C’est en septembre 2019 que Martin Grenier a lancé sa radio web CJPF.ca. Depuis ce temps, ce projet gagne des adeptes tous les jours.
C’est en septembre 2019 que Martin Grenier a lancé sa radio web CJPF.ca. Depuis ce temps, ce projet gagne des adeptes tous les jours.

Martin Grenier: «C’est juste pour le fun»

Mario Boulianne
Mario Boulianne
Le Droit
Après plus de 30 ans derrière un micro, Martin Grenier n’avait pas envie fermer les livres. Il voulait aller au bout de sa passion.

C’est sur le web que l’animateur voulait expérimenter une nouvelle avenue et force est d’admettre qu’il est en train de remporter son pari.

« Au cours de ma carrière, j’ai parlé aux gens de toutes les régions du Québec, ou presque, confie-t-il lorsque joint par Le Droit. Il n’y a que le marché de Québec et de Trois-Rivières qui manque à mon palmarès, mais avec la radio web, je peux maintenant atteindre des auditeurs de partout. »

Créé l’an dernier, la radio web C’est Juste Pour le Fun (CJPF.ca) se fraye un chemin à travers les méandres de l’internet, et ce, grâce à la collaboration de plusieurs dizaines de chroniqueurs et artistes d’ici.

La radio propose des dizaines de chroniques, touchant autant de sujets allant de l’actualité sportive à la chronique automobile en passant par l’humour et le biérologie.

« Il n’y a pas de limite à ce que l’on peut faire ou dire en ondes, explique Grenier. Je garde évidemment un contrôle sur le contenu des chroniques ou des podcasts que nous diffusons. Mais, je ne limite pas les collaborateurs dans le temps, ou presque. Je demande à ceux et celles qui font partie de notre équipe d’enregistrer leur contenu, d’ajouter la musique qu’ils veulent et nous, on s’arrange pour tout mettre ça ensemble. »

Le projet de Martin Grenier gagne de plus en plus d’adeptes. Fonctionnant sous le principe de l’abonnement, l’animateur et entrepreneur espère très bientôt pouvoir financer son aventure sans l’apport des auditeurs.

« Depuis le début du mois, nous faisons nos frais. On break even, comme on dit, confie-t-il. C’est un bel accomplissement pour une entreprise que l’on disait vouée à l’échec avant même d’entrer en ondes. Je peux compter sur l’appui de tellement de collaborateurs de talent que je ne vois pas comment on pourrait échouer. »

Martin Grenier s’est associé avec Michel Richard et Patrick Bazinet dans cette aventure.

Née en septembre 2019, CJPF est en ondes sept jours par semaine. Cette radio offre une émission du matin en semaine dès 6 h animée par Martin Grenier.


« Les ondes AM ont disparu depuis des années et le même sort attend les ondes FM. C’est sur le web que la nouvelle génération se trouve. »
Martin Grenier

« C’est de la talk radio sans prétention, qui traite de sujets du jour et qui prend le temps d’informer tout en divertissant, explique l’animateur. Au fil de la semaine et à différentes heures, on peut entendre plus de 80 personnalités qui interviennent un moment ou à un autre. C’est très diversifié comme programmation et je crois que ça peut répondre aux besoins de toute la population et dans toutes les régions. »

Parmi les animateurs inscrits sur la liste de CJPJ, on retrouve entre autres Patrice Coquereau Normand D’Amour, Sonia Benezra, France D’Amour, Marcel Leboeuf, Philippe Bond, Michel Courtemanche et Alain Dumas.

L'animateur et homme d'affaires, Martin Grenier

Il y a aussi des émissions à thème comme, Les Matins Juste pour le Fun, Les Midis Fous avec Les Envahisseurs, Le Biscuit chinois, Préambule et Derrière le volant. Plusieurs dj proposent aussi des émissions musicales pour meubler les soirées. Tout ça sur le site web CJPF.ca.

Le Netflix de la radio

« On a envie de devenir un véritable fournisseur de podcasts et d’émissions de qualité, un peu comme un Netflix de la radio au Québec, espère Martin Grenier. Plus on aura accès à du contenu de qualité, plus CJPF rayonnera et il ne faut pas se le cacher, la radio web est là pour rester et surtout pour prendre toute la place. Les ondes AM ont disparu depuis des années et le même sort attend les ondes FM. C’est sur le web que la nouvelle génération se trouve. Nulle part ailleurs nous ne pouvons offrir autant de contenu. Netflix est parti de ce concept et regarder aujourd’hui où on en est. En plus, il y a énormément de diversité sur le web. Les programmations ne sont pas à la merci des dictats de quelques programmateurs ou de directeurs de station de radio commerciale. C’est fini ce temps-là. »

La progression du nombre d’auditeurs touchés par CJPF tend à prouver ce qu’avance Grenier. Selon lui, entre 4000 et 5000 personnes se branchent un moment où l’autre sur son indicatif.

« On n’est pas encore en mesure de rémunérer nos collaborateurs, mais on espère y arriver très bientôt. Déjà on paie tous les droits requis à la SOCAN pour la diffusion de la musique. Par contre, lors de nos diffusions sur Facebook, on ne peut diffuser de musique. À ce titre, on diffuse seulement l’émission du matin sur les réseaux sociaux afin de respecter les règles du jeu. »

La radio web CJPF.ca a pris une certaine vitesse de croisière depuis le début de la pandémie et des mesures de confinement, ce qui porte à croire que le rêve de Martin Grenier d’avoir son propre micro et mener sa barque comme il l’entend se réalise peu à peu.

« Je continue de faire ce que j’aime le plus dans la vie, parler au monde, tenter de mettre un peu de bonheur dans la vie des gens et le faire juste pour le fun ! »