«C’est rare que quelque chose m’arrive qui corresponde [à ma vision]. Je peux toujours le remanier, mais là, ça s’inscrivait naturellement dans mon monde», a déclaré M. Night Shyamalan à propos de la série «Servant».

M. Night Shyamalan au service d’Apple TV+

NEW YORK — Rare à la télévision, M. Night Shyamalan offre à Apple TV+ la série «Servant», à l’ambiance décalée et angoissante typique du réalisateur, qui pourrait rester comme la première série marquante de cette nouvelle plateforme.

Le réalisateur du Sixième sens, de Verre ou d’Incassable ne cache pas ses ambitions pour cette série dont les trois premiers épisodes seront mis en ligne le 28 novembre, le reste étant étalé, à l’ancienne, jusqu’au 17 janvier.

Alors que seuls dix épisodes ont déjà été tournés, M. Night Shyamalan en prévoit 60, avec une conclusion déjà en tête.

«Quand on pense aux séries, combien sont excellentes du premier au dernier épisode? Est-ce qu’on peut en trouver dix? Je ne suis pas sûr», a-t-il lancé lors d’une table ronde avec des journalistes à New York.

«C’est parce qu’il y a tellement de contenus [disponibles], de vitesse, et on ne sait pas où l’on va. Si ça marche, on continue! Eh bien non. Ce n’est pas comme ça qu’on raconte une histoire.»

Alors que Apple TV+ cherche à s’imposer face à Netflix ou Disney+, qui proposent une offre de séries plus abondante que jamais, le quadragénaire veut se différencier par son savoir-faire. «Je fais le pari du sushi», dit-il, se comparant à un chef du célèbre mets japonais dont la cuisine se démarquerait d’une offre moins raffinée.

Il se présente en artisan de l’image, capable de créer de toutes pièces des univers immédiatement identifiables, comme dans Sixième sens ou Le village, qui lui ont valu un succès mondial.

«Si je bouge la caméra à cette vitesse, à ce moment, avec cette lumière, avec cet angle, c’est réfléchi, et vous le sentez. Donc quand on vous propose 500 séries, mais une seule faite avec cette intégrité, vous allez vous arrêter» sur celle-là, avance-t-il.

«Traumatisme enfoui»

Scénariste habituel de ses films, ce qui lui a permis d’imposer encore davantage sa patte, M. Night Shyamalan n’est pas, cette fois, l’auteur du script de Servant, signé du Britannique Tony Basgallop.

«C’est rare que quelque chose m’arrive qui corresponde [à ma vision], dit M. Night Shyamalan. Je peux toujours le remanier, mais là, ça s’inscrivait naturellement dans mon monde.»

Producteur exécutif et réalisateur de deux épisodes, il a installé d’entrée l’atmosphère qu’il affectionne : étouffante, empreinte d’une gravité permanente, entretenue par une musique anxiogène et un travail sur l’obscurité.

Au centre, un couple, Dorothy et Sean, ravagés par la mort de leur bébé, événement inacceptable pour la mère, qui fait basculer son foyer dans le déni.

Entre alors en scène Leanne, embauchée comme nourrice d’un enfant qui n’est plus, contribuant à cet arrangement avec la réalité, au point de l’emmener beaucoup plus loin que nul n’aurait pu l’imaginer.

Tout en faisant progresser lentement l’intrigue, la série parvient à tenir le spectateur par sa tension sous-jacente et des personnages mouvants, tantôt inquiétants, tantôt rassurants. «J’ai essayé de trouver un équilibre entre être flippante, troublante et être accessible, a expliqué Nell Tiger Free, qui joue Leanne. Parce que vous voulez [...] ressentir quelque chose pour elle.»

Autre élément distinctif, le cadre unique d’une maison de ville de la région de Philadelphie, dont est originaire le réalisateur, unité de lieu qui rappelle le théâtre. «J’avais davantage l’impression d’être une scène que sur un plateau», confirme Toby Kebbell, qui interprète le mari, Sean.

Avec M. Night Shyamalan, «nous aimons tous les deux raconter des histoires un peu dérangeantes, qui ne vont pas systématiquement à la facilité», dit Tony Basgallop.

«On est diverti, mais il y a quelque chose de plus sombre dessous», poursuit le metteur en scène, qui flirte de nouveau avec le surnaturel, un thème qui lui est cher. «Il est question de traumatisme enfoui que l’on essaye de gérer.»

Plus que d’autres séries lancées ce mois-ci pour les débuts d’Apple TV+, Servant, série décalée, pourrait aider à définir le style de la nouvelle plateforme, avec une originalité qui a longtemps contribué au succès des produits Apple.

«Avant même qu’Apple ne se lance dans le streaming, avance M. Night Shyamalan, je me disais que si je pouvais faire une série pour quelqu’un et ainsi contribuer à le définir, ce serait un rêve.»