Quand deux musiciens aussi généreux que virtuoses se rencontrent dans un lieu aussi parfait, on se dit qu’on fait le plus beau métier du monde.

L’été miroitant: Sébastien Dubé et Michel Bordeleau

L’été tire à sa fin. Nous lui vouons un dernier hommage en vous présentant une vidéo toute un lumière, en eau, en rires d’enfants et en douceur, dans cette performance inédite captée lors du Festival Mémoire et Racines, dans la région de Lanaudière.

Né au Québec, Sébastien Dubé vit en Suède depuis de nombreuses années, où il occupe le poste de contrebassiste solo de l’Orchestre de chambre de Suède, en plus d’enseigner dans différentes universités de son pays d’adoption. Musicien exceptionnel, il glisse du classique au jazz en passant par les musiques du monde avec une aisance qui pourrait intimider autant que la tête de dragon de son immense contrebasse à cinq cordes. Et pourtant…

Lorsque la Ville de Joliette a proposé à Sébastien Dubé une résidence de création en lui demandant avec qui il aimerait explorer la musique traditionnelle québécoise, le nom de Michel Bordeleau s’est imposé. Lui n’a plus besoin de présentation: La Bottine souriante, les Charbonniers de l’Enfer, Hommage aux Ainés, Les Mononcles, Discord, etc. Sa voix, son époustouflant jeu de mandoline et ses pieds bioniques ont marqué — et continuent de marquer — la musique d’ici.

Quand deux musiciens aussi généreux que virtuoses se rencontrent dans un lieu aussi parfait, on se dit qu’on fait le plus beau métier du monde. Et que le Festival Mémoire et Racines n’a pas d’égal pour créer ces moments mémorables.

Voir la capsule ici.

Crédits :

Caméra, montage et réalisation : Pierre-Luc Racine
Caméra : Alexandre Lacasse
Prise de son : Julia Innes
Coordination : Patrick Douville
Technicienne de production : Stéphanie Collins