l'information télévisée aux États-Unis reste un milieu dominé par les hommes.

Les trois journaux du soir sur les grandes chaînes nationales (NBC, CBS et ABC) sont tous présentés par des hommes, et avant le grand ménage qui a emporté Matt Lauer et Charlie Rose, deux des trois animateurs numéro un des matinales étaient aussi masculins.

Pour Megyn Kelly, qui est désormais la plus grande vedette de NBC sur le créneau du matin, la série de scandales en cours marque «l'érosion d'un déséquilibre honteux du pouvoir qui est en place depuis bien trop longtemps».

Télé

«Hommes à louer»: une tendance en pleine évolution

Pratique courante en France, le recours à des escortes masculines s’implante discrètement au Québec. Mais qui sont ces hommes «disponibles» et ces femmes qui osent s’offrir un moment agréable? À Télé-Québec, le lundi 20 novembre, 20h, «Point doc» lève le voile sur ces rencontres occasionnelles.

Il y a différents types d’hommes qui s’engagent dans ce genre de relations : le chic, l’ado, le flambeur. Il est faux de croire que ce sont surtout des femmes fortunées qui sollicitent leurs services. Il s’agit surtout de femmes dont la carrière ne laisse que très peu de temps pour rencontrer des hommes. Le documentaire de Sarah Lebas suit quatre « hommes à louer » dont Prince, qui précise que sa conjointe est au courant de ses activités. Il explique que de l’accompagnement au magasinage, à une soirée au théâtre, ou à l’hôtel, l’escorte est tout à fait au service de sa cliente et répond à ses moindres désirs.

Selon Prince, les femmes ont le même rapport à la sexualité que les hommes. Mais la plupart du temps, ce métier se pratique en cachette. Puis, on rencontre un lycéen dont les parents paient pour son appartement, mais qui doit tout de même se débrouiller pour le reste. On donne également le point de vue de Jay, un graphiste, et d’Aymeric, un fleuriste, sur le métier.

Un mariage royal

Il y a 70 ans, la princesse Élisabeth épousait le prince Philip. Ce fut sans doute l’événement le plus joyeux, le plus festif, le plus spectaculaire à survenir après la Deuxième Guerre mondiale. Il faut voir tout le soin accordé au mariage de celle qui allait devenir Élisabeth II, reine d’Angleterre.

D’abord, la robe de satin ivoire a nécessité le travail précis de plusieurs couturières pour y broder des centaines de motifs à l’aide de perles et de pierreries dans un design conçu par Norman Hartnell. Alexander Armstrong, le présentateur, donne aussi des précisions sur sa bague de fiançailles composée de onze diamants dont un de 3 carats, le fabuleux bouquet de la mariée et l’impressionnant gâteau de mariage, haut de 9 pieds. Le chef-d’œuvre culinaire pesait quelque 500 livres et sa confection avait nécessité 70 livres de sucre et 30 de beurre. Il était décoré d’angelots détaillés de façon stupéfiante.

On attendait au moins 150 invités à ce mariage et les actrices Joan Collins et Sheila Hancock font part de leurs souvenirs concernant cet événement de même que le témoignage du prince Michael de Kent, qui y a participé à titre de petit page. À RDI, le jeudi 23 novembre, 20 h.

Le lait, bon ou mauvais ?

Alors qu’on a toujours appris que le lait, aliment indispensable à la croissance, contient les éléments essentiels pour la santé des os, entre autres, on entend depuis un bon moment que le lait serait finalement néfaste pour la santé. Qu’en est-il exactement ? À Télé-Québec, « Le lait : mensonges et vérités » tente de faire le point sur la question. On part du principe que sous sa formule actuelle, la boisson n’est plus ce qu’elle était. Contrairement à autrefois, le lait passe par plusieurs étapes avant de finir sur la table des consommateurs. Le mercredi 22 novembre, 20 h 10.

La timide, exubérante, hypersensible Barbara qu’on entend encore chanter de sa voix fragile, chagrine, éthérée, en tout cas, unique, inoubliable, enveloppée de mélancolie et de tristesse parfois bousculée par une légère lueur, était, dans la vie, une personne charmante, très drôle qui riait toujours. On raconte ses débuts difficiles, et paradoxalement, le succès qu’elle connaîtra avec la chanson « Nantes », composée au lendemain des funérailles de son père incestueux. « Un jour, un destin/Barbara, au-delà des apparences », le mardi 21 novembre, 20 h, à TV5.

Fred Pellerin, notre Gilles Vigneault caxtonnais, revient nous entretenir des villageois qui l’entourent à « Saint-Élie-de-légendes », pour les quatre semaines qui nous mèneront à Noël, à compter du lundi 20 novembre, 20 h, à Radio-Canada. Dans ce premier épisode, il nous présente « Rocker », maître en jasette puisque tout l’intéresse : politique, femmes, actualité, religion et principalement préoccupé de météo, histoire de venir voir les bordées de neige. Volubile de nature, grâce à internet, il devient intarissable.

À RADIO-CANADA : Ce samedi, 19 h, Lara Fabian est l’invitée de « En direct de l’univers » où on partage ses choix musicaux. À « Mémoires vives », Daniel Dupuis (Stéphane Gagnon) fait la connaissance de son père biologique. Jocelyne (Sonia Vigneault) obtiendra-t-elle la direction de Mémoires vives ? Accepter d’aider une patiente qui souhaite mourir dignement aura des répercussions dans la vie de Claire (Marie-Thérèse Fortin). Le mardi 21 novembre, 21 h.

À TVA : Fidèles au rendez-vous, les petits pourront assister au « Défilé du père Noël, destination Centre-Ville », ce dimanche, 17 h, en rediffusion le dimanche 3 décembre, 13 h 30. Anouk Meunier et Patrice Bélanger animent ce moment important. À 19 h, ce dimanche, on assiste à la grande finale de « La Voix junior ». Puis, suivra à 21 h Guy Lafleur, dont la performance sur glace a fait de lui une légende du hockey, qui se livre à Paul Arcand lors d’une « Conversation secrète ».

À TÉLÉ-QUÉBEC : Soir de fête aux « Francs-tireurs », qui célèbrent leur 500e émission le mercredi 22 novembre, 21 h. À « De garde 24/7 », le jeudi 23 novembre, 20 h, on tente de définir ce qu’est une qualité de vie satisfaisante ; à quel moment les effets négatifs d’un traitement remettent-ils en question la guérison ou la survie ? On peut compter sur le soutien du personnel médical auprès des patients et de leur famille confrontés aux décisions à prendre en regard de « La vie à tout prix ».

À ARTV : Le pianiste britannique Christian Blackshaw interprète le « Concerto no 24 » de Mozart, accompagné de l’orchestre de chambre I Musici, concert présenté en septembre dernier à la Maison symphonique. Le lundi 20 novembre, 21 h.

À EXPLORA : La Grande Muraille de Chine, 21 000 km de ramifications, compte deux mille ans d’histoire. Pourquoi les Chinois l’ont-ils érigée ? Rempart pour se protéger des guerres et des tremblements de terre, la muraille demeure une fascination pour touristes et chercheurs qui travaillent à reconstituer « L’Histoire cachée de la Grande Muraille », le lundi 20 novembre, 22 h.

Télé et radio

24CH devient une émission de jasette

CHRONIQUE / Je ne connais rien au hockey, mais quand je tombe sur la série 24CH à RDS, je reste toujours scotché. Une série bien faite, qui fait réellement voir l’équipe de l’intérieur. Mon intérêt risque toutefois de s’étioler avec la nouvelle formule, 24CH hors glace, qui commence samedi à 18h30 à RDS, et à partir du mercredi 22 novembre à 18h30, à Canal D.

Pour la sixième saison de 20 épisodes, oubliez le vestiaire des joueurs, on a choisi d’abandonner la formule docu-réalité pour en faire une demi-heure de jasette autour de rondelles d’oignon et d’ailes de poulet à la Taverne 1909 du Centre Bell. Marc Denis y reçoit deux joueurs du Canadien et une personnalité publique. Pour la première, on a jumelé Jonathan Drouin et Phillip Danault à l’humoriste Rachid Badouri. Et honnêtement, on n’apprend rien de bien transcendant.

Parmi les invités confirmés, Marc-André Grondin sera jumelé à Paul Byron et Torrey Mitchell, amateurs du film Goon. Louis Morissette, Chuck Hughes et d’autres y seront, et on tente d’arranger une rencontre entre Jay Baruchel et son ami Carey Price, à laquelle se joindrait Shea Weber. En plus d’être de la première, Badouri s’improvise 24e joueur du Canadien et fait des capsules d’humour avec un des invités, à raison de deux par semaine. Les premières avec Phillip Danault ne sont pas particulièrement drôles.

Pourquoi avoir abandonné l’ancienne formule des coulisses? Claude Julien aurait-il maugréé à l’idée de voir entrer des caméras dans son vestiaire? Pas du tout, jure le vice-président à la production de RDS, Domenic Vannelli. Julien a même vécu une expérience similaire à Boston. On considère seulement qu’après cinq saisons, un rafraîchissement de la formule s’imposait. Et on devine que ça coûte aussi beaucoup moins cher.

Il ne sera pas question de l’actualité du CH dans cette nouvelle formule, plusieurs émissions le font déjà. Mais si un joueur est échangé et que l’émission a déjà été enregistrée, c’est dommage, mais on la jette au panier. Comme pour le défenseur suisse Mark Streit, qui avait tourné des capsules avec Rachid Badouri, mais que l’équipe a soumis au ballottage.

RDS a aussi renouvelé 24CH le valet pour une troisième saison, disponible uniquement sur Télé Fibe à la chaîne TV1. Maxim Martin est de retour au volant, accompagnant les deux mêmes joueurs pour la première, Drouin et Danault, à bord d’une camionnette. Encore là, de la jasette sur tout sauf le sport, mais sur qui fait le lavage à la maison. Et on ne sort pas des lignes machos du genre : «Laisser traîner notre linge, c’est une façon de marquer notre territoire».

Ça tombe un peu mal, parce que l’intérêt pour le Canadien n’est pas à son meilleur. Même que la moyenne d’écoute a baissé les soirs de matchs, passant de 686 000 l’automne dernier à 527 000 cet automne.

SYLVAIN ARCHAMBAULT S’EN VA

Sylvain Archambault ne réalisera plus la série Mensonges. Visé par des allégations de harcèlement et d’inconduite sexuelle, il a finalement décidé de quitter la production, qui devra se trouver un nouveau réalisateur. Dimanche, sur sa page Facebook, le réalisateur reconnaissait avoir commis certains faits relatés dans l’article de La Presse, quelques jours après les avoir niés formellement. Dans ce même message, il s’excusait et demandait qu’on lui donne une seconde chance, avec l’intention de poursuivre son travail sur la série Mensonges. Visiblement, les choses ne se sont pas passées comme il l’espérait.

DEUX FINALES ENLEVANTES

Deux bonnes séries prenaient fin lundi soir. Une pour toujours, L’imposteur, et Faits divers, dont le retour est plus qu’incertain. Dans le cas de L’imposteur à TVA, je suis satisfait de la fin qu’a donnée le trio Piérard-Dansereau à son histoire. Ils m’ont bien eu, j’ai cru un instant à la véritable mort de Philippe/Youri (Marc-André Grondin). J’ai moins aimé la deuxième que la première saison, plus lente à démarrer. Mais j’attends déjà la prochaine série de ces auteurs. Je vais m’ennuyer de Faits divers, mon coup de cœur de l’automne sur ICI RC Télé, et de ses personnages hors du commun, particulièrement l’avocate Anne Dupuis (Marie-Ève Beaulieu), qui risque de passer une bonne partie de sa vie derrière les barreaux. Et si on lui donnait une série dérivée comme on l’a fait avec l’avocat de Breaking Bad aux États-Unis? Une deuxième saison de Faits divers est en développement, mais le retour n’est pas assuré.

CANAL+ À 10 DOLLARS

Il faudra débourser 10 $ par mois pour s’abonner à Canal+ International, en débrouillage pour un mois chez Vidéotron à partir de mercredi, aux positions 628 HD et 28 standard. Cette chaîne française relaiera les contenus les plus prisés du Groupe Canal+, dont les émissions Salut les Terriens! avec Thierry Ardisson et Touche pas à mon poste avec Cyril Hanouna. Le jour sera consacré aux 3 à 15 ans, on promet du cinéma français, du foot et rugby pour les amateurs, mais aussi des séries françaises, dont la comédie Catherine et Liliane. Enfin une chaîne française de plus, même si ce n’est pas donné. On espère que Bell, Cogeco et les autres distributeurs suivront.

LES MILLIONNAIRES DU DIMANCHE

Tout le monde en parle a renoué avec le million dimanche, ralliant 1119 000 téléspectateurs sur ICI RC Télé. TVA avait aussi trois titres millionnaires : La Voix junior (1781 000), Vlog (1043 000), et La vraie nature (1035 000), beau succès de l’automne, dont c’était la dernière avant les Fêtes.