Le chef conservateur Andrew Scheer veut voir Radio-Canada se concentrer sur son mandat canadien et c’est ce qu’il fera s’il est élu premier ministre.

Scheer veut «se concentrer sur la couverture canadienne»

Si le chef conservateur Andrew Scheer devient premier ministre à l’automne, il entend s’assurer que Radio-Canada et CBC se concentreront sur les nouvelles qui concernent le Canada.

En entrevue avec La Presse canadienne cette semaine, M. Scheer a annoncé son intention d’examiner les pratiques du diffuseur public afin d’évaluer s’il respecte son mandat.

« Lorsque Radio-Canada a été créée il y a plusieurs décennies, il n’était pas possible d’obtenir du contenu sur les téléphones intelligents, ou d’obtenir des centaines et des centaines de chaînes de télévision par satellite », a déclaré M. Scheer. « Nous sommes dans une situation où nous avons un modèle très différent en ce qui concerne les nouvelles, les médias et la création de contenu — et il est temps que nous examinions la manière dont Radio-Canada s’intègre dans tout cela. »

Le chef conservateur a également souligné l’emphase accrue mise sur les reportages internationaux — et en particulier la politique américaine — sur toutes les plateformes de Radio-Canada/CBC au cours des dernières années. « Lorsque nous examinons toute la couverture consacrée à la politique américaine par CBC/Radio-Canada, le fonctionnement interne de la politique américaine (...) je pense que beaucoup de Canadiens aimeraient qu’on s’assure que (le diffuseur public) se concentre sur son mandat principal : la couverture canadienne. »

Une porte-parole de la CBC a fait valoir que la société d’État souhaitait couvrir les nouvelles, peu importe où elles surviennent, dans le but d’aider les Canadiens à comprendre les répercussions des événements importants. « Qu’il s’agisse du Brexit ou du Proche-Orient, de la politique américaine, des débats sur les pipelines ou des inondations dans les municipalités, les Canadiens font confiance à CBC/Radio-Canada pour les tenir informés », a soutenu dans un communiqué Kerry Kelly, directrice des relations publiques à la CBC.

La tarte publicitaire

Questionné à savoir s’il allait diminuer le financement public à la société d’État, M. Scheer n’a pas répondu directement. Il a indiqué qu’il voulait simplement s’assurer que le diffuseur respecte son mandat. Il s’est toutefois demandé si la quête de revenus publicitaires par la SRC n’avait pas créé un « effet de distorsion » sur le marché des médias — puisqu’un diffuseur financé par l’État est en concurrence directe avec des entreprises privées, en difficulté, pour se partager de rares revenus publicitaires.

Selon son rapport annuel 2017-2018, CBC/Radio-Canada a généré des recettes publicitaires totales de 318,4 millions $ dans tous ses médias, dont 42,6 millions $ proviennent de la publicité numérique. Ces recettes s’ajoutent à l’enveloppe de plus de 1,2 milliard $ reçue la même année du gouvernement fédéral.

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau s’est engagé à verser 150 millions $ supplémentaires au diffuseur public chaque année, jusqu’en 2021, dans le cadre d’un important effort de relance des dépenses culturelles mis en place peu après les élections de 2015.

Radio-Canada/CBC a reconnu dans son rapport annuel que les revenus de la publicité numérique étaient en hausse, mais a estimé que cette croissance n’était pas assez importante pour compenser le déclin observé au chapitre de la publicité à la télévision conventionnelle.

On déplore également la concurrence accrue de « grands acteurs mondiaux » — vraisemblablement des entreprises offrant des services de diffusion en continu comme Netflix ou Amazon — qui ne sont pas soumis à la même réglementation que les entreprises canadiennes et qui ne contribuent pas financièrement à l’écosystème des médias canadiens.