Contenu commandité
Télé
Mon fils: un récit sur la santé mentale
La série Mon fils, qui sera diffusée en février 2020 sur Club Illico, plongera le public dans l’univers de la maladie mentale.
Partager

Arts

La nouvelle série Mon fils : lumière sur la maladie mentale

Après des mois de recherches, d’immersion et d’écriture, Anne Boyer et Michel D’Astous verront leur nouvelle série prendre vie au cours des prochains jours. Mon fils plongera le public dans l’univers de la maladie mentale, à travers un récit intime dont la diffusion est prévue pour février 2020 sur Club Illico.

Le prolifique duo d’auteurs/producteurs de Bromont, à qui l’on doit notamment L’Heure Bleue, Yamaska et Nos étés, s’est senti fortement interpellé par le sujet de la santé mentale, au point de vouloir en faire le thème principal de Mon fils. Désinstitutionnalisation, manque de ressources, manque de communication entre les intervenants, cris du coeur des parents, détresse des patients... il y avait là suffisamment de matière à écriture.

Arts

Luc Senay jouera un psychiatre dans la série Mon fils

Luc Senay a multiplié les rôles au fil de sa longue carrière. Mais c’est la première fois qu’il endossera celui d’un psychiatre. Et vous l’en voyez ravi.

« C’est quelque chose que je n’ai pas encore présenté. Je n’avais jamais eu de personnages avec un nom composé non plus ! » lance-t-il au sujet de ce Jean-Christophe qu’il incarnera dans Mon fils

« Je suis le psychiatre qui prend en charge Jacob quand il se retrouve en institution pour des problèmes de santé mentale. Je l’empêche de sombrer dans une psychose toxique pour éviter qu’il s’enfonce dans la schizophrénie. »

Le comédien de Shefford qualifie la série d’Anne Boyer et Michel D’Astous de « drame avec une lumière au bout ». « J’ai pleuré en lisant le scénario. De voir à la fois la détresse de tout le monde et la lumière qui en émanait, c’était touchant. C’est intéressant de parler de ce sujet. »

Lorsque La Voix de l’Est lui a parlé, Luc Senay avait participé à une première lecture lundi et s’apprêtait à amorcer le tournage à la fin du mois. Selon le scénario, il devrait être très présent tout au long de la série.

Pour ce rôle qui lui a été offert directement, la préparation s’est surtout faite en discutant avec la réalisatrice Mariloup Wolfe. « On garde ça le plus simple possible, dans un contexte plus civil que médical. C’est un univers que je ne connais pas et que je découvre. C’est un peu comme faire un stage », ajoute celui qui avait déjà travaillé avec le duo Boyer-D’Astous dans la série Le Gentleman il y a quelques années. 

Décidément, les choses vont bien pour Luc Senay, qu’on peut voir au grand écran dans le film Menteur et qui poursuit sa tournée québécoise de la populaire pièce Ladie’s Night

« Je suis privilégié », dit-il, en rappelant qu’on le verra également dans la cinquième saison des Pays d’en haut, dans Boomerang et dans la seconde mouture de 5e rang.