En 1885, un groupe d'esclaves au début d'une journée de travail. "Les routes de l'esclavage", du lundi au jeudi, 12 au 15 novembre, 20h, à RDI.

«Les routes de l'esclavage», un documentaire de 4 heures à RDI

CHRONIQUE / MONTRÉAL - Un imposant documentaire de Fanny Brillant trace le portait de l'esclavage dans l'histoire, remontant jusqu'à 476 après Jésus-Christ, lorsque les Arabes établissent un nouvel empire qui s'étend entre l'Afrique et le Moyen-Orient. Tombouctou est le point de départ des caravanes transsahariennes marquant le début de 700 ans d'esclavage dont les Africains furent la «matière première».

Donc, les siècles se suivent et l'Afrique riche de mille trésors est sérieusement convoitée par les navigateurs portugais partis récolter l'or. Ils ramènent des milliers de captifs qu'on vend en Europe. Puis on instaure des colonies peuplées d'esclaves à l'heure où la plantation sucrière devient la nouvelle matière convoitée. La guerre du sucre se poursuit entre Français, Anglais, Hollandais et Espagnols au point où on trace de nouvelles routes de l'esclavage entre l'Afrique et les îles du Nouveau Monde, ce qui permet de multiplier les déportations et les violences.

Bien que les puissances européennes abolissent l'esclavage en 1807, les besoins de matières premières sont criants. On a alors tendance à fermer les yeux sur les nouvelles formes d'exploitation de l'homme au Brésil, aux États-Unis et en Afrique. Ainsi, la déportation des captifs africains va connaître, au cours du XIXe siècle, son apothéose: 2,5 millions de déportés en 50 ans. Les routes de l'esclavage, du lundi au jeudi, 12 au 15 novembre, 20h, à RDI.

Clash: des jeunes en reconstruction

Une nouvelle série porte sur le sort de quelques jeunes gens en mode «récupération» de leur santé et de leur forme physique à la suite d'un accident, d'une agression ou d'un traumatisme qui nécessite physiothérapie, psychothérapie et soins médicaux quotidiens.

Cette quotidienne, signée Martine D'Anjou, met en scène des garçons et des filles de différents milieux, ayant vécu de multiples expériences, et qui doivent se côtoyer le temps nécessaire à leur guérison dans un centre de réhabilitation. En plus de devoir s'adapter à ce nouveau régime de vie, de subir souffrance, incapacité temporaire ou définitive et traitements pas toujours agréables, ils doivent également composer avec les caractères de chacun.

Ce téléroman, véritable étude sociologique, met en scène une foule de comédiens et comédiennes, dont les cinq principaux sont issus de la nouvelle génération: Alexandre Nachi, Alex Godbout, Félix-Antoine Cantin, Rose-Marie Perreault, Ludivine Reding et Marie-Evelyne Lessard. Du lundi au jeudi, 12 au 15 novembre, 19h30, à Vrak.

Mystères dans les théâtres de Paris

Le fantôme de l'opéra est-il né de l'imagination d'un auteur ou d'un fait réel? Paris mystères s'attaque, en trois épisodes, au spiritisme, dont les effets hantent les théâtres parisiens. On trace également le portrait d'Allan Kordec qui a introduit cette science occulte à Paris. On tente donc de faire la lumière sur les incendies à répétition, les assassinats, et d'autres drames survenus dans les opéras, comme si un «fantôme» y jetait des sorts. À TV5, le lundi 12 novembre, 20h.

L'ampleur de l'afflux des migrants dans les camps de réfugiés complique l'organisation définitive de leur arrivée. Mais des organisations internationales, des États-nations et des investisseurs privés trouvent leur compte dans la prolifération des camps de réfugiés. Le documentaire Réfugiés: un marché sous influence se penche sur le sujet à Télé-Québec, le mercredi 14 novembre, 20h.

Le bilan de la Grande Guerre (1914-1918) est effroyable: 10 millions de morts, 9 millions chez les civils, et 21 millions de blessés. On peut imaginer le bonheur, l'excitation et l'euphorie des survivants, le 11 novembre 1918, lorsqu'on a mis fin aux hostilités. Aux malheurs provoqués par la guerre s'ajoute la grippe espagnole, qui a marqué l'année 1918, tuant pas moins de 20 millions d'individus. Alors, à l'occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, Radio-Canada présente, ce samedi et le samedi 17 novembre, 22h30, Doc humanité / Apocalypse, qui explique pourquoi il fut plus difficile de se reconstruire que de faire la guerre.

À RADIO-CANADA: François (Morency) n'est pas au bout de ses peines avec ses parents (Vincent Bilodeau, Marie-Ginette Guay), puisqu'ils lui ont demandé de les filmer pendant qu'ils enregistrent une nouvelle version de leur testament. Et, retour dans le passé, les jeunes parents de François informent leur fils que son entraîneur de baseball s'est fait arrêter pour attouchements. Discussions avec mes parents, le lundi 12 novembre, 19h30.

À TVA: Qui brillera au tableau des «top 12»? Ce dimanche, 19h30, les 36 danseurs de Révolution en sont à la dernière des trois parties. Un affrontement face à face déterminera qui parviendra à convaincre les maîtres de son indéniable talent.

À TÉLÉ-QUÉBEC: Atteindre la planète Mars est un rêve de plus en plus possible. À Futur proche, l'attention des scientifiques porte sur une possible contamination par micro-organismes sur les autres planètes. On a alors établi un processus d'aseptisation des sondes et des robots mobiles envoyés dans l'espace. Le lundi 12 novembre, 20h.

À TV5: La maîtresse de Gabin, un chien, vient de mourir. Ils vivaient ensemble depuis des années, et voilà qu'on l'amène dans un refuge. On suit l'évolution de l'adaptation du chien à une nouvelle vie alors qu'on lui cherche une nouvelle famille. Programmé pour être aimé, l'animal pourra sans surprise se conformer à un autre style de vie. Une vie de chien, le jeudi 15 novembre, 19h.

À ARTV: Les circonstances mènent David, nouvellement père, à rechercher son père biologique et à découvrir la réelle identité de sa mère. Il rencontre donc toutes sortes d'individus peu recommandables. Mais devrait-il poursuivre ses recherches? Avec Marc Paquet, Sylvie De Morais-Nogueira, Marc Béland et Élise Guilbault dans L'origine des espèces, ce dimanche, 20h (et à Radio-Canada, le vendredi 16 novembre, 23h05). Le lundi 12 novembre, 20h30, on peut apprécier à nouveau Mesdames et messieurs, M. Leonard Cohen, documentaire réalisé en 1965, qui trace le portrait du poète, romancier et auteur-compositeur, décédé il y a deux ans. Puis, à 21h30, Sting, l'électron libre s'entretient avec Julie Veille, qui l'aborde sur les 40 ans de carrière et d'humanité qui le caractérisent.

À UNIS TV: Les soeurs Brousseau sont coincées par des truands (Sylvain Marcel, Jean-Nicolas Verreault) qui utilisent leurs terres pour faire pousser leur marijuana. L'une (Isabel Richer), joueuse compulsive en quête d'argent, et l'autre (Catherine Trudeau), mère porteuse sur le point d'accoucher, tentent de déjouer les malfaiteurs qui n'hésitent pas à tuer, surtout depuis qu'on leur a volé leur récolte. La loi du cochon, le mardi 13 novembre, 20h.