Tristan Demers (à droite) avec quatre de ses jeunes collaborateurs de l’émission BAM

Tristan Demers: s’accomplir en bricolant

Alors que You Tube, Instagram et Pinterest regorgent d’idées de projets créatifs, Yoopa a décidé de créer une émission de bricolage qui s’adresse aux 8 à 12 ans et qui leur permet, au-delà de l’image qui fait rêver, d’aller vraiment au bout de leur projet.

C’est du moins la préoccupation première du bédéiste Tristan Demers (Gargouille, Les Minimaniacs), pour qui un projet artistique est l’occasion de cultiver l’estime de soi et le sentiment d’accomplissement. «On prône le projet fait main à une époque où tout est prémâché, instantané. On sort la colle en bâton et let’s go!» clame le dessinateur, qui a animé auparavant Dessinatruc et Transformatruc, à ICI Radio-Canada télé.

À Yoopa, l’émission BAM (pour «bricoler à la main») permet de faire un bricolage en quelques étapes simples. «Il ne fallait trop s’inspirer du Web, pour avoir notre couleur à nous. On voulait que ce soit original et que les matériaux soient faciles à trouver», résume l’animateur. «On n’est pas dans le collier de macaroni, on est dans quelque chose de plus actuel, très moderne, très années 2000.»

Des pompons monstres, une cabine photo maison (photobooth), un rideau de fines herbes, une lanterne, un jouet pour chien… Les idées ne manquent pas au fil des 52 épisodes qui ont été tournés cet été et qui sont diffusés depuis novembre.

Chaque fois, le bricolage est fait avec un invité. «Peut-être que l’enfant ne connaîtra pas Debbie Lynch-White, Alexandre Despaties ou Fabien Cloutier, mais le parent, en s’étirant le cou pendant qu’il fait le souper, lui, va les reconnaître», croit Tristan Demers. Une fois assurées qu’il ne fallait pas de talent particulier en arts plastiques, les vedettes ont été nombreuses à répondre à l’appel.

L’émission comprend aussi un segment dessin qui met en valeur l’habilité et le côté loufoque de Tristan Demers, ainsi qu’une capsule techno. «On présente une application créative, en faisant une critique et non une pub, en disant que ça existe et ce qu’on en pense», indique-t-il. Quatre ados, Iani Bédard, Anne-Charlotte Côté, Ashley Thai-Savard et Philippe Scrive, entourent le bédéiste et animent eux aussi des capsules. Le tout dans un grand loft, filmé sur 360 degrés, qui évite l’effet «décor de carton-pâte».

Les coulisses ressemblent à un magasin de matériel d’artiste. «Les accessoiristes pédalent. Il y a tout un travail de préparation pour qu’il ne nous manque pas le crayon bleu-turquoise avec pointe en biseau lorsqu’on en a besoin», note le bédéiste, qui remarque que la télé a bien changé depuis ses débuts au Club des 100 watts… «Ça va vite, ça punch, en treize minutes, il s’en passe des choses. Il faut suivre la cadence, sinon on perd l’attention de l’enfant plus rapidement qu’avant», observe-t-il.

S’il veut garder les jeunes téléspectateurs intéressés, le père de famille espère qu’ensuite, ils auront envie de décrocher de l’écran pour faire bouger leurs dix doigts et leur imagination…

BAM est diffusé du lundi au jeudi à 17h30 sur les ondes de Yoopa.